Magazine Humeur

21ème siècle: Clitoridien ou pas?

Publié le 12 décembre 2014 par Georgezeter

21ème siècle: Clitoridien ou pas?

Dire qu'en nos contrées civilisées et tout et tout, avec des femmes libérées de chez "Liberacé", indépendantes-actives et tout le tintouin frusquin; on en est encore à 20% de différence de gain pour un même job, que les messieurs "participent" à 20% des taches ménagères, qu'il y au bas mot moins de 10% de femmes dans les postes décisionnaires, qu'il n'y a que 26% des députés à l'assemblée qui portent jupette (excepté Jupé), qu'à l'UMP le nouveau bureau exécutif est de 2 pour 17 et que la retraite moyenne des vieilles dames se située à moins de neuf cents euros alors que pour les bonhommes on est dans les mille quatre-cents; et que, et queue...Peau de balle pour las damas alors qu'elles sont en majorité dans la population !!!

La Femme: une minorité majoritaire...

Nos douces compagnes pour tout dire zencore à ce jour ne péchottent pas la part égale du gâteau et encore moins la cerise qui y trône: je dis moi, vachement duraille d'être une meuf; vachement Da ! Mais faut avouer d'un autre coté que finalement c'est beaucoup mieux qu'il n'y a pas si longtemps encore: exemple, tiens au hasard en parlant de masturbation sous les couvertures :

- Toujours contre les femmes: Au XIXème siècle, la masturbation était considérée comme une des causes principales de l'hystérie féminine. En France, le mot hystérie renvoie au professeur Charcot grand spécialiste des traitements contre ce mal qui "rongeait" la gente femme.

L'onanisme (se souiller les mains) surtout le féminin a toujours été vu comme un acte pouvant « détruire la maison »; alors que nous, les lascars jouons avec notre zizipampam et pas de lézard, mais que la mademoiselle se caresse dans le sens des poils pubiens, et là, ola, non caramba!!! vade e retro satanâtes!

"Jusqu’en 1920 des parents continuent de faire enfiler à leurs enfants des gants grossiers, sans doigts, qu’ils attachent fermement aux poignets. Après quoi, ils les bordent dans leur lit, bien serré. Dans les internats, des surveillants veillent à ce que les mômes dorment toujours avec les bras par-dessus la couverture. La nuit, certains jeunes filles sont même enfermées dans des sacs qui les transforment en momies. Des vêtements renforcés, doublés de cuir dans la zone génitale, sont également prévus pour la journée…" Et oui, en ces temps pas si lointains c'était comme ça, pas de branlette pour madame ! «  Si la nécessité l'exige, s'il y a danger de mort immédiat, par exemple, ou des signes de troubles intellectuels, résultant de l'onanisme, il faut avoir recours à l'infibulation, opération peu douloureuse d'ailleurs et présentant rarement des suites graves. » C'est écrit et conseillé par un certain docteur Clerc; paix à son âme !

Car en ces époques puritaines le clitoris était vu comme: - il ne sert pas à la procréation - il peut engendrer des pulsions incontrôlables - il est à l'origine d'un syndrome dit « hystéro-épileptique ; DONC, comme solution au "problème" !

- La clitoridectomie, utilisée comme "traitement" contre l'onanisme dans l'Europe jusqu'à la fin du 19ème siècle.

Tout le monde a entendu parler de l'excision; Cette mutilation est souvent attribuée uniquement aux pays d'Afrique sub-saharienne et dans quelques pays du proche Orient. On estime le nombre de femmes mutilées de 100 à 140 millions, encore aujourd'hui, sur notre territoire, certaines jeunes filles se font toujours "découper" ou sinon elles sont envoyées au pays, afin d'avoir affaire à la lame Gillette bien crade...

Or ce phénomène n'est pas une "spécialité" de ces paradis tropicaux, car il fut largement répandu en l'Europe et en Amérique.

Accrochez vous!  Les méthodes étaient radicales.

"Dès le XVIIIe siècle: on pose d’abord des anneaux en métal dans le prépuce des garçons et dans les grandes lèvres des fillettes, afin qu’ils/elles ne puissent pas faire l’amour avant la nuit de noce. Une ceinture de chasteté radicale. Mais comme l’infibulation n’empêche pas les filles de se toucher et que certaines arrachent les agrafes qui ferment leur sexe, des chirurgiens, très rapidement, recommandent l’excision.

«Si le clitoris se révèle une source d’excitation permanente, on doit le considérer comme malade, et son ablation devient licite»[1], expliquaient doctement les toubibs.

En Angleterre dans les années 1860, en Autriche, en France à la fin du XIXe siècle, puis aux Etats-Unis au début XXème, l’ablation du clitoris est la solution", car il faut le savoir: "Le système clitoridien ne se modifie pas dans l'âge adulte et la femme conserve toute sa vie cette autonomie érotique; le spasme clitoridien est comme l'orgasme mâle une sorte de détumescence qui s'obtient de manière quasi mécanique » citation de Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe, et elle en connaissait un rayon la Simone en ce qui concerne les jeux interdits...

Donc, ya pas si longtemps, tels de bons "sauvages", nous laissions couper le p'tit bouton magique qui fait si bien monter aux rideaux nos jolies compagnes; et tout ça pour faire bonne mesure en leur cousant les grandes lèvres; ahouch!

Ce qui était le plus surprenant est que toutes ces croyances moyenâgeuses émanaient pour la plupart du clergé... Il est vrai que monsieur le curé doit dans son sacerdoce être un vrai spécialiste clitoridien; et le pire, c'est que les médecins, souvent males trempaient dans ces bêtiserais; bref, comme toujours, les mecs régissant l'entre cuisse de ces dames! Faut croire que de tous temps cette volonté dingue qu'on mit nos ancêtres couillus à vouloir contrôler ce qui est appelé chez les chinois Xin Hua - "Le cœur de fleur" a quelque chose de louche, de très relou j'insisterais même. Je crois savoir pourquoi en citant "le Canon des Poèmes "[2] (Shi Jing), l'un des plus grands classiques de la Chine antique relatant de multiples odes poétiques dont l'érotisme n'est pas exclu. " Mon seigneur est content, de la main gauche il tient sa flûte et de la droite il me fait signe pour que je l'invite dans ma petite maison.. Oh quelle joie ! "  Et oui, petit homme, il faut que la belle t'invite ou pas... Quel pouvoir! Alors, afin de limiter les râteaux, afin de préserver son orgueil, afin de garder sa dignité, afin d'être un male fière qui veut contrôler où et quand déposer sa semence, il devint urgent de limiter en écrasant, en mutilant toutes ces femelles, pleines de ruses, pleines de vices et qui accessoirement donnent la vie! Petit homme dépourvût de rien, et en + une compagne presque insatiable (oui, messieurs, superman au plumard ça n'existe pas!!!) et au final, pour faire bonne mesure, la nature les a affublées d'un clito pourvu de 5000 terminaisons nerveuses, qui ne sert ma foi qu'à... Jouir encore plus! Fichtre & diantre Dammed !  L'homme dans son gland ne possède que 800 terminaisons... Yes! tout le monde descend!

Alors, Tu m'étonnes qu'elle t'attend au coin du pieu tranquille-pénard, bonnasse-chaudasse, l'téton dardé, alors que toi petit homme fragile tu t'agites, tu t'agites avec comme seul viatique, un corps caverneux qui s'emplit ou non... En prime, Histoire de bien nous foutre le moral à zéro dans le caleçon: l'ovule est 80.000 fois plus grosse que le petit vermicelle spermato; comme on dit dans les couloirs du liquide séminal; Yes, we can't !)

Heureusement chez nous; mais malheureusement en bien des endroits ce n'est pas le cas; nos belles compagnes peuvent enfin s'éclater. Et que je te cunnilingus, et que je te joue avec des joujoux zerotics et soirées sexetoys, à que je me suspends au lanières du plafond, à que ça chatouille le bain à bulles, à que je suçote, léchouille et bien d'autres calembredaines dévergondées. En fait, nous vivons une époque formidable, épique et colégramme;  (là, je parle pour moua, merci mamour pour ces tours de manèges !)

Alors, que les dingos d'une partie de la manif pour tous veuillent en 2014 regarder ce qui se passe chez les gays et moins joyeux on sent là la régression à plein pif; et ne parlons pas des anti-avortement qui remettent en question une loi vieille de 40 ans, qui d'ailleurs en son temps fut votée par une assemblée presque exclusivement masculine... Mais passons comme dit le condor passa.

Ce que j'en dis moi, c'est que: La sexualité enfin débarrassée des interdits doit être simplement perçue comme l'une des activités humaines essentielles permettant le plein épanouissement de l'individu dans la société, dans sa vie, dans son lit et même sur le tapis du salon les soirs de grande forme; jouissez, jouissez, il en restera toujours quelque chose !

Georges Zeter/décembre 2014

Lire; La chair interdite - de Diane Ducret


[1]http://pelenop.overblog.com/pages/La_clitoridectomie_comme_traitement_contre_lonanisme_dans_l_Europe_du_19eme_siecle-1160265.html

[2] http://www.tao-yin.com/beaux-arts/litterature_erotique.htm


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine