Magazine Humeur

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?

Publié le 16 juillet 2018 par Observatoiredumensonge

Qui dirige Internet dirige le monde...

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?

Nous avons le plaisir et l'honneur de pouvoir publier ici : Rédacteur en chef, éditeur, auteur du rapport Geller, FATWA : Hunted in America.

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?

Par Pamela Geller

Qui est derrière le maintien de l'ordre de notre pensée en ligne ?
Un article, " What the Red Pill Means for Radicals ", publié le 7 juin dans la publication Fair Observer, au nom ironique, aurait pu passer inaperçu comme une nouvelle attaque non informée, biaisée et idéologiquement motivée contre tous ceux qui sont étiquetés " extrémistes ". La pièce est tellement criblée de non-séquenceurs et de généralisations sauvages qu'il semble presque cruel de la déchiqueter en lambeaux.
Mais l'auteur est Bharath Ganesh. Une petite recherche en ligne révèle que Ganesh travaille actuellement à l'Oxford Internet Institute - à l'estimée Université d'Oxford - sur un projet de recherche financé par l'Union européenne pour trouver des moyens de perturber l'extrême droite en ligne. Le projet en question est sous la bannière du Réseau d'excellence Vox-Pol, qui " est conçu pour rechercher, analyser, débattre et critiquer les questions entourant l'extrémisme politique violent en ligne (VOPE) " .
Ce groupe de recherche ne s'intéresse qu'à l'extrémisme violent - d'après leur site Web. " Le qualificatif " violent " est donc employé ici pour décrire l'intérêt de VOX-Pol, c'est-à-dire ceux qui emploient ou préconisent la violence physique contre d'autres individus et groupes pour faire avancer leurs objectifs politiques. Le caractère extrémiste de la politique qui intéresse VOX-Pol n'est donc pas décidé par les participants au projet, mais par la décision de ceux qui sont impliqués dans des types particuliers de politique de préconiser ou d'employer la violence pour faire avancer leurs objectifs.
Notez les affirmations - tout à fait fallacieuses, comme il s'avère - que l'étiquetage de certaines personnes ou groupes comme " extrémistes violents " est entièrement dû à leur propre comportement ; en d'autres termes, ne vous inquiétez pas, les amis, tout cela est scientifiquement objectif.
Cette recherche est utilisée pour conseiller les entreprises qui hébergent des plateformes en ligne, comme Facebook, ainsi que les gouvernements, sur la façon d'éradiquer la radicalisation en ligne - en utilisant des stratégies telles que l'élaboration de moyens d'empêcher les gens de voir du matériel affiché qui est jugé inapproprié d'une certaine façon, ou en leur offrant d'autres " belles " choses à regarder. Il s'agit d'une question très importante. Les gens et les pouvoirs politiques derrière de telles initiatives manipulent le comportement en ligne et contrôlent littéralement la façon dont les gens pensent et obtiennent l'information. Ils sont les gardiens désignés du hoi polloi en ligne.
Mais qui garde les gardiens ?
Car si le Dr Ganesh est responsable, nous avons des questions très inquiétantes à poser. On pourrait partir de l'observation que l'article n'est certainement pas une pièce académique, et ne donne aucune preuve concrète de l'une ou l'autre des affirmations générales qu'il fait sur ce que l'on appelle " alt-right " et la " manosphère " ; il ne tente pas non plus, comme tout universitaire devrait le faire, de tester des idées et d'envisager d'autres explications. (Bizarrement, cela en fait un peu comme les groupes qu'il prétend critiquer.
Et l'étiquette d' "extrémiste violent " s'avère être utilisée très généreusement. Ganesh fait des sauts sauvages et des inférences. Il parle de Darren Osborne, l'auteur de l'attaque de la mosquée de Finsbury Park. Il s'agit d'un crime odieux qui doit être condamné à juste titre. Mais pourquoi Osborne a-t-il fait cela, selon Ganesh ? L'attaque " a été exécutée après qu'il s'est indigné après avoir regardé une émission de la BBC sur l'exploitation sexuelle des enfants et s'est tourné vers les médias sociaux pour en comprendre le sens. Il a trouvé un récit de groupes de contre-jihad britanniques étroitement liés à la droite, comme Britain First et le fondateur de la Ligue de défense anglaise, Tommy Robinson. Le mouvement contre-jihad britannique est ainsi entraîné dans le même groupe d'extrémistes violents que Osborne, parce que Ganesh " sait " qu'ils l'ont encouragé.
L'émission de la BBC était une dramatique basée sur la vie réelle, Three Girls, qui montrait les événements réels de trois (très nombreuses) victimes des gangs de viols musulmans de Rochdale. Ganesh sait exactement ce qui s'est passé dans la tête d'Osborne. Plutôt que de penser que c'est l'indignation face au comportement des gangs d'hommes musulmans d'origine pakistanaise qui ont abusé des filles représentées dans Three Girls qui a fait perdre la tête à Osborne et commettre son terrible crime, Ganesh blâme l'acte d'Obsorne sur des gens comme Tommy Robinson. Pourtant, Robinson se bat explicitement CONTRE la violence politique. Quel " récit de groupes de contre-jihad britanniques " peut-on trouver qui suggère de conduire des véhicules dans des musulmans innocents devant une mosquée ? Je suis sûr que s'il y en avait, Ganesh, en tant que chercheur dans une institution d'élite, pourrait le trouver. Mais il n'y en a pas - seulement des conjectures et des techniques de lecture des pensées de Ganesh. Je suppose que si vous êtes payé pour combattre l'extrémisme en ligne, vous feriez mieux de le trouver, ou vous êtes sans emploi et à court de publications universitaires.
Nous avons aussi l'idée ridicule que Tommy Robinson est " alt-right ". En fait, il se décrit lui-même comme un centriste - il a dit qu'il est d'accord avec les travaillistes sur certaines choses, les conservateurs sur d'autres choses, et il a quitté l'EDL précisément parce qu'il n'aimait pas le travail.
L'auteur de cet article de mauvaise qualité travaille dans l'une des universités les plus prestigieuses du monde, sur la recherche financée par l'Union européenne, et donne des conseils basés sur cette pensée bâclée à ceux qui sont chargés de manipuler et de contrôler les communications et les informations que nous avons en ligne.
Nous devons poser la question. Est-ce simplement une coïncidence que Tommy Robinson est maintenant en prison, et qu'un " chercheur " qui présente un compte rendu aussi trompeur de Robinson est actuellement activement engagé dans une consultation avec l'Université d'Oxford et l'Union européenne pour conseiller comment perturber les activités de Robinson, en renforçant les mensonges et les fausses représentations à son sujet à ceux qui sont au pouvoir ?
Il y a plus. Le profil de Bharath Ganesh nous le dit : " Au cours de son doctorat, M. Bharath a également été chercheur principal à Tell MAMA, un projet national consacré à la cartographie et à la surveillance de la haine anti-musulmane au Royaume-Uni. Il a témoigné devant les Chambres du Parlement sur la gouvernance, l'extrémisme, le genre et les crimes haineux et a rédigé un certain nombre de rapports dans ce domaine.
Est-ce une simple coïncidence que ce " chercheur ", avant de venir à l'Université d'Oxford, ait travaillé pour Tell Mama, cette usine de production de fausses déclarations sur l'islamophobie ?
Qui dirige Internet dirige le monde. S'agit-il d'un partenariat entre les gouvernements européens, les géants de l'Internet et l'influence islamique ?
Veuillez prendre un moment pour y réfléchir. Maintenant, plus que jamais, les gens lisent le rapport Geller pour des nouvelles qu'ils n'obtiendront nulle part ailleurs. Mais les recettes publicitaires ont pratiquement disparu. Google Adsense est le monopole de la publicité en ligne et ils nous ont bannis. Des géants des médias sociaux comme Facebook et Twitter ont bloqué et banni nos comptes. Mais nous n'installerons pas de mur de paiement. Parce que le monde libre n'a jamais eu autant besoin de journalisme indépendant.
Tous ceux qui lisent nos reportages savent que le rapport Geller couvre les nouvelles que les médias ne couvriront pas. Nous ne pouvons pas faire notre première pelletée de terre sans votre soutien. Nous devons continuer à rendre compte du jihad mondial et de la guerre de la gauche contre la liberté. Les contributions de nos lecteurs rendent cela possible.
Le journalisme d'investigation indépendant de Geller Report prend beaucoup de temps, d'argent et de travail difficile à produire. Mais nous le faisons parce que nous croyons que notre travail est essentiel dans la lutte pour la liberté et parce que c'est aussi votre combat.
Nous vous prions de contribuer à notre travail de pionnier.

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?Pamela Geller

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Pamela Geller pour GELLER REPORT

La lutte pour la liberté c'est aussi votre combat.

Texte original:
GELLER: WHO IS BEHIND THE INTERNET THOUGHT POLICE?
JUST WHO IS BEHIND THE POLICING OF OUR THOUGHT ONLINE?
By Pamela Geller, Breitbart News :
An article, "What the Red Pill Means for Radicals," published on June 7 in the ironically named publication Fair Observer might have passed unnoticed as yet another uninformed, biased and ideologically motivated attack on all who ever get labeled "extremists." The piece is so riddled with non-sequiturs and wild generalizations that it seems almost cruel to rip it to shreds.
But the author is Bharath Ganesh. A little online research reveals that Ganesh is currently working at the Oxford Internet Institute - at the esteemed Oxford University - on a research project funded by the European Union to devise ways to disrupt the "far right" online. The project in question is under the banner of the Vox-Pol Network of Excellence, which "is designed to comprehensively research, analyse, debate, and critique issues surrounding violent online political extremism (VOPE)."
This research group is only interested in violent extremism - according to their website. "The qualifier 'violent' is therefore employed here to describe VOX-Pol's interest, which is in those that employ or advocate physical violence against other individuals and groups to forward their political objectives. The extremist nature of the politics in which VOX-Pol is interested is thus not decided upon by project participants, but by the decision of those involved in particular types of politics to advocate or employ violence to advance their goals."
Note the claims - utterly disingenuous, as it turns out - that the labeling of certain people or groups as "violent extremists" is entirely due to their own behavior; in other words, don't worry, folks, it's all scientifically objective.
This research is being used to advise companies who host online platforms, such as Facebook, as well as governments, on how to stamp out online radicalization - using strategies such as working out ways of preventing people from seeing material posted that is deemed unsuitable in some way, or offering them alternative "nice" things to look at. This is a seriously important issue. The people and political powers behind such initiatives are manipulating behavior online and literally controlling how people think and get information. They are the appointed guardians of the online hoi polloi.
But who guards the guardians?
For if Dr. Ganesh is in charge, we have some very worrying questions to ask. One could start from the observation that the article is certainly not an academic piece, and gives no concrete evidence for any of the sweeping claims it makes about the so-called "alt-right" and the "manosphere"; nor does it, as any academic should do, attempt to test ideas and consider alternative explanations. (Oddly enough, this makes it rather like the groups it claims to criticize.)
And the label of "violent extremist" turns out to be used very generously. Ganesh makes wild leaps and inferences. He talks of Darren Osborne, the perpetrator of the vehicular attack on Finsbury Park Mosque. This was a heinous crime, and should rightly be condemned. But why did Osborne do this, according to Ganesh? The attack "was executed after he had become indignant after watching a BBC broadcast on child sexual exploitation and turned to social media to make sense of it. He found a narrative from British counter-jihad groups closely aligned with the alt-right, such as Britain First and the founder of the English Defence League Tommy Robinson." The British counter-jihad movement is thus swept into the same group of violent extremists as Osborne, because Ganesh "knows" they encouraged him.
The BBC broadcast was the drama based on real life, Three Girls, which showed real-life events of three of the (very many) victims of the Rochdale Muslim rape gangs. Ganesh somehow knows precisely what went on in Osborne's mind. Rather than thinking that it was outrage at the behavior of the gangs of Muslim men of Pakistani background who abused the girls portrayed in Three Girls that caused Osborne to lose his mind and commit his terrible crime, Ganesh blames Obsorne's act on the likes of Tommy Robinson. Yet Robinson explicitly fights AGAINST political violence. What "narrative from British counter-jihad groups" can one find which suggests driving vehicles into innocent Muslims standing outside a mosque? I'm sure if there was any, Ganesh would, as a researcher at an elite institution, be able to find it. But there is none offered - only surmise and Ganesh's mindreading techniques. I suppose if you're paid to fight online extremism, you'd better find it, or you're out of a job and short of academic publication.
We have also the ridiculous idea that Tommy Robinson is "alt-right." He, in fact, describes himself as a centrist - he's said he agrees with Labour on some things, the Tories on other things, and he left the EDL precisely because he didn't like the infiltration by the far right. He shows no hint of racism or of white supremacism.
The writer of this shoddy article is working at one of the most elite universities in the world, on research funded by the European Union, and giving advice based on this sloppy thinking to those who are in charge of manipulating and policing the communications and information we have online.
We have to ask. Is it simply a coincidence that Tommy Robinson is now in prison, and that a "researcher" who presents such a misleading account of Robinson is currently actively engaged in consultation with Oxford University and the European Union in advising how to disrupt Robinson's activities, reinforcing the lies and misrepresentations about him to those in power?
There's more. Bharath Ganesh's profile tells us this: "During his Ph.D., Bharath was also a Senior Researcher at Tell MAMA, a national project dedicated to mapping and monitoring anti-Muslim hate in the United Kingdom. He has given evidence in the Houses of Parliament on governance, extremism, gender, and hate crime and authored a number of reports in this area."
Is it simply a coincidence that this "researcher," prior to coming to Oxford University, worked for Tell Mama, that factory for the production of bogus claims about Islamophobia?
Who runs the Internet runs the world. Is this a partnership between Europe's governments, the Internet giants, and Islamic influence?
Please take a moment to consider this. Now, more than ever, people are reading Geller Report for news they won't get anywhere else. But advertising revenues have all but disappeared. Google Adsense is the online advertising monopoly and they have banned us. Social media giants like Facebook and Twitter have blocked and shadow-banned our accounts. But we won't put up a paywall. Because never has the free world needed independent journalism more.
Everyone who reads our reporting knows the Geller Report covers the news the media won't. We cannot do our-ground-breaking without your support. We must continue to report on the global jihad and the left's war on freedom. Our readers' contributions make that possible.
Geller Report's independent, investigative journalism takes a lot of time, money and hard work to produce. But we do it because we believe our work is critical in the fight for freedom and because it is your fight, too.
Please contribute to our ground-breaking work here.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n'arrive pas dans vos indésirables...

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L'Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d'autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d'un pseudo.

Soutenez Observatoire du MENSONGE c'est notre seul moyen de nous développer et nous comptons vraiment sur votre aide

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?

Via Plateforme totalement sécurisée PAYPAL.

Qui est derrière la police de la pensée Internet ?

Vous avez envie de vous exprimer ? Faîtes-le ! C'est simple : vous rédigez un article* d'au moins 40 lignes, maximum 150 lignes et vous l'envoyez avec la référence EUA par mail
Comment ?
en cliquant ICI

*Si le comité de lecture l'approuve, l'article sera vite publié.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Observatoiredumensonge 295077 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine