Magazine Nouvelles

Les mots blancs…

Publié le 20 juillet 2018 par Ivanoff @ivanoff

J’aimerais une plume légère, mais elle glisse sur un cahier mouillé de larmes, ses lettres épaisses, lourdes de chagrin s’épuisent sous l’étreinte d’un buvard qui ne laisse de son passage qu’une grappe de mots blancs…

Je voudrais que le soleil qui emplit d’été ma petite maison réchauffe aussi mon âme, que cet inconcevable Juillet sans Toi ne soit pas que ce voile de brume grise qui enveloppe mes jours de lasse tristesse…

Je préfèrerais me trouver mille énergies pour forcer la porte de cette prison de désolations et discerner dans la lumière tout ce qui rend joyeux…

Pourtant, je sais encore apprécier de vivre chaque instant qui m’est donné. Je n’oublie jamais d’en remercier Qui pourrait en être l’Auteur, je prie afin que demain ne m’accable pas davantage, et me laisse candide, bienveillante et courageuse…

Je m’éloigne des chemins creux, je gagne la plaine où ondulent les herbes qu’un vent léger peigne sans fin, je découvre des collines verdoyantes et gravis des sentiers de montagnes, m’élevant assez haut pour ne rien perdre de la beauté du Monde, je m’applique à ne plus me laisser entraver par tout ce que la société ou l’éducation nous impose sans même qu’on s’en rende compte, j’écris le mot Liberté en lettres déliées, j’apprivoise autant que faire se peut, cette Vie déconcertante où Tu n’es plus… Je m’étonne de cette foule grouillante qui anime le Monde où je pourrais m’imaginer pouvoir enfin te retrouver alors qu’évidemment Tu es le seul à n’en plus faire partie…

J’écoute le chant des oiseaux au petit matin, et le silence sous la canicule de midi, je frissonne à la douceur d’une fin d’après-midi, je respire la fraîcheur des soirées d’été… Je fais tout ce que je n’envisageais pas de faire sans Toi… L’immuable permanence des choses de la Vie m’interroge, me stupéfie autant qu’elle m’exaspère ! Comment fait-on pour supporter l’insupportable ? Quelle improbable résilience aura raison de ma certitude à ne pouvoir jamais plus aimer quiconque n’est pas Toi ? Quel chiffon, quel balai pour faire place nette à ce qu’on nomme Avenir ? Et s’il me plaisait à moi de ne trouver l’apaisement qu’à l’ombre de tes jours, dans ce cocon d’Amour que nous avons tissé ensemble, si je m’y sentais bien à l’abri de la Vie, puisque cette vie dont regorge la Terre entière, le Ciel et l’univers,TOI,  tu n’y es plus…

A J.C.R


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine