Magazine Jardin

Les consommateurs

Publié le 08 septembre 2014 par Sambuca

Jusqu’au 31 août mes poiriers Conférence et Doyenné du comice portaient de beaux et nombreux fruits pour leur jeune âge et leur taille.

2 poirier conférence romi 31 aoûtv  2014 036 (1).jpg

1 poirier doyenné romi 17 août 2014 006 (2).jpg

Le 7 septembre Conférence a toujours toutes ses poires, sans doute parce qu’elles sont encore loin de la maturité.

Mais pour Doyenné, c’est différent, on est proche de la date de maturité et il ne reste que 4 poires ! L’une d’elles est restée très petite et n’aurait rien donné de valable. Une poire intacte est située très haut, la seule à cette hauteur, près de 3m. Les 2 autres sont rongées, sans doute par des guêpes :

3 romi 7 sept 2014 015.jpg

4 romi 7 sept 2014 019.jpg

A 3m de haut :

5 romi 7 sept 2014 020.jpg

Au sol, je n’ai trouvé qu’une seule poire rongée tout autour du centre :

6 romi 7 sept 2014 004.jpg

Les connaisseurs en loirs et lérots voleurs de fruits pourront peut-être me dire si c’est leur façon de consommer les fruits.

Et n’oublions pas que mes poires nashi, plus précoces, avaient toutes disparu.

Le pêcher Lacrima est lui aussi proche de la maturité. Il a pour l’instant toutes ses pêches. J’espère qu’il va les conserver jusqu’à mon prochain passage. Ce qui me donne espoir c’est qu’il a de longues branches fines et pendantes sur lesquelles mon voleur aura du mal à se maintenir.

Pour l’argousier, comme je l’avais prévu, il n’a presque plus de baies, tout comme les houx à Veneux. Pas de décor de Noël. Mais cette fois les voleurs sont les oiseaux. Les rares baies qui restent sont déjà en partie consommées :

7 romi 7 sept 2014 041.jpg

Ce qui me console : le massif d’argousiers au bord de la N9 a lui aussi perdu presque tous ses fruits.

Le pyracantha à fruits rouges n’a plus aucun fruit. Celui à fleurs jaunes en a encore beaucoup :

8 romi 7 sept 2014 024.jpg

9 romi 7 sept 2014 025.jpg

Mais c’est seulement parce que les oiseaux n’ont pas l’habitude de ces fruits jaunes. Ils vont vite découvrir qu’ils sont aussi comestibles que les rouges. La preuve, dans cette zone beaucoup de pédoncules ne portent plus de fruits :

10 romi 7 sept 2014 027.jpg

Comestibles ou décoratifs, il n’est pas facile d’avoir des fruits dans les bois sauvages de Romilly. La petite faune s’y connait en beaux fruits sains sans produits chimiques. Mon espoir pour les fruits comestibles pour nous : laisser les fruitiers devenir très hauts et planter des pleureurs.

Jusqu’au 31 août mes poiriers Conférence et Doyenné du comice portaient de beaux et nombreux fruits pour leur jeune âge et leur taille.

2 poirier conférence romi 31 aoûtv  2014 036 (1).jpg

1 poirier doyenné romi 17 août 2014 006 (2).jpg

Le 7 septembre Conférence a toujours toutes ses poires, sans doute parce qu’elles sont encore loin de la maturité.

Mais pour Doyenné, c’est différent, on est proche de la date de maturité et il ne reste que 4 poires ! L’une d’elles est restée très petite et n’aurait rien donné de valable. Une poire intacte est située très haut, la seule à cette hauteur, près de 3m. Les 2 autres sont rongées, sans doute par des guêpes :

3 romi 7 sept 2014 015.jpg

4 romi 7 sept 2014 019.jpg

A 3m de haut :

5 romi 7 sept 2014 020.jpg

Au sol, je n’ai trouvé qu’une seule poire rongée tout autour du centre :

6 romi 7 sept 2014 004.jpg

Les connaisseurs en loirs et lérots voleurs de fruits pourront peut-être me dire si c’est leur façon de consommer les fruits.

Et n’oublions pas que mes poires nashi, plus précoces, avaient toutes disparu.

Le pêcher Lacrima est lui aussi proche de la maturité. Il a pour l’instant toutes ses pêches. J’espère qu’il va les conserver jusqu’à mon prochain passage. Ce qui me donne espoir c’est qu’il a de longues branches fines et pendantes sur lesquelles mon voleur aura du mal à se maintenir.

Pour l’argousier, comme je l’avais prévu, il n’a presque plus de baies, tout comme les houx à Veneux. Pas de décor de Noël. Mais cette fois les voleurs sont les oiseaux. Les rares baies qui restent sont déjà en partie consommées :

7 romi 7 sept 2014 041.jpg

Ce qui me console : le massif d’argousiers au bord de la N9 a lui aussi perdu presque tous ses fruits.

Le pyracantha à fruits rouges n’a plus aucun fruit. Celui à fleurs jaunes en a encore beaucoup :

8 romi 7 sept 2014 024.jpg

9 romi 7 sept 2014 025.jpg

Mais c’est seulement parce que les oiseaux n’ont pas l’habitude de ces fruits jaunes. Ils vont vite découvrir qu’ils sont aussi comestibles que les rouges. La preuve, dans cette zone beaucoup de pédoncules ne portent plus de fruits :

10 romi 7 sept 2014 027.jpg

Comestibles ou décoratifs, il n’est pas facile d’avoir des fruits dans les bois sauvages de Romilly. La petite faune s’y connait en beaux fruits sains sans produits chimiques. Mon espoir pour les fruits comestibles pour nous : laisser les fruitiers devenir très hauts et planter des pleureurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine