Magazine Journal intime

Les empêcheurs : l’égocentrique

Publié le 02 mai 2015 par Bobo Mademoiselle @bobo_mlle

empêcheurs l’égocentriqueVoici un cas très particulier que celui des égocentriques, car s'ils s'avèrent être particulièrement pénibles dans le travail, dans le civil ils sont encore pire. Ami lecteur, tu l'auras compris, tout au long de mon parcours chaotique, je n'ai pas été influencée que par mon entourage professionnel. Certains faits - historiques, personnels et familiaux - ont contribué à mes différents changements de trajectoire. Et à chaque croisement était tapi un égocentrique.

Non seulement on n'arrête pas d'en croiser mais en plus on a du mal à les semer, les égocentriques. Malheureusement, il s'agit là d'une caractéristique très diffuse de nos jours. Ami lecteur, je t'entends d'ici te poser LA question que je me suis moi-même posée maintes fois : si ce que l'on reproche à un égocentrique est de ne pas faire attention à nous, cela ne fait-il pas de nous aussi des égocentriques ? Ou alors que reproche-t-on vraiment à l'égocentrique ?

Nous nageons en pleine philosophie, au cœur d'un débat qui pourrait presque rivaliser avec celui de la poule et de l'œuf. J'ai décortiqué cette question pendant longtemps et puis j'ai décidé d'en venir à bout en utilisant mes cours de mathématiques de première année. J'ai donc commencé par émettre deux conjectures de départ : je ne suis pas égocentrique (j'ai peu de convictions dans la vie, celle-ci est l'une d'entre elles) et ce que je reproche aux égocentriques est bel et bien de ne pas s'intéresser à moi. Partant de là, comment venir à bout de cet épineux problème, sans sombrer dans la folie ou - pire - dans l'égocentrisme justement ? Eh bien tout d'abord en analysant le comportement de l'égocentrique himself.

Si il ne s'intéresse pas à toi, l'égocentrique ne s'intéresse pas non plus aux autres. Comme son nom l'indique, l'égocentrique ne s'intéresse qu'à lui. Soit. Là où l'égocentrique (le vrai) devient irritant c'est quand il surenchère. Ce qui le différencie du simple égoïste, c'est que l'égocentrique écoute, lui. Il s'inspire et amplifie, soit pour crâner soit pour te faire pitié, c'est selon. Tu lui dis que tu as mal à la gorge et il te dira qu'il a failli frôler le cancer de la trachée. Tu lui dis que tu es un peu dans le rouge côté finance et il te laissera payer l'addition, soi-disant pour les mêmes raisons. Tu lui dis que tu as envie de voyages au long cours et il te taggera sur une photo de son trip sur la Road 66 avec le commentaire " Genre ça ? " qu'il postera sur sa page Facebook un mois plus tard (nous parlons bien de ce même égocentrique qui t'a laissé payer l'addition la semaine d'avant, oui oui).
Quand l'égoïste ne partage rien et se désintéresse ostensiblement de tout ce qui ne le regarde pas personnellement (qu'il s'agisse de ta gorge, tes problèmes d'argent ou tes envies de voyages), l'égocentrique écoute (sans pour autant se souvenir) et ramène à lui avec comme objectif d'en sortir vainqueur d'une façon ou d'une autre.

L'égocentrique se démarque aussi de l'égoïste en ce qu'il considère être quelqu'un d'altruiste, d'attentionné et de bienveillant.
Le hold-up du siècle.
Quand il s'apprête à vivre un moment qu'il juge exceptionnel, que tu le veuilles ou non, l'égocentrique voudra te le faire partager. " Ça part d'une bonne intention ", me diras-tu, " tu n'en aurais pas un peu marre de te plaindre sans arrêt, nom d'un chien. " D'où, cher ami lecteur, l'intérêt de poser dès le départ des conjectures et en particulier la seconde selon laquelle je reproche aux égocentriques de ne pas s'intéresser à moi. Si je ne veux pas passer de moments - exceptionnels ou non - avec l'égocentrique en question et si je lui annonce clairement que je préfère rester chez moi à écouter Barbara en lisant du Zola, je ne vois pas pourquoi je devrais le répéter, me fâcher, taper du pied pour que cela soit respecté. Un peu comme si, ami lecteur, je venais pourrir ta boite mail et ton compte twitter pour t'inciter à lire coûte que coûte mes billets (qui n'intéressent que moi, n'ayons pas peur des mots) et partager avec moi un moment de littérature exquis. Non mais on croit rêver.

Bref, on en arrive à une conclusion que j'affectionne particulièrement (si tu me lisais, tu le saurais)(j'dis ça j'dis rien) : l'enfer est pavé de bonnes intentions. Sous couvert de te faire plaisir, l'égocentrique - qui en réalité ne cherche à faire plaisir qu'à lui - te met dans une situation insoluble qui, pour peu que tu sois une lopette comme moi, te fera douter pendant longtemps de la justesse de tes choix.

Alors amis lecteurs, il est temps de s'élever contre ces empêcheurs qui tournent en rond autour de leur nombril. J'ai fini par trouver la parade : elle est minable mais elle fonctionne. Je filtre les égocentriques pour qu'ils ne m'atteignent pas. Et s'ils y arrivent quand même, je leur dis que j'ai besoin d'air. Bien souvent ils me répondent qu'eux aussi, encore plus d'air. Du coup, ce sera chacun le sien.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine