Magazine Journal intime

Solution Super, Hyper, Wonder Antoinette

Publié le 16 janvier 2018 par Lesenquetesdantoinette
Solution Super, Hyper, Wonder Antoinette

- Est-ce que c'est Renée la chef de rayon et son frère Ben pour se venger de son renvoi ?

- Monsieur Chassagne, vexé d'être interdit de magasin ?

- Un ou une nouveau-lle qui fait rentrer un complice pour voler le magasin ?

Lorsque je descends à la réserve avec un Monsieur Gontrand à moitié endormi et pas franchement joyeux d'avoir était réveillé en pleine nuit, je suis estomaquée.

Verrene et ont allumé les projecteurs et ils sont devant un groupe de quatre personnes dans un coin.

Je ne distingue pas bien leur visage. Mais ce qui en émane, de prime abord, c'est la peur.

En me rapprochant, je m'aperçois qu'une silhouette est toute recroquevillée, la tête entre les jambes : elle pleure.

M. Gontrand est déjà agenouillé auprès d'elle.

Je distingue une écharpe violette et noire : les couleurs de Sainte Hurteubise : c'est , la fille de M. Gontrand.

" Mais qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que tu fais ? Tu t'es fait agresser ? Ils t'ont fait du mal ?

- Tu comprends rien ! Tout ce gâchis ! On voulait aider les sans-abri ! "

Est en pleurs et ses acolytes tremblent comme des feuilles.

Maintenant que je les vois de plus près, je reconnais les membres de l'association caritative de cette après-midi.

M. Gontrand n'a pas porté plainte et tout le monde est rentré chez lui.

Après ces péripéties, l'inspecteur Verrene nous a proposé à et à moi de venir boire un verre dans son appartement.

Je n'ai pas refusé, surtout que je voulais entendre leur version des faits.

Les quatre lycéens de Sainte Hurteubise, après avoir passé leur après-midi dans la galerie marchande de Priminip, se sont cachés dans les toilettes, enfin un des complices.

Le soir venu, après la fermeture du magasin, il a ouvert la porte de la réserve à ses camarades.

D'ordinaire, c'est Patrick qui leur ouvrait, mais il avait trop peur de perdre son poste et refusait désormais de le faire, même pour les doux yeux de la fille du patron.

Ils volaient les poubelles pour les poster devant les associations. Des robins des bois des temps modernes quoi.

" Ce qui a de bien avec toute cette histoire...

- C'est que je ne passerai plus pour le guignol de service, interrompt.

- ... C'est que maintenant, M. Gontrand s'est engagé à remettre ses invendus aux associations du quartier. "

La soirée s'achève dans la bonne humeur avec ce doux sentiment du devoir accompli.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :