Magazine Humeur

The Rolling Stones Live 1981 Hampton Coliseum

Publié le 07 novembre 2014 par Corboland78

141107 Rolling_Stones_Hampton_81_DVD_cover_lr.jpgUne fois de plus, la DeLorean du Docteur Emmett Brown allait m’embarquer dans un passé chéri, un bon dans le temps d’une trentaine d’années en arrière. A peine sorti de voiture que le Coliseum de Hampton Roads (Virginie) résonne des premiers accords d’Under My Thumb. Les Rolling Stones entrent en scène, nous sommes le 18 décembre 1981.  

Si vous n’y étiez pas, rassurez-vous, le DVD vient tout juste de paraître. Après le CD pour la bande son, paru il y a deux ans, voici les images. Certes ce n’est pas exactement une nouveauté inédite, des vidéos pirates circulaient depuis longtemps, le concert ayant été le premier de l’histoire à avoir été diffusé en direct sur la télé américaine en pay-per-view. Ici, par contre, la qualité de l’image et du son ont été remasterisés.

Dernier concert de la tournée américaine de 1981, débutée le 25 septembre au JFK Stadium de Philadelphie et s’achevant à Hamton Roads, lors de deux concerts mémorables, les 18 et 19 décembre. Ce 18 décembre est aussi une date importante pour les fans, puisque c’est le jour anniversaire de Keith Richards (38 ans), d’où des banderoles dans la foule et un « happy birthday to you » entonné par Mick Jagger lors de la présentation des musiciens. A titre anecdotique, c’est lors de ce même concert, que Keith Richards tabasse avec sa guitare un type monté sur scène lors du rappel, Satisfaction, craignant qu’il ne s’en prenne à Mick.

Le DVD débute par une assez longue séquence filmée backstage avant le début du concert, ce qui fait toujours plaisir à voir. Les Stones vont interpréter vingt-cinq titres, ils sont en super forme, Mick est excité comme un pou, voire enragé, si l’on se fie à ses mimiques. Le temps n’a pas encore marqué les corps de ses outrages, Keith Richards et Charlie Watts ont tous leurs cheveux. Bill Wyman encore dans le groupe, est fringué en survêtement un peu plouc, tandis que Mick se noie dans un costard extra-large, genre zoot suit, d’un fushia délicat, aux épaules rembourrées. Le groupe est en formation serrée, outre les Stones, Ian Stewart est au piano et Ian Mclagan aux claviers et donc encore vivants, Ernie Watts et Bobby Keys aux saxophones. Pas de choristes.  

Trente ans ce n’est pas rien et ça se voit. Les Stones explosent sur scène, Jagger se démène comme un diable, courant à droite et à gauche, en sueur ; incomparable et ridicule parfois (si, si !) il transcende toutes les situations et confirme son titre de showman Number One. Keith assure magistralement ses parties de guitare. Ronnie Wood est relativement discret mais ne rate pas l’occasion de faire l’andouille quand elle se présente et Charlie semble bien jeune.

Le concert est d’excellente qualité, c’est l’époque où Keith n’a droit qu’à un seul titre chanté par lui, ce soir Little T & A et où les concerts se terminent avec des seaux d’eau balancés sur les spectateurs ! On savait s’amuser alors.

Que dire de plus, un DVD incontournable pour tous les fans et il existe en différentes versions, DVD seul, DVD avec CD, en Blu-ray etc.

  


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine