Magazine Journal intime

Mieux vaut s’adresser au bon dieu

Publié le 01 février 2015 par Insideamerica

Non loin de Los Angeles, Mission San Juan Capistrano nous rappelle que la colonisation de l’Amérique s’est aussi faite au nom du Christ et de la lumière qu’il apportait aux anciennes tribus indiennes ignorantes de sa magnificence.

Les vestiges de cette mission espagnole sont l’une des étapes du Camino Real, la route des missions fondées par le père Junipero Serra à partir de 1769 entre San Diego et San Francisco. Evangéliste zélé, le moine franciscain a fondé neuf missions au cours de sa vie en Californie et offert la joie du Christ à plus de 6000 indigènes par le baptème.

Frustrated_First_Baptism_at_San_Diego

La plupart des autres sont morts des maladies et autres maltraitances (euphémisme) apportées par les colonisateurs au cours de cette période.

Ceux qui furent baptisés purent bénéficier d’une vie saine et productive dans les missions du père Serra. Grâce aux récits de l’explorateur français Jean-François de la Pérouse de passage dans la mission californienne de Monterey en 1786, il est possible de se faire une idée objective de ce traitement de faveur réservé aux indiens baptisés dans les missions :

« Des punitions corporelles sont infligées aux Indiens des deux sexes qui négligent l’exercice de la piété, et de nombreux péchés, qui en Europe sont laissés à l’appréciation de la justice divine, sont ici punis par le fer et le pilori. Et enfin, pour compléter la similitude entre ceci et d’autres communautés religieuses, il faut observer que, de l’instant où un indien est baptisé, l’effet est le même que s’il avait prononcé ses voeux perpétuels. S’il s’échappe de la mission pour aller habiter avec sa famille dans un village indépendant, il est sommé trois fois de revenir à la mission, et s’il refuse, les missionnaires en appellent au gouverneur qui envoie alors les soldats pour le saisir dans sa famille et le ramener à la mission, où il est condamné à recevoir un certain nombre de coups de fouet. » (extrait du Journal de Jean-François de la Pérouse – Monterey, 1786)

D’après les registres des moines, on estime que 60.000 indiens sont morts dans les missions franciscaines entre 1760 et 1830, dont 25.000 enfants de moins de 10 ans.

Pour sa vie exemplaire, le père Junipero Serra a été béatifié par Jean-Paul II en 1988. Ayant jugé la béatification insuffisante à honorer la mémoire de cet évangéliste hors pair, le pape Francis a annoncé la semaine dernière son intention de canoniser le père Serra à l’occasion de sa visite aux Etats-Unis cet automne.

Il manquera peut-être quelques indiens de Californie pour louer Saint Junipero Serra. Mais on est pas à l’abris d’un miracle !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Insideamerica 892 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog