Magazine Humeur

Le Billet Amer #7

Publié le 24 janvier 2015 par Observatoiredumensonge

Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

lettre copie

  Le Billet Amer #7  

Par L’Aigre Doux

Et maintenant ? La montagne va-t-elle, comme d’habitude, accoucher d’une souris ? Un instant prise de court par la puissance du phénomène populaire alimenté par l’émotion et la colère, la pensée dominante est repartie au combat plus que jamais décidée à assurer le maintien et la sauvegarde de ce bon ordre idéologique qu’elle fait régner dans notre pays depuis des décennies. En rangs serrés, ses représentants ont envahi les plateaux TV et les stations de radio pour réaffirmer avec force la primauté, dans la lutte contre le terrorisme islamique, du respect des droits de l’homme et du citoyen et de toute cette sorte de choses qui a permis aux pires criminels contemporains d’utiliser toutes les failles de nos sociétés permissives pour nous porter des coups terribles. Amalgame et stigmatisation ont un bel avenir éditorial en perspective.

Pas question de Patriot Act à l’américaine, de déchéance de nationalité à l’anglaise, de renforcement des mesures contre l’immigration, de confinement des détenus djihadistes… Nous ne mangeons pas de ce pain-là. Ces sentinelles sourcilleuses de la vertu républicaine et du bon ordre moral veilleront scrupuleusement à la préservation des garanties civiques que notre belle France assure aux assassins, quitte à retourner verser une larme de crocodile sur les dépouilles de leurs futures victimes.

Toutes les velléités gouvernementales pour durcir les moyens de lutte contre la criminalité dans le passé et de nos jours ont dû être abandonnées pour les mêmes raisons, chaque fois qu’une timide tentative de s’attaquer aux racines du mal était initiée. Les réseaux sont puissants, organisés. Ils ont accès ouvert en permanence à tous les médias. Et si les pressions politiques et les menaces judiciaires ne suffisent pas, ils utilisent à merveille les armes que nos Constitutions leur ont fournies à travers la saisine d’organismes aussi prestigieux que le Conseil d’Etat, le Conseil Constitutionnel ou, plus haut encore, la Cour de Justice européenne, qui disent et imposent le droit contraignant établi la plupart du temps à leur instigation.

Difficile d’avancer vers l’objectif à atteindre quand le terrain à parcourir est truffé des mines que nous avons-nous-mêmes posées. Un redoutable challenge que notre actuel gouvernement, comme ses prédécesseurs, aura le plus grand mal à assumer

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦

« Il est hors de question de faire Guantanamo en France. On ne va pas faire de procédure d’exception. On ne va pas déroger à nos grands principes ». Christiane Taubira ? Najat Vadaud-Belkacem ? Jean-Luc Mélanchon ? Eva Joly ? Cécile Duflot ? Non ! Claude Guéant, ancien ministre de l’intérieur de Nicolas Sarkozy sur France Info hier. Toujours ce tropisme humaniste bon chic bon genre qui hante l’inconscient des responsables de droite depuis l’erreur fatale de Valéry Giscard d’Estaing, persuadé qu’en se parant des habits de ses adversaires politiques, il allait réunir autour de lui 2 Français sur 3. La réponse en 1981 fut cruelle avec la victoire de François Mitterrand. Giscard d’Estaing n’avait pas conquis les électeurs de gauche et une partie des siens, déçus, s’étaient abstenus.
Ah ! Les grands principes et les bons sentiments…qu’importe la mort de victimes innocentes à condition que ces vertus républicaines soient scrupuleusement respectées. Mais tremblez djihadistes ! On envisage, peut-être, si le Conseil Constitutionnel n’oppose pas son véto, de vous retirer la nationalité française si vous êtes binationaux. Les autres, on les garde pour nous en espérant qu’ils feront un jour d’excellents petits Français. Nul doute qu’une telle menace va illico presto ramener les Kalachnikov au vestiaire et les couteaux aux étals de boucherie.
Les 17 morts d’hier, ceux d’il y a quelques années, la perspective de ceux à venir n’y changeront rien. Les crayons en face des mitraillettes, beau symbole dans une manifestation populaire, mais peu efficace pour barrer la route aux terroristes islamistes qui continuent à massacrer des populations entières au Nigéria, au Cameroun et dans les pays arabes en guerre, dans le silence abyssal de la communauté internationale. Nos états d’âme, nos cas de conscience, nos règles, nos droits sont autant de degrés de faiblesse et de démission sur lesquels les fous de dieu bâtissent leurs convictions et perpètrent leurs crimes.
Nul Chef d’Etat ou de Gouvernement n’est en mesure aujourd’hui en France et en Europe de dresser lucidement l’état d’une situation plus dramatiquement dégradée que ce qu’en laisse transparaitre les pouvoirs publics et d’en tirer toutes les conséquences. Le Premier Ministre Manuel Valls a fait un beau discours devant l’Assemblée Nationale mais rien de ce qu’il a annoncé n’est à la hauteur des périls qu’encourent nos sociétés. Il faudra sans doute attendre les prochains coups pour espérer une prise en compte plus réaliste et appropriée des véritables défis existentiels lancés aux nations démocratiques par la barbarie islamique.

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦

Le contexte qui prend forme dans cette période post- attentats n’incite pas à l’optimisme. Nul n’ignore que la situation sécuritaire de notre pays est alarmante. En mille points de notre territoire des flambées de violence peuvent se déclencher qui prendront de court ou submergeront les forces de l’ordre ayant déserté depuis longtemps ces zones de non-droit. C’est la sénatrice socialiste des quartiers Nord de Marseille Samia Ghali qui le confirmait il y a quelques mois disant que seule l’intervention de l’Armée pourrait rétablir la loi républicaine dans ces cités dont elle est issue, avis politiquement incorrect dénoncé par ses amis de gauche. Et pourtant… Les rodomontades officielles pèseront de peu de poids si demain l’incendie se déclarait ici ou là et, par contagion, se propageait dans tout le pays.
Alors, sans concession aucune envers les assassins barbares qu’il faut combattre et réduire à néant, était-il utile, était-il nécessaire, était-il opportun d’agiter cet immense chiffon rouge que représente le numéro spécial de Charlie Hebdo, tiré à plusieurs millions d’exemplaires ? Défense de la liberté de la presse ? De la liberté d’expression? L’orientation politique extrême du journal depuis sa création n’a jamais milité qu’en faveur de ses propres positionnements. Pas d’état d’âme pour les manquements à ces bons principes quand ils pénalisent les « autres ». Pas la moindre caricature dénonçant l’ostracisme médiatique qui frappe Eric Zemmour. En bons « anars » gauchisants qui se revendiquent comme tels, les « Charlie » ronronnent depuis des années dans leur cercle étroit de potaches rigolards, libidineux et provocateurs qui a conduit le journal, à diffusion confidentielle, à deux doigts du dépôt de bilan. L’étonnement, la gêne et quelquefois la colère des « survivants » de se voir érigés en symbole national démontrent bien que la tragédie a, malgré eux, instrumentalisé ceux des leurs qui sont tombés sous les balles des assassins.
Plus que jamais demeure l’impératif de survie de notre mode de vie et de civilisation. Il passe par le combat sans concession contre l’islamisme et toutes ces formes quotidiennes insinuantes qui visent à changer nos sociétés. Tous les musulmans, loin de là et heureusement, ne sont pas des terroristes mais tous les terroristes sont musulmans. Point n’est besoin de donner à cette minorité redoutablement agissante, des justifications au sein de la communauté à ses activités criminelles.

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦

Après la France, la Belgique flambe et suivant toute logique il en sera de même demain pour la Suède, la Hollande, l’Italie, l’Allemagne, sans oublier le Royaume-Uni et l’Espagne déjà meurtris dans le passé. Ils n’en mourront pas tous mais tous les Etats européens seront frappés. A la hauteur des coupables démissions de leurs responsables politiques qui, depuis des années, ont refusé de voir en face la réalité des périls qu’une immigration communautaire intensive et incontrôlée faisait régner sur leurs territoires nationaux. C’est peu de dire que nos cousins belges ont été pires que nous dans le déni de réalité, dans le refus de prise en compte de cet envahissement qui se traduit en actes de mort, sous les yeux faussement étonnés de nos dirigeants.
Si tout le monde s’accorde enfin sur l’impérative nécessité de combattre le terrorisme islamique, nul n’est prêt à accepter d’en reconnaître les tenants et les aboutissants. Il faudra encore des dizaines d’attentats meurtriers et de nouvelles victimes innocentes pour qu’on ose mettre des mots sur les maux qui minent mortellement nos sociétés. Combattre les effets sans s’attaquer aux causes n’a jamais permis de régler durablement les problèmes. La graine continuera à germer dans le terreau fertile que l’on a complaisamment laissé s’enkyster dans les territoires aujourd’hui perdus de la République.
Nulle consolation à la perspective d’une pression insoutenable des événements et des opinions publiques qui obligera les gouvernements à agir, lorsque les limites insupportables des crimes et des exactions commis par les islamistes seront atteintes. Cette heure de vérité qui arrivera inéluctablement risque de révéler brutalement l’incapacité des démocraties à mener à bien ce combat sans règle et sans loi que nos adversaires nous imposeront. Alors, ni les immenses rassemblements populaires de foules solidaires, ni les crayons provocateurs et irrévérencieux n’y pourront rien changer.

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦

Il a fallu rien moins qu’un drame national pour permettre au Président de la République de remonter du fond des sondages où ses deux ans et demi d’exercice calamiteux du pouvoir l’avaient précipité. Dans la foulée, le Premier Ministre et le Ministre de l’Intérieur ont suivi la même courbe ascendante. Les Français leur sont reconnaissants d’avoir géré la crise correctement et d’avoir suscité, par leur attitude, un sursaut d’union nationale. Les lendemains risquent d’être moins enchanteurs quand il faudra faire le bilan des dérapages idéologiques et des démissions sociales qui ont contribué à générer cette émergence d’un terrorisme d’inspiration religieuse dont on a laissé complaisamment les racines s’installer dans notre pays.
A la barre de ce tribunal, ils ne devraient pas être les seuls, les majorités qui se sont succédé depuis 40 ans au pouvoir ayant toutes, sans exception, fait preuve de laxisme, de manque de courage et d’incompétence dans la gestion des causes de cette situation. Un constat qui concerne largement l’ensemble des pays européens à quelques rares exceptions près, circonscrites dans certaines anciennes républiques populaires de l’Est.
Mais la majorité de François Hollande est plus particulièrement exposée à la condamnation populaire, à travers les figures de proue emblématiques, Christiane Taubira, Najat Vadaud- Belkacem, de cette perversion des valeurs. L’activisme réformateur militant dont elles font preuve les place, à tort ou à raison, dans l’esprit des citoyens, en contradiction rédhibitoire avec la ligne sans concession de lutte contre le terrorisme islamique que préconise depuis peu, sous la pression des événements, le Gouvernement. Ce grand écart, le moment de l’émotion retombé, sera difficile à gérer. Surtout quand de nouveaux coups, inévitables, frapperont notre pays.
Comme en économie, cimetière des illusions socialistes, seuls les résultats probants seront dans les mois qui viennent pris en compte par les Français. Et là, on ne pourra pas aussi longtemps les mener en bateau avec un retournement de la courbe du terrorisme, comme on l’a fait pendant des mois pour le chômage. Le sang des victimes innocentes ne le permet pas.

L’Aigre Doux

aigre

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur ***

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

CHERS LECTRICES ET LECTEURS DE L’OBSERVATOIRE:

retrouvez les voeux de l’Observatoire en images en cliquant ICI

notre site est gratuit mais nécessite certaines dépenses…
Nous ne pouvons survivre que par vos dons.
Si chacun de vous donnait au moins 5 € maintenant, et ensuite chaque mois, nous serions non seulement tranquilles mais encore plus forts.

Cliquez juste sur le logo dessous et laissez-vous guider sur notre plate forme totalement sécurisée.

Le Billet Amer #7

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

Premier site d’opposition en France

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Un grand merci à celles et à ceux qui nous suivent, commentent et participent.

Nous suivre, service gratuit, vous permet de recevoir par mail chaque article publié.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine dans


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine