Magazine Humeur

BURKINA FASO. Gourmandise : l’incroyable chute du président Blaise Compaoré

Publié le 30 octobre 2014 par Menye Alain
Blaise Compaoré

Blaise Compaoré

La gourmandise (gula en latin) fait partie des péchés capitaux ! Ce n’est pas tant la gourmandise au sens moderne qui est blâmable que la gloutonnerie, cette dernière impliquant davantage l’idée de démesure et d’aveuglement que le mot gourmandise. Que cherchait Blaise ? Ses proches accusent Chantal son épouse Baoulé (Côte d’Ivoire), d’avoir, d’une part, poussé son mari à tuer Sankara, et d’autre part, voulu qu’il s’éternise au pouvoir. C' »est elle qui portait le pantalon », disent-ils. Avec une fille unique, Djamila, pourquoi cet homme de 63 ans insistait-il tant pour rester au pouvoir ? Ah, la gourmandise…

Arrivé aux affaires il y a 27 ans, le président Compaoré devait achever l’an prochain son dernier mandat. Ses amis vont-ils s’appuyer dessus pour le faire rester au pouvoir ? L’homme, après deux septennats (1992-2005) et deux quinquennats (2005-2015), veut encore et encore et encore.

Or, pendant 23 ans, son pays a assisté, par le fait du roi, à des incessantes révisions constitutionnelles.Comment un pouvoir de 27 ans peut-il chuter en une journée soit quelques heures ? Mystère et boule de gomme ! Alors, le transfert du pouvoir à l’armée va-t-il contraindre le beau Blaise à définitivement jeter l’éponge ? Est-il vraiment encore à Ouagadougou ? C’est moins sûr !

Les détracteurs du beau Blaise parlent de la « revanche posthume de Thomas Sankara et des Burkinabè ».

Quelle fin de parcours !

Addendum (23:16): Dans une déclaration sur une télé privée, Blaise Compaoré affirme qu’il remettra le pouvoir à la fin de la période transitoire !


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine