Magazine Humeur

La Dictature En Marche

Publié le 01 mars 2018 par Observatoiredumensonge

Un de nos hommes politiques, doté d'un certain courage et d'une acuité certaine, a osé prononcer ces mots tabous : " Nous sommes en dictature ! "

La Dictature En MarcheNous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n'engage que son auteur et en aucun cas
Observatoire du MENSONGE

La Dictature En Marche

Par Michel Roger

Un de nos hommes politiques, doté d'un certain courage et d'une acuité certaine, a osé prononcer ces mots tabous : " Nous sommes en dictature ! ", faisant hurler à l'unisson ses collègues et bon nombres de journalistes de diverses tendances : qu'en est-il ?
Selon Littré, une dictature est " le pouvoir absolu remis temporairement entre les mains d'un homme ou d'une assemblée. " ; Larousse précise " Régime politique caractérisé par l'exercice sans contrôle d'un pouvoir politique absolu et souverain par un exécutif, qu'il soit personnel ou collégial. "
La constitution de notre Vème république à été écrite à un moment précis de notre histoire, pour répondre à des circonstances exceptionnelles, et pour un homme tout aussi exceptionnel, qui a tout donné à son pays, sans en tirer aucun profit personnel et roi sans couronne a quitté le pouvoir lorsqu'il a constaté que la volonté populaire qui l'avait mis en place ne le suivait plus...
Cette Vème république était rendue nécessaire, car l'histoire nous l'apprends, la direction d'un grand pays ne peut être dirigée de manière collégiale : celle qui la précédait, règne du roi Pétaud avec son instabilité chronique, nous avait mené au bord de la catastrophe économique et de la guerre civile. Il fallait donner à notre pays de grandes idées, de grands défis à relever, non le ruiner dans des discussions de couloir pour mettre en place des combines de maquignon en essayant de tirer la couverture à soi.
Alors oui ! Les destinées du pays ont été déléguées à un homme investi directement par le peuple, aux suffrages directs. Pour soutenir son action, Il est proposé au peuple de donner la majorité parlementaire en élisant des députés qui s'engagent à mettre en œuvre ses directives. Le contrôle de ses actions et décisions est assuré par un sénat, élu par les représentants des collectivités territoriales. Enfin un conseil constitutionnel contrôle la conformité des lois à la constitution du pays.
Dès lors que le Président est soutenu de manière inconditionnelle par une majorité parlementaire, il peut faire à peu près ce qu'il veut, Il choisit le premier ministre et adoube les membres du gouvernement : même si le sénat peut modifier la loi proposée, c'est - in fine - le parlement qui a le dernier mot. La justice elle-même, est soumise au garde des sceaux qui est lui-même mis en place par le président.
On peut, je pense, dire que le président élu au suffrage direct, et l'assemblée des députés (elle-même élue au suffrage direct) ont reçu délégation du peuple, car c'est un fait, pour tenir les rênes de son destin, pour le meilleur comme pour le pire.
Lorsqu'un ministre passe outre, les accords entre patronat et syndicats sur les problèmes de financements du chômage, de la retraite ou du temps de travail, et impose ses vues personnelles, est-ce de la concertation ou un dictat ?
Lorsqu'un gouvernement impose ses conceptions par des décrets, ou passe outre à la volonté exprimé par référendum et prend des engagements contraires cette volonté...N'est-ce pas la un acte de dictature selon Littré et Larousse... ?!
Le Français est une langue riche en nuance, mais elle est précise et excelle à définir le sens des mots qui la composent. Liberté nous est encore laissée de profiter de la richesse de notre vocabulaire, on peut parler français ou la " langue de bois ". Si il y a une leçon à tirer de cet " incident politique ", c'est que le peuple a choisi ses maîtres, quelque soit le nom qu'il convient de leur donner ! Ce choix, il lui appartient de l'assumer, et si il estime avoir été trompé, au moment de mettre son bulletin dans l'urne qu'il se remémore la fable de La fontaine " le corbeau et du renard " ou mieux encore " le chat, la belette et le petit lapin "...

Michel Roger

Article à lire en cliquant sur le titre: Franc-maçon

Observatoire du MENSONGE est un site gratuit : vous pourriez au moins nous SUIVRE pour nous soutenir!

La Dictature En Marche

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS+ 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l'opposition en France!

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Michel Roger pour Volontaires pour la France

Avec La Semaine du MENSONGE: recevezgratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n'arrive pas dans vos indésirables...

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L'Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d'autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d'un pseudo.

La Dictature En Marche

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Observatoiredumensonge 294541 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine