Magazine Nouvelles

Anne-Cécile Causse | [Le sable réveillait doucement nos étreintes]

Publié le 11 décembre 2017 par Angèle Paoli


Anne-Cécile Causse  |  [Le sable réveillait doucement nos étreintes]
" À l'arrière de la barque, sa main
suspendait la vague. "
Dessin d'Anaïs Charras
in Anne-Cécile Causse, Autrement que la rive, page 31.

[LE SABLE RÉVEILLAIT DOUCEMENT NOS ÉTREINTES]

L e sable réveillait doucement nos étreintes Anne-Cécile Causse,
et le rouge de nos yeux
laissait présager un étrange crépuscule.
Tu distinguais le soir quand je m'ouvrais à la nuit.
Autrement que la rive, poèmes, Éditions Unicité, 2017, pp. 26-28-30. Dessins Anaïs Charras.

Anne-Cécile Causse  |  [Le sable réveillait doucement nos étreintes]

Du bout des doigts
je caresse l'éclat fendu
de nos étoiles.
La nuit s'éteint dans le miroir,
quelqu'un
pleure contre un langage.
À l'arrière de la barque, sa main
suspendait la vague.
Le corps épousait le bois,
tiède, sous la mer.
La main,
tendue vers un ailleurs,
et dont on ne savait si le ciel, si les flots.
On ne distinguait pas si la barque s'éloignait.
On était derrière elle
et l'horizon défait,
derrière elle et sa voix,
séparée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines