Magazine Humeur

QUI VIVRA VERRA ! Russie vs Ukraine (Gaz): Kiev campe sur son refus de l’offre russe

Publié le 11 juin 2014 par Menye Alain

2BlueKiev veut le beurre, l’argent du beurre, et la crémière mais, refuse d’assumer ses choix. En effet, l’Ukraine a campé mercredi à Bruxelles sur son refus d’une proposition russe de ramener à 385 dollars le prix du millier de m3 de gaz, pourtant présentée par Moscou comme la dernière chance d’un accord sur le contentieux gazier bilatéral.

Le ministre ukrainien de l’Energie, Iouri Prodan, a confirmé ce refus à l’issue de négociations à Bruxelles avec son homologue russe Alexandre Novak et le commissaire européen à l’Energie, Gunther Oettinger.

Aucun nouveau rendez-vous n’a été fixé, mais les négociations vont continuer à tous les niveaux, a assuré M. Oettinger.

Pour l’Ukraine, l’offre de Moscou est à la fois trop élevée, par rapport au prix de quelque 280 dollars en vigueur avant la crise russo-ukrainienne, et sans garantie car ce tarif découlerait d’un rabais décidé par le gouvernement russe et non d’un contrat commercial en bonne et due forme, a expliqué M. Prodan.

Le président russe Vladimir Poutine venait à Moscou de souligner que cette offre était la dernière, menaçant de passer à une "autre phase" si Kiev la refusait.

"L’Ukraine a encore un certain temps d’ici lundi", date à laquelle Moscou a repoussé son ultimatum pour le paiement par Kiev de sa dette gazière, a pour sa part déclaré le ministre russe à Bruxelles.

En l’absence de toute percée, Moscou imposera un régime de prépaiement, susceptible de tarir les flux de gaz vers l’Ukraine, a-t-il réitéré.

M. Novak a jugé qu’un tarif à 385 dollars était "aligné" sur celui du marché, et souligné que la Russie avait proposé de garantir le rabais de 100 dollars établissant ce tarif jusqu’à la fin, en 2015, du contrat en cours entre les groupes russe Gazprom et ukrainien Naftogaz.

Un tel tarif "serait à un niveau acceptable" s’il entrait dans le cadre d’un règlement prévoyant qu’il serait fixé "pour au moins les 12 mois à venir" et avec un accord sur les volumes fournis, a pour sa part plaidé le commissaire européen. Un tel règlement permettrait "de couvrir l’hiver prochain" et de former des stocks au printemps 2015 sans coupure d’approvisionnement pour l’Ukraine, par où transite quelque 15% des importations européennes de gaz russe, a-t-il souligné.

Dans ce cadre, "la Commission fera tout son possible pour qu’un accord soit trouvé d’ici lundi prochain", a-t-il souligné, jugeant qu’il restait "assez de marge de manoeuvre" pour un règlement.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine