Magazine Humeur

UKRAINE. Permis de tuer : comment l’UE et l’Occident se moquent des violences d’Odessa.

Publié le 04 mai 2014 par Menye Alain
Pro-russes à Odessa/Images d'archives/Crédits photo/ Alexandre Sivov

Manifestation pro-russe à Odessa/Images d’archives/Crédits photo/ Alexandre Sivov

Des violences ont fait une quarantaine de morts à Odessa en fin de semaine. Catherine Ashton a appelé à la retenue pour que la situation ne se dégrade et demandé qu’il y ait une enquête indépendante. Du foutage de gueule. Les Occidentaux ont salué hier, samedi, la libération des observateurs de l’OSCE. Mais ils demandent à la Russie d’arrêter de soutenir les séparatistes dans l’Est de l’Ukraine. Si ce n’est pas de la folie ça, je ne sais pas quoi d’autre c’est. Aucune condamnation de l’agression des usurpateurs de Kiev ? Ce n’est pas une surprise. Mais au juste, qu’est-ce qu’il s’est passé à Odessa ? Un décryptage du journaliste Alexandre Sivov, notre correspondant sur place.

alexPar Alexandre Sivov  

ODESSA, Ukraine – Le 2 mai dernier,  à 15 heures, était prévu une marche des nazis du Secteur droit à partir de la Place de la cathédrale d’Odessa. Cette marche était organisée et soutenue par la junte de Kiev. Leurs militants venaient donc de Kiev, de Kharkhov et probablement de Dnepropetrovsk.

Les jeunes militants Antimaydana (Anti-Maïdan) et les "Milices populaires d’Odessa" ont donc décidé de ne pas permettre à leur ville de vivre une orgie nazie. S’ensuivit alors une bagarre avec des pierres, des bâtons et tous les projectiles imaginables. Au commencement, ce sont entre 200 et 300 personnes de part et d’autres qui se battaient. Finalement, l’épicentre de cette bataille allait s’installer du côté de l’allée du Vice-amiral Joukov et la Place grecque. Les violences allaient crescendo avec des voitures brûlées ici et là. Des morts sont déjà signalées dans cette première phase des combats.

Mikhail Dolgov, responsable du secteur de l’information et d’analyse Anti-Maïdan, a  personnellement assisté, en tant que témoin oculaire, au massacre. Il a déclaré que certains membres du Secteur droit avait une caractéristique très particulière. Comme drogués, ces derniers avançaient malgré des jets de pierres, sans aucune protection ni casque. Leurs seules armes: des pierres, qu’ils balançaient sur leurs adversaires frénétiquement…Il témoigne:

Ils sont complètement loufoques, avancent sans protection. Des gens normaux ne peuvent se comporter de cette manière. Sur le plan physiologiquement, c’est impossible. Ils étaient comme drogués. Franchement, c’est ce qui peut expliquer un tel comportement.

Après ces violents affrontements, le Secteur droit a progressivement gagné le terrain, surpassant les jeunes d’Odessa. Il repoussa ainsi la plupart du côté du supermarché Athena.

Vers 19.00, le Secteur Droit, qui bénéficiait de la protection de la police, s’est donc rendu  sur la zone de Koulikovo pôle pour tenter de démanteler un camp d’Anti-Maïdan. La foule était nombreuse, près de 3000 personnes, grâce aux fans de football qui revenaient d’un match et qui ont appuyé le Secteur droit. Habituellement, chaque soir à cet endroit il y a des centaines d’autres partisans pro-russes, pour la plupart des grands-mères, des grands-pères et autres, totalement incapables de se battre. Les jeunes, qui pouvaient se battre demandèrent aux aînés de quitter l’endroit:

- Les membres du Secteur droit vont arriver, partez d’ici !

Les anciens:

- Mais nous sommes des citoyens d’Odessa, nous n’avons pas à battre en retraite, ils n’oseraient pas nous attaquer !

Mal leur en a pris, les membres du Secteur droit sont effectivement arrivés. Au vu de cette foule qui approchait, ils ont essayé de s’échapper à l’intérieur de la Maison des syndicats où ils se sont barricadés. C’est alors que les membres du Secteur droit ont incendié le premier étage de l’immeuble. Plusieurs personnes, en grande partie des personnes âgées, pour échapper à l’incendie et aux fumées toxiques, ont commencé à sauter par les fenêtres qu’ils brisaient. Mais certains d’entre eux, affaiblis, peut-être une cinquantaine de personnes, ont été brûlées vives ou étouffées par la fumée. Notez bien, des personnes âgées.

Des ambulances, la police et les forces spéciales n’ont pas agi pour sauver les pro-russes. Ils ont reçu l’ordre de "ne se mêler de rien". Les militants du Secteur de droit lors d’un combat au centre-ville utilisait police comme bouclier humain. Néanmoins, le Secteur droit a tiré parfois sur la police aussi. Parmi ces derniers, il y a eu des blessés par armes à feu.

Note personnelle et prévisions:

Odessa cessera dès maintenant d’être, comme je l’ai exprimé à plusieurs reprises, «la ville des pacifistes." Les anciens dirigeants du groupe Anti-Maïdan qui appelaient sans relâche au cours des dernières semaines à «rester dans le domaine juridique», vont se retirer de l’horizon politique. L’opposition pro-russe dans laquelle il y a quelques semaines, l’aile radicale avait pris le dessus, sera encore plus radicalisée. Il y aura des jeunes leaders qui émergeront. A Odessa, parmi les organisations pro-russes, apparaîtront des mouvements clandestins orientés vers la lutte armée. Odessa a connu situation similaire dans les années 1905 et 1907. Les fans de football et les membres du Secteur droit venus de Kiev, de Kharkov et de Dnepropetrovsk quitteront la ville,et, leurs partisans sur place, seront massacrés les uns après les autres par les jeunes pro-russes d’Odessa. Pour sûr, dès à présent, la guérilla urbaine va commencer

Alexandre Sivov


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine