Magazine Nouvelles

Laura Kasischke | Twenty-Ninth Birthday

Publié le 16 octobre 2017 par Angèle Paoli


Laura Kasischke  |  Twenty-Ninth Birthday

TWENTY-NINTH BIRTHDAY S uddenly I see that I VINGT-NEUVIÈME ANNIVERSAIRE J e m'aperçois soudain Laura Kasischke, D'APRÈS UNE NOTE DE LA MAISON DE LA POÉSIE (PARIS) Premier recueil de poésie de Laura Kasischke traduit en français (éditions Page à Page, 2016),
have been wearing my mother's body
for a long time now. It all
belongs to her, here where the skin
is softest and here
where it puckers in disgust-each
inch. The very nails that pounded
her body to pieces
build me one just like it
and I have been wearing it
like a terrible house
and never noticed all of it
hers, except this mole on my arm-that
belonged to my father's mother
and it was left to me
to remind me that I
am one of those
witches, too, praying
in the dry face of the moon
while I walk around with death
in my big breasts, like them, full
already of my future scars
and pain and hallucinations
that shriek ahead like train tracks
past this naked house
across the self-pitying
pleasureless decades left.
I have turned my face to the wall to hide it
while you slip my father's
angry face over yours.

Laura Kasischke  |  Twenty-Ninth Birthday

que je porte le corps de ma mère
depuis longtemps déjà. Il lui
appartient tout entier, ici où la peau
est la plus douce et là
où elle affiche une moue dégoûtée - chaque
centimètre. Ces mêmes clous qui lui ont
démoli le corps
m'en ont fabriqué un à l'identique
et je l'ai porté
comme une maison terrible
sans avoir jamais rien remarqué - tout est
à elle, sauf ce grain de beauté sur mon bras - celui-ci
appartenait à la mère de mon père
et il m'a été transmis
pour me rappeler que moi
aussi je suis l'une
de ces sorcières, priant
à la face desséchée de la lune
pendant que je me promène avec la mort
logée dans mes gros seins, comme elles, déjà
porteuse de mes futures cicatrices
hallucinations et douleurs
qui lancent des cris comme les rails d'un train
devant cette maison nue
vers les décennies qui restent
d'apitoiement et de déplaisir.
Je tourne le visage vers le mur pour le cacher
pendant que tu glisses le visage en colère
de mon père par-dessus le tien.
Mariées rebelles [ Wild Brides, New York University Press, 1991], édition bilingue, Éditions Page à Page, 2016 ; éditions POINTS, collection Points Poésie, 2017, pp. 162-163-164-165. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Céline Leroy. Préface de Marie Desplechin.
Laura Kasischke  |  Twenty-Ninth Birthday

Mariées rebelles est également son premier recueil de poésie paru aux États-Unis (New York University Press, décembre 1991). On y retrouve les thèmes qui hantent son écriture - le secret, le sexe, la menace sourde et grandissante, la disparition et la mort omniprésente. Emplies de brutale délicatesse, ces polyphonies parfois étranges mêlent tragédies mythiques et préoccupations contemporaines.
Laura Kasischke vit aujourd'hui à Ann Arbor, où elle enseigne l'écriture romanesque au Residential College de l'université du Michigan. Ses romans sont publiés chez Christian Bourgois. Parmi eux, À moi pour toujours et Esprit d'hiver (Grand Prix des Lectrices de Elle, 2014) sont des best-sellers tandis que La Vie devant ses yeux et A Suspicious River ont été adaptés au cinéma. Elle a également reçu de nombreux prix pour ses ouvrages de poésie.
[Source]
_____________________________________________________


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazines