Magazine Bd & dessins

Le Congé Individuel de Formation (CIF) : le sésame à mon changement de carrière

Publié le 11 janvier 2015 par Pixeletgribouille

Le Congé Individuel de Formation (CIF) : le sésame à mon changement de carrière

Petits changements de programme

Précédemment, je vous annonçais mon désir de me donner à 100% dans ma petite entreprise. Projet reporté. Je ne change pas d'avis. Je souhaite toujours développer mon entreprise, mais cette année, si tout va bien, je ne pourrais pas me donner à 100%. Je m'explique.

Après la lecture de l'article " Revenir sur les bancs de l'école à 30 ans... " du blog amayahzmoodz.com, j'ai eu comme un déclic. Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt ?

Depuis quelques temps, je m'interroge sur mon avenir professionnel. Salariée en télétravail et graphiste indépendante, l'heure du choix a sonné. Je pourrais en effet continuer à allier les deux, mais c'est ce que je fais depuis 4 ans et je ne suis pas certaine de vouloir continuer en ce sens.

Cet article a mis en évidence ce que je n'avais jamais envisagé et pourtant ! C'est très certainement la réponse ou du moins une partie de la réponse au sens que je souhaite donner à ma carrière professionnelle.

Confucius la si bien résumé : " Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. ".

Légitimer ma passion

Chargée de communication depuis près de 10 ans, j'ai souvent été amené à réaliser des supports de communication. Cela n'a fait qu'accroitre ma passion. Entièrement autodidacte dans ce domaine, j'ai souvent le désagréable sentiment de n'avoir aucune légitimité. Internet en est certainement la cause. Une vraie caverne d'Alibaba ou l'on découvre tellement de belles choses. Mais aussi un monde qui vous ramène rapidement à la réalité et qui vous fait comprendre que vous êtes loin d'être aussi douée et loin de savoir maîtriser cet art.

Parce que j'ai besoin de me sentir en harmonie avec ce métier que je souhaite être mien. Ne plus avoir le sentiment de mentir à mes interlocuteurs et officiellement avoir ce sésame qui dit que oui, je suis GRAPHISTE !

Pourquoi n'y ai-je pas pensé avant ?

J'ai donc franchi le cap sans savoir où est-ce qu'il allait me mener tant il y a d'étapes à franchir, mais j'aime me donner des défis et celui ci est de taille. Il peut ou non changer le cours des choses.

J'ai officiellement demandé un congé individuel de formation (CIF) à mon employeur pour suivre une licence pro Métiers de l'édition, conception graphique et multimédia à l'université de Rennes.

Lorsque l'on a plus de 30 ans, une pitchounette de 10 mois et un CDI, ce n'est pas simple de retourner sur les bancs de l'école si l'on veut pouvoir continuer à vivre et payer ses factures. En effet, deux solutions : la démission en finançant son propre projet ou le CIF (la formation est financée en tout ou partie par le Fongecif et je touche mon salaire pendant la durée de la formation (maximum 1 an ou 1200h)). Autant vous dire, que le choix entre les deux a été rapide.

Pas à pas

Après la réponse de l'employeur qui je l'espère ne tardera pas, même si il a un mois pour rendre sa décision, je devrais rapidement constituer un dossier pour présenter ma demande au FONGECIF qui pourra ou non accepter.

Et pendant ce temps, parce que je n'ai pas choisi la facilité, je devrais réaliser un dossier de travaux personnels, autrement dit un book pour la première phase de sélection. Oui, vous avez bien lu : l'admission à la licence que je vise est sélective. Une première phase de sélection sur dossiers personnels et une seconde sur entretien. 200 candidats pour 24 places. Il faudra donc attendre début juillet pour connaître le verdict.

Donc,

  1. attendre la réponse de l'employeur
  2. constituer un dossier à remettre au Fongecif et attendre leur décision
  3. réaliser un book qui devra comprendre des réalisations graphiques numériques et des reproductions plastiques (dessins, peinture, photographie, sculpture...). Moi qui débute dans le dessin avec une inscription toute récente aux Beaux Arts... Je vais devoir tout simplement apprendre et vite, dessiner, dessiner et encore dessiner et peut-être tenter de peindre mais là ce n'est pas gagner. Je suis vraiment ravie mais je vous avouerais que cela m'effraye terriblement, moi qui n'est aucune confiance en moi. Je ne manquerais pas de vous faire partager mes réalisations pour avoir votre avis à savoir si je dois ou non les intégrer à mon book.
  4. Si je passe la première étape des sélections (je croise d'ores et déjà les doigts), je devrais me préparer à passer un entretien. Et enfin attendre la décision de l'université.

Pensez-vous que je suis folle d'y croire ? Folle d'oser y croire ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazines