Magazine Nouvelles

Mémoire vive (75)

Publié le 17 février 2015 par Jlk

Unknown-7 2.jpeg

À La Désirade, ce mardi 21 janvier.– Enfin voici cet Houellebecq économiste de Bernard Maris, sur lequel un papier de Bruna Basini, dans le JDD, avait attiré mon attention, l’automne dernier à Venise, au point que je l’avais découpé, très intrigué par certaines réponses du fameux oncle Bernard de Charlie-Hebdo, et par exemple ceci  à propos de La Carte et le territoire qui l’a « ébloui » à ce qu’il dit : «Michel Houellebecq dépeint en visionnaire notre temps, la productivité, l’espace. Il m’a appris des choses que je savais mais que je n’osais pas dire en tant qu’économiste. Il montre, par exemple, des êtres très infantiles qui se comportent en poussins apeurés et toujours insatisfaits.  C’est très fort. Keynes ne dit pas autre chose lorsqu’il explique que le capitalisme infantilise en créant un désir d’accumulation perpétuel chez l’homme, et donc un état de frustration continu.  Houellebecq a lu et vu le vrai Keynes. Pas celui de la relance de la consommation de la gauche mais le chantre de la décroissance qui prône l’euthanasie des rentiers. Il m’a aussi beaucoup révélé sur les thèmes de l’utile et de l’inutile. Qu’est-ce que le travail utile ? Celui de l’ouvrier qui fabrique une passerelle ou celui du dircom qui marche dessus et qui est payé 10 fois plus. Il a lu Keynes, beaucoup de Fourier et Marx.  Le rêve de Marx, par exemple, était de transformer le travail pour qu’il soit désiré et non subi »… 

Sur la même ligne claire, l’essai de Bernard Maris traverse toute l’œuvre de Michel Houellebecq, d’Extension du domaine de la lutte à La Carte et le territoire, en éclairant chaque chapitre par la référence à un économiste (Marshall, Keynes, Schumpeter, Fourier, Marx) non sans fustiger, d’entrée de jeu, la prétendue scientificité du savoir économique, à vrai dire ruinée « sur le terrain » par l’évidente incurie des prophètes auto-proclamés. L’ignorantin que je suis en la matière, mais à qui on ne la fait pas plus qu’au quidam sceptique moyen, est content d’apprendre, de la part, d’un spécialiste avéré, que ses pairs sont plus souvent des charlatans sectaires que des savants avisés et que les « lois du marché » invoquées à tout coup sont aussi flexibles, voire illusoires, que les belles paroles d’autres sortes de gourous.

°°°

Une « amie Facebook » de la vieille garde militante sincère, sincèrement de gauche et sincèrement athée,  déclare comme ça sur mon « profil » qu’elle ne lira pas Soumission, et pas un instant je n’aurais envie de la faire changer d’avis tant je suis rétif moi-même aux injonctions des multiples TU DOIS. Je suis entrain de lire Tu dois changer ta vie de Sloterdijk et m’en trouve bien. Mais qu’on me dise que je DOIS lire ce livre et je cesserai de le désirer, comme à l’époque où j’ai résisté au TU DOIS lire Cent ans de solitude ou TU DOIS lire Marsde Fritz Zorn. 

Or ce refus d’obtempérer va de pair avec le refus d’engager toute discussion avec ceux qui, sans connaissance de cause,s’imaginent qu’ils DOIVENT la ramener. Je-l’ai-pas-lu-jel’ai-pas-vu-mais-voilà-ce-que-je-pense-quand-même-vu-que-j’ai lu-quelque-part-que-et-que-moi-je-pense-que, etc.

°°°

À un moment donné, le retour au roman s’impose comme un souci de revenir à un Objet ; et tout y ramènera, tout fera miel, tout sera filtré par rapport au sentiment ou à l’idée qu’on se fait de l’objet en question. 

À ce propos je me rappelle ce que (me) disaient des écrivains aussi différents l’un de l’autre que Don DeLillo et Jacques Chessex, sur la genèse impalpable, à tout le moins involontaire, et le développement non moins imprévisible d’un roman, comme le relève aussi Houellebecq à propos de Soumission, initialement conçu comme une modulation sur le thème de la conversion au catholicisme, et ensuite raccroché à une thématique plus actuelle.

°°°

Le terme le plus approprié à la débauche d’opinions qui sévit ces jours sur les blogs et les réseaux sociaux, avec une virulence souvent haineuse proportionnée à l’amplitude d’un terrorisme tous azimutes, me semble la jactance. Plus qu’on échange des points de vue : on jacte. 

°°°

images-2 2.jpeg
Je retrouve, à la lecture de ce que ressent le protagoniste de Meursault, contre-enquête,de Kamel Daoud, à propos du Coran vociféré par un voisin, du vendredi musulman et de la prière collective, le même sentiment d’agacement viscéral que j’ai éprouvé l’an dernier  à Tunis en assistant aux étalages d’agenouillements masculins, en pleine rue ou sur les places, avec quelque chose d’ostentatoire qui m’a toujours fait horreur dans les manifestations de crédulité collective, à commencer par mon souvenir de l’évangéliste américain Billy Graham gesticulant dans le stade de la Pontaise, à Lausanne, dans un style plus commercial et publicitaire évidemment, genre marchand du Temple. Ou, plus sinistre, me revient le souvenir de cette voix hideuse, proprement hitlérienne, qui retentissait dans les escaliers de l’immeuble viennois où nous séjournions quelques jours, chaque fois que le voisin de dessous sortait de sa tanière et se répandait en invectives effroyables le temps, je présume, d’aller cherche son courrier cinq étages plus bas et d’en remonter toujours hurlant. 

Or voici ce que raconte Haroun le mécréant algérien : « Mon voisin est un homme invisible qui, chaque week-end,se met en tête de réciter le Coran à tue-tête toute la nuit. Personne n’ose lui dire d’arrêter car c’est Dieu qu’il fait hurler. Moi non plus je n’ose pas, je suis suffisamment marginal dans cette cité. Il a une voix nasillarde, plaintive, obséquieuse. On dirait qu’il joue tour à tour le role de tortionnaire et celui de victime. J’ai toujours cette impression quand j’écoute réciter leCoran. J’ai le sentiment qu’il ne s’agit pas d’un livre mais d’une dispute entre un ciel et une créature. La religion pour moi est un transport collectif que je ne prends pas ».

Moi non plus, foi de chien de chrétien, même si notre héritage culturel et spirituel m’est de plus en plus cher – je ne vais quand même pas, lecteur de Montaigne, me priver de Pascal ou de Rabelais, et j’aime bien me rappeler la foi peu fanatique de mes petits parents en leur paroisse protestante des hauts de Lausanne.

En ce qui concerne la chape calviniste, dont je n’ai guère senti le poids dans ma famille, si ce n’est par la pudibonderie de notre grand-mère paternelle citant parfois des bribes de Bible, je me dis aujourd’hui, songeant à la révolte de l’ami Rafik, que pas un jour, moi non plus, pas une heure je ne supporterais aujourd’hui l’emprise sociale ou personnelle d’aucune religion me contraignant de penser ceci ou de faire cela sans que j’en aie reconnu le bien-fondé ou le fonds de vérité.

Mais voici ce qu’en dit encore Haroun, le frère de l’Arabe sans nom tué par Meursault : «Est-ce que je suis croyant ? J’ai réglé la question du ciel par une évidence : parmi tous ceux qui bavardent sur ma condition - cohortes d’anges, de dieux, de diables ou delivres -, j’ai su, très jeune, que j’étais le seul à connaître la douleur, l’obligation de la mort, du travail et de la maladie. Je suis le seul à payer des factures d’électricité et à être mangé par les vers à la fin. Donc, ouste ! Du coup, je déteste les religions et la soumission ».

°°°

 

Olivier Roy dans La sainte ignorance : « Il n’y a pas de « retour »du religieux, il y a une mutation. Cette mutation n’est sans doute qu’un moment : elle n’ouvre pas nécessaireemnt vers un nouvel âge religieux ».

 

°°°

 

Cinquante pages du dernier roman de Virginie Despentes, Vernon Subutex, et j’ai la sensation de glisser à la surface d’un univers aussi convenu que branché, porté certes par la dynamique d’une expression chic et choc, mais tournant en somme à vide même si Vernon, irrésistible (a-t-il longtemps pensé) tombeur de meufs (c’est comme ça qu’on parle), commence à craindre après avoir été radié du RSA, et plus encore en voyant plusieurs potes lui fausser compagnie alors qu’on se croyait immortel en écoutant d’affilée le double live de Stiff Little Fingers et les Redskins ou le premier EP des Bad Brains, etc.  

 

Je prends une phrase au hasard (« Jean-No avait épousé une meuf chiante. Il y a beaucoup de garçons qu’un contrôle strict sécurise ») et je me demande à moi-même en personne :  est-ce que vraiment je dois m’intéresser à ça ? Il me reste 350 pages pour en décider, alors qu’après trois pages du roman de Kamel Daoud j’étais « dans le bain » que représentent à la fois la réalité multiple et la littérature de la ville-monde. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Voyages

    Voyages

    Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche (Montaigne, Essais). Lire la suite

    Par  Elisabeth Leroy
    POÉSIE, POÉSIE, TALENTS
  • Mémoire vive (89)

    Mémoire vive (89)

    Jean Dubuffet: "La notion de culture, telle qu'elle est conçue aujourd'hui, essentiellement publicitaire, se trouve naturellement portée à affectionner les... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Mémoire vive (88)

    Mémoire vive (88)

    À La Désirade, ce lundi 18 mai. – Très belle journée de mai, dont je profite pour scier du bois. En outre repris mon roman, que j’avancerai plus vigoureusement... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Sweet cocoon

    Sweet cocoon

    Space Un joli petit film d’animation, nominé aux Oscars 2015 de l’ESMASpace; Lorsqu’une chenille trop dodue a besoin de l’aide de deux... Lire la suite

    Par  Pestoune
    TALENTS
  • En manque de persifleurs

    manque persifleurs

    À propos des cuistres et de Jacques Mercanton à Pattaya... Le problème de la critique littéraire de type universitaire, notamment en Suisse romande, c’est... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • La littérature vue par les pions

    littérature pions

    La nouvelle édition de l’Histoire de la littérature en Suisse romande (Zoé, 2015) illustre le conformisme et le copinage qui règnent dans nos régions, juge... Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Much Loved : rupture entre liberté d’expression et censure ! {DOSSIER}

    Much Loved rupture entre liberté d’expression censure {DOSSIER}

    Cet article est né d'un agacement. Agacement devant la multiplication de bêtises que l'on peut trouver sur internet. Des âneries utilisées à tord et à travers,... Lire la suite

    Par  Asmaa
    BLOG, CÔTÉ FEMMES, HUMEUR, JOURNAL INTIME, TALENTS

Magazines