Magazine Nouvelles

Catherine Soullard, Vous avez Jupiter dans la poche par Angèle Paoli

Publié le 25 janvier 2015 par Angèle Paoli

Catherine Soullard, Vous avez Jupiter dans la poche par Angèle Paoli
DE LA MAGIE JUBILATOIRE DES MOTS

Comment parvenir au bonheur ? Pas forcément en mettant à profit ce qu'une séance de cartomancie lui révèle d'elle-même ou l'autorise à accomplir. En continuant à consulter les charlatans qui la poussent à changer de vie ? Pas forcément non plus. Car la jeune femme sait que " consulter mages, voyants, cartomanciennes, diseuses de bonne aventure et autres papes du tarot entretient la confusion, l'immobilisme, l'absurdité. " Mais est-ce bien la question du bonheur qui se pose à elle ? Rien n'est moins sûr. Parce qu'il y a là avant tout, dans cette démarche quasi compulsive, une sorte de jubilation inexplicable qui prend en compte tout à la fois le décor de la rencontre, l'accoutrement et les manières du tarologue, sa méthode de travail, sa façon d'" officier " ou de " sectoriser " les interventions, le discours qui s'organise au cours de chaque tirage de cartes. Et surtout le plaisir sensuel des mots. Qui se fraie un passage à travers le paysage mental de la consultante pour qui l'imagination et le rêve ont plus de consistance et de valeur que le réel :

" Je goûte le plaisir d'être crédule, docile, sachant que je ne le suis pas, que je fais juste semblant, et j'y prends goût, c'est si doux de se laisser ensorceler. Un mot, une intonation, c'en est fait, le ressort secret se déclenche, le réel pâlit, s'éloigne, s'efface, je file dans la fiction et les vagabondages. "

Jusqu'au jour où la narratrice prend son destin de créatrice de bijoux en mains. Et se libère du même coup de ses obsédantes chimères. Pareille à la " vieille yeuse ", " solide, protectrice " qu'elle a devant les yeux, elle " expulse ce qui l'asphyxie ", " s'allège des poids morts ", " lâche ce qui l'encombre ", " rejette ce qui la fait mourir. " Nouveau départ ? Nouvelle naissance ? Renouveau ? Renaissance ?

Chapitre après chapitre ― certains d'entre eux portent le nom d'une des vingt-deux cartes du Tarot de Marseille ―, nous suivons la jeune boulimique de séances de cartes dans les péripéties qu'elle affronte au fil du jeu qui se déroule sous ses yeux et en sa présence. " Prenez, battez, coupez. " Telle est la formule qui donne le " la " de la méthode et confère son rythme à la séance. L'un après l'autre, tous les secteurs sont convoqués ― travail santé famille amours projets argent voyages identité rencontre... L'Ermite le Diable le Soleil la Tour le Bateleur l'Empereur l'Impératrice le Monde le Pendu la Papesse la Mort l'Étoile..., chacun entre en lice à tour de rôle, chargé de sa symbolique propre et doué de sa propre énergie. De ses promesses ou, au contraire, de ses forces négatives. Envers/Endroit. Les cartes se coupent se recouvrent se rejoignent interfèrent. Les planètes entrent aussi dans la danse et se mettent de la partie. Si l'Ermite freine, Jupiter, lui, " est là avec sa bonne étoile, le couronnement et la main du Ciel ". Donc, patience. Il ne peut se produire que de bonnes choses. Ce qu'il faut d'entrée de jeu, c'est " sectoriser ". Afin de procéder avec clarté et rigueur à " l'état des lieux et de la personnalité ". Mais il faut balayer d'abord, liquider le passé, lever les obstacles. À chaque tireuse de cartes, son style. À chaque cartomancienne, son discours. Discours conventionnels, rôdés, affublés de clichés savants. Tout un " blabla " qui " pimente la journée, colmate la solitude, repousse l'ennui. " Face à la parole souvent très affirmée (pour ne pas dire autoritaire) de la voyante, la jeune femme reste évasive, désemparée. Hésitante. Elle se contente le plus souvent de monosyllabes. Ponctue par des " oui, oui ", " je comprends ", " d'accord "... Il faut dire que le discours de Stéphane Muir, par exemple, outre que ce dernier se reconnaît volontiers directif, est plutôt infantilisant : " Où en sommes-nous au niveau de l'outil professionnel aujourd'hui ? Comment progresse-t-on cette année ? L'année prochaine "... De quoi rester suspendu(e) aux lèvres de l'autre. De quoi se laisser porter par celle qui voit et qui sait. Chaque séance patine de ses couleurs particulières les sentiments de la consultante. " Solaire et beau ". C'est sur ces mots que se clôt la première séance. Il n'en faut pas davantage pour que la jeune créatrice sorte en chantant son bonheur. " Solaire et beau, tralala, je descends les trois étages de son immeuble en scandant les deux mots, solaire et beau, marche après marche... " Il n'en faut pas davantage pour qu'elle conclue : " Un pont au-dessus de la Seine, et j'ai l'impression d'un enchantement qui se prolonge et ne me quittera pas. " Ailleurs, au fin fond du XIIe arrondissement, chez Chana Brassette, la consultante est soudain prise du désir de fuir.

" Prendre ma veste posée sur le canapé, payer Chana Brassette, oui, la payer pour qu'elle se taise et qu'elle ouvre la porte, descendre les étages quatre à quatre, prendre mon sac dans les bras, courir aussi vite que possible. "

" Nettoyez, balayez, sanctionnez les choses du passé. Ne vous retournez pas. Avancez. " Tel est le leitmotiv qui scande le plus souvent les séances. Celui de la table rase du passé.

C'est sans doute plus facile à dire qu'à faire. Mais la jeune femme a quelques atouts de son côté. Trois arcanes majeurs. Trois bonnes fées qui veillent sur elle, la guident, et lui montrent la voie. L'Impératrice, la Papesse, la Tempérance (seule carte du récit à intervenir trois fois, dans trois chapitres différents). " Tailler, ajuster, limer... ". La création est là, qui impose son rythme et ses gestes à la créatrice et lui permet d'écrire " une histoire immortelle. " Car " créer des bijoux c'est ça, croire, faire croire, les pierres ont ce pouvoir... " Un pouvoir qui rejoint le pouvoir secret des mots. Alchimie dont Catherine Soullard, maîtresse du jeu, possède, au plus haut degré de fusion, la magie jubilatoire.

Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli


Catherine Soullard, Vous avez Jupiter dans la poche par Angèle Paoli


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines