Magazine Nouvelles

Sylvie Fabre G., Tombées des lèvres par Angèle Paoli

Publié le 24 juillet 2015 par Angèle Paoli

" LA CLAIRE PERFECTION " DE L'ENFANCE

É ternité de l'enfance, éternité première. Engendrée longtemps avant la naissance, en amont des origines. Quelle durée, la vie fragile de l'enfance ? Qui, mieux que la poète Sylvie Fabre G., saura dire la fragilité de ce temps accordé à la vie, " félicité obscure " prise entre sombre clarté et lumière ? Combien de temps ? interroge la poète dans Tombées des lèvres, recueil qu'elle consacre et dédie à ses petites filles, Anna Livia et Tosca ? Légèreté d'hirondelles, l'enfance, à quelle éternité promise ?

Égrenés au fil des pages, les poèmes, comme autant de notes tenues sur un fil pour retrouver, à travers l'enfance actuelle et vibrante des deux petites filles, toutes nos enfances, éternelles traversées d'oubli.

À travers l'observation d'Anna Livia et de Tosca, Sylvie Fabre G. explore, en trois étapes, trois volets, - " Le trésor des oiseaux " | " Petites filles traversières "| " À mesure d'enfance " - " la vie exacte " de la petite enfance.

Il faut remonter aux origines, rassemblées sous le titre tutélaire " Le trésor des oiseaux ", pour renouer avec les mémoires d'enfance, celles que l'on a tues qui recèlent toujours leur part de secret, celles qui affleurent disséminées sous le millefeuille du je

- " Attentive derrière les mots

ta mémoire revient vers

le fils, dont le pays était l'enfance

dont le pays n'est plus l'enfance " -

enfance du fils à jamais reçue pour donner naissance à d'autres enfances qui balbutient au ventre de la mère. Cheminement attente qui se précise au fil des jours, " du glissement du cœur vers / le corps en route " ; mystérieux cheminement qui se vit sous les regards des parents, se faufile sous les mots de la grand-mère pour dire l'avènement de l'indicible, l'énigme de la " vivante ".

Dès les abords de la vie, la langue balbutie qui commence par le cri, l'informulé l'inarticulé de l'angoisse qui accompagne la naissance. Mais le souffle est là, inspir/respir, qui préside à l'acte de vivre, éblouissement et " extension " de la mère à l'enfant ; zeugma qui renouvelle l'alliance des êtres avec le monde auquel ils appartiennent :

" Porter refonde patiemment l'origine,

l'alliance de la fleur à la terre,

de la neige au nuage, engendre

deux hivers venus de deux printemps,

père, mère, enfants [...] "

La poésie de Sylvie Fabre G. interroge. Le moindre geste, la moindre manifestation prise entre " épines " de la famille et " pétales de papillon ", " détresse " et " douceur " ; " angoisse de la séparation " et " joie originaire de la vie " qui préside à la mort (" le bébé rêveur sait-il déjà la mort ? "). Ainsi, si la naissance d'un enfant accroît le monde, si son apparition est agrandissement de la création, si habiter l'enfance est renouer avec le commencement qui nous lie à jamais au jadis, la venue nouvelle d'un être humain est toujours renouvellement du mystère de l'avant et du mystère de l'après :

" Une seule vie : devant les yeux

et derrière, le mystère. "

Cependant, l'enfance est là, promesse d'un don qui dépasse, d'une grandeur qui pousse vers le " goût d'aimer " ; promesse d'oiseaux dans leur langue, envol des voyelles qui s'élèvent entre le glissement des consonnes au creux des prénoms des petites filles. " Voyelles tombées des lèvres ", qui se recomposent sous la magie du verbe pour donner une œuvre nouvelle. Nomination qui conduit au poème, du poème au recueil, de l'écriture à la vie. Nommer et donner vie. Nommer et donner à lire. Nommer et écrire. " Félicité obscure " que cette promesse, d'où naît aussi le sentiment de l'éphémère, puisqu'" il n'y a qu'un seul voyage ". Ainsi de la petite enfance qui ne dure que le temps d'un pépiement. Déjà il faut envisager l'envol des alouettes l'avenir les départs les soucis les chagrins les séparations. Avec l'énigme finale qui gît sous la lame du vers :

" il y a départ

et l'issue manque pour le retour ".

En dépit de la note sombre qui clôt la première section du recueil, la poète poursuit son voyage, observatrice vigilante des " petites filles traversières ". Elle compose pour elles, dans la belle langue de ses poèmes, des tableaux d'enfance heureuse. Ceux des rondes et des comptines, des jeux et des histoires, des chutes et des chagrins, des magies et des joies, des larmes et des baisers, des refus et des maux... Autant de regards qui ramènent sur la laisse de nos mémoires nos enfances oubliées, à croire qu'en dépit de la marche inexorable du temps, les temps de l'enfance se rejoignent, sans cesse réappropriés dans les mêmes gestes dans les mêmes attentes dans les mêmes cheminements. La poète admirative émue retrace ces étapes, accordant à ses petites filles toute l'attention que mérite chaque forme nouvelle sous le regard émerveillé de l'enfant. Ainsi, dans chaque expérience, " la claire perfection " de toute chose s'offre-t-elle au désir de l'enfant dans l'énigme d'une existence qui se change en découverte. Découverte d'un instant qui donne au temps toute sa mesure. Miracle que cette vie des petites filles éprises de curiosité insatiable. Leur talent de magiciennes fuse, propre à transcender le monde ses effrois ses injustices incompréhensibles et de les muer en " don d'amour ".

" Au tournant de la page

inlassablement elle suspend son geste

soucieuse des larmes de la baleine bleue

que son doigt essuie

et c'est à chaque fois la douleur

de la créature qu'elle transmue

en don d'amour ".

Rassemblées sous la voix de l'enfant, toutes les voix du monde glissent sous la langue enfantine. Ainsi tous les mystères des histoires patiemment lues ressassées entendues rendent-ils aux voix surgies de la page leur lallation de prières,

" car ouvrir sa voix

aux mondes c'est aussi ouvrir le livre des prières ".

Mais la plus belle découverte, la plus saisissante, la plus admirable, n'est-elle pas, pour une grand-mère poète, celle de l'apprentissage du langage ? Ainsi Sylvie Fabre G. se met-elle à l'écoute du bruissement de la langue d'Anna Livia et de Tosca. Depuis les babils du tout petit enfant qui " trompe la solitude en suçotant sa voix " jusqu'au " butin de gouttes sonores " qui signent l'exploit

- " aujourd'hui les mots

jaillissent et chantent pareils aux fontaines,

réveillant le sentiment de jouvence d'une assoiffée

dans l'écoute soudain désaltérée à ce qui semble

couler de source pure... " -.

Jour après jour, le langage fraie son chemin à travers timbre / tessiture / écho / voix / intonations / rythme et sons. Et tant pis si " la langue trébuche ". D'autres voix aimantes sont là qui apportent leur aide et permettent que les mots retrouvent leur voie. Au-delà, le vent la forêt les étoiles la balançoire la flaque d'eau et " la baleine bleue " sont là pour donner à la vie sa saveur de sel et aux petites filles leur élan vers la lumière.

Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli


Sylvie Fabre G.,  Tombées des lèvres  par Angèle Paoli


SYLVIE FABRE G.

Sylvie Fabre G.,  Tombées des lèvres  par Angèle Paoli

Source
■ Sylvie Fabre G.
sur Terres de femmes
[Plus forte que la forêt] (poème issu du recueil Tombées des lèvres)
Frère humain (note de lecture d'AP)
Frère humain (note de lecture d'Isabelle Raviolo)
→[La pensée va, et vient à ce qui revient] (poème issu du recueil Frère humain)
→ Sylvie Fabre G. par Sylvie Fabre G. (auto-anthologie poétique comprenant plusieurs extraits de L'Approche infinie)
→[C'est un matin doux et amer](poème issu du recueil L'Autre Lumière)
→ Dans l'attente d'un prolongement qui se meurt (note de lecture d'AP sur Corps subtil)
→ Corps subtil (poème issu du recueil Corps subtil)
L'Approche infinie (note de lecture d'AP)
→ Celle qui n'était pas à sa fenêtre (extrait issu du recueil Le Génie des rencontres)
→ La demande profonde
→ Maison en quête d'orient (poème issu du recueil Les Yeux levés)
Quelque chose, quelqu'un
→ Trouver le mot (autre poème issu du recueil L'Autre Lumière)
→ (dans la galerie Visages de femmes) le Portrait de Sylvie Fabre G. (+ poème issu du recueil L'Approche infinie)
→ Jean-Pierre Chambon, Le Petit Livre amer, par Sylvie Fabre G.
→ Jean-Pierre Chambon, Tout venant, par Sylvie Fabre G.
→ Patricia Cottron-Daubigné, Visage roman, par Sylvie Fabre G.
→ Alain Freixe, Vers les riveraines, par Sylvie Fabre G.
→ Emmanuel Merle, Ici en exil, par Sylvie Fabre G.
→ Emmanuel Merle & Thierry Renard, La Chance d'un autre jour, Conversation (lecture de Sylvie Fabre G.)
→ Pierre Péju, Enfance obscure, par Sylvie Fabre G.
→ Pierre Péju, L'État du ciel, par Sylvie Fabre G.
→ Fabrice Rebeyrolle, un peintre gardien du feu, par Sylvie Fabre G.
→ Erwann Rougé, Passerelle, Carnet de mer, par Sylvie Fabre G.
→ (dans l'anthologie poétique Terres de femmes) L'au-dehors
→ (dans les Chroniques de femmes) L'Amourier | Le Jardin de l'éditeur par Sylvie Fabre G.
→ (dans les Chroniques de femmes) Anne Slacik par Sylvie Fabre G. : Anne, la sourcière
→ (dans les Chroniques de femmes) Ludovic Degroote | Retisser la trame déchirée, par Sylvie Fabre G.
■ Voir aussi ▼
→ (sur le site de la Mél, Maison des écrivains et de la littérature) une fiche bio-bibliographique sur Sylvie Fabre G.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazines