Magazine Jardin

Section Synstylae, Rosa mulliganii

Publié le 10 juin 2015 par Sambuca

Rosa mulliganii est souvent confondu avec Rosa longicuspis et pour certains c'est le même rosier. Je possède Rosa mulliganii et j'ai pu admirer Rosa longicuspis à l'arboretum des Grandes Bruyères. Je suis incapable de trouver une différence.

J'ai planté Rosa mulliganii il y a quelques années à Veneux. Il a pris du temps avant de vraiment grandir et de fleurir. Il faut dire que lorsque je l'ai planté je n'y connaissais rien en besoins des plantes. Je l'ai planté au pied du grand chêne dans l'entrée. Le chêne et le rosier étaient en plein soleil à cause du déboisement des terrains voisins. Mais le chêne, bien plus vieux, en a plus vite profité et a mis le rosier à l'ombre. Il lui a aussi pris tous les nutriments limités aux feuilles mortes dans ce terrain de pur sable très pauvre et toute l'eau du ciel. Pourtant le rosier a résisté. Maintenant il a droit à son arrosage privé et à de l'Or Brun.

Il fleurit depuis 2007. Cette année-là il avait réussi à trouver le soleil en rampant au pied du chêne :

Section Synstylae, Rosa mulliganii

Puis il a cherché à réaliser sa vie de liane en grimpant sur le chêne et en colonisant une grande aubépine pour aller vers le sud.

Au printemps 2014 il avait tellement proliféré et courbé l'aubépine qu'il formait une arcade qui laissait à peine le passage. En 2013 et 2014 :

Section Synstylae, Rosa mulliganii
Section Synstylae, Rosa mulliganii

J'ai donc été obligée de tailler sévèrement l'ensemble aubépine-rosier. Mais je n'ai pu le faire que 3 mois après la floraison. Cela ne l'a pas empêché de fleurir de plus belle et je vais devoir de nouveau tailler :

Section Synstylae, Rosa mulliganii

L'arbuste fleuri dessous, c'est un seringat :

Section Synstylae, Rosa mulliganii

Pour compenser ses pertes vers le sud il a envoyé des branches d'au moins 3m vers l'est :

Section Synstylae, Rosa mulliganii

Sa floraison a lieu en même temps que celle de Rosa multiflora à Romilly. Les fleurs sont identiques et aussi séduisantes pour les buveurs de nectar :

Section Synstylae, Rosa mulliganii

L'exubérance de ce rosier est extraordinaire et seul un grand arbre peut lui convenir. Mais, contrairement à la glycine, il n'abime rien. Il n'entoure rien, il n'enserre pas. Il se pose simplement sur son support, sans doute s'agrippe avec ses épines, mais il ne déforme pas et n'étouffe pas.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine