Magazine Journal intime

[lu] toutes ces nuits d'absence, roman d'alain bron

Publié le 15 mars 2018 par Tilly

Les Chemins du Hasard, mars 2018,lien 264 pages, 18 euros

4è de couv' (par l'auteur) : Jacques Perrot est écrivain. De vieilles photos raniment sa première histoire d’amour brisée par le meurtre de son amante. Ce crime impuni l’obsède. Près de cinquante ans après, il décide de reprendre l’enquête. Aidé par d’improbables comparses, il plongera dans la ville de sa jeunesse et réveillera des fantômes redoutables au premier rang desquels figurera un personnage inattendu : lui-même. Une cité industrielle dans les années 60. Un secret de famille soigneusement camouflé. Des mouvements d’extrême droite. Une situation qui résonne avec notre époque... — Lauréat de la Bourse de l’Aventure à l’âge de seize ans, Alain BRON part seul au Sahara et en revient riche d’expériences qui marqueront toute sa vie littéraire et professionnelle. Plus tard, cadre sociologie d’entreprise. Alain BRON a publié des essais, des nouvelles et des romans nommés et primés à plusieurs reprises. Il promeut par ailleurs les arts in situ et préside une compagnie théâtrale. Il est membre de la Société des Gens De Lettres (SGDL). Essais, romans, polars, nouvelles, Alain Bron se moque du cloisonnement littéraire pour le plus grand plaisir des lecteurs. Ses ouvrages sont souvent sélectionnés ou primés pour leur finesse d’observation, leur humour décalé et leur scénario inattendu. Dans ses romans, jamais il ne juge. Les personnages mauvais ne sont pas si mauvais, et les bons ne le sont pas tout à fait. Et au moment le plus noir, le plus dramatique, se glisse un geste tendre, un trait d’esprit ou une espérance qui vient rappeler que l’humanité, si elle est loin d’être parfaite, mérite toute notre attention.
Déjà, avant les premières lignes, le grand plaisir d'ouvrir un nouveau roman noir d'Alain Bron (le précédent date de 2015lien), l'impatience de découvrir dans quelles aventures, dans quel milieu, il a plongé ses personnages (à chaque fois c'est très différent).
Et s'attendre avec délices à retrouver sa verve, son humour, à admirer son imagination au service d'une histoire passionnante.
Au final : une nouvelle fois, le contrat est rempli haut la plume !

Jacques Perrot (hommage subliminal à Jacques Perret ?) est un vieux parisien scrogneugneu pour ne pas dire atrabilaire. Bien parti pour finir sa vie tout seul avec son chat, à ressasser son amertume d'auteur de romans qui ne trouvent pas leur public. Une vieille photo de classe retrouvée inopinément fait ressurgir des souvenirs de jeunesse soigneusement occultés, le réveille de son ankylose affective, et le lance dans une enquête bien plus personnelle qu'il ne l'imagine au début. En 1967, Brigitte sa toute première petite amie, fille de notable, avait été retrouvée morte étranglée à Troyes où Perrot, petit-fils d'ouvrier-artisan, élevé par sa mère célibataire dans des conditions modestes, allait au lycée. Premier grand amour, rupture sans explication, mal digérée. A l’époque, se sentant inconfortablement en partie responsable, le jeune Perrot avait tout fait pour oublier le drame et ne s'était pas intéressé aux suites policières et judiciaires de l’affaire. Le démon de la nostalgie aidant, il va peu à peu renouer les fils coupés de sa mémoire et découvrir pourquoi il n'a pas été le seul à vouloir enterrer le souvenir de la malheureuse Brigitte.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :