Magazine Humeur

Touchez pas à Mafalda !

Publié le 21 juillet 2018 par Legraoully @legraoully

Touchez pas à Mafalda !Ça ne devrait même plus m’étonner : quelles que soient les latitudes où ils dispensent leur mauvaise parole, les réacs, qu’ils soient anti-avortement, anti-mariage pour tous ou anti-PMA (ils ne sont jamais pro-quelque chose, ils sont trop haineux), les réacs sont bien tous les mêmes. Ils ont beau jeu de s’arroger le monopole de la sauvegarde de la morale et des valeurs, ils n’ont aucune vergogne, aucune pudeur, aucun sens moral, sacrifiant tout sur l’autel de leurs croisades merdiques. Ce sont des intégristes comme les autres, rien de plus : donnez-leur des fusils, ils seront aussi meurtriers que les djihadistes.

Ainsi, ceux d’Argentine ont osé tenter de récupérer le personnage de Mafalda, la fillette contestataire créée par Quino en 1964 : du haut de ses 86 ans, le dessinateur argentin ne s’est évidemment pas laissé faire et n’a pas manqué de désavouer ce détournement ignominieux de l’image de son héroïne par la voix de laquelle il avait toujours défendu la justice, la liberté et le droit, autant de notions auxquelles les discours anti-IVG sont irrémédiablement étrangers. La dignité des femmes fait d’ailleurs partie intégrante des combats de cette gamine lucide qui ne manque jamais de dénoncer le confinement du rôle de la femme, encore trop souvent réduite au statut de ménagère et de reproductrice, reprochant notamment à sa mère de s’être laissée prendre à ce piège que nos sociétés occidentales phallocentriques persistent à tendre à la moitié de l’humanité.  En 2009, Quino a même envoyé à un quotidien italien un dessin représentant Mafalda criant « Je ne suis pas une femme à votre disposition » à l’attention de Berlusconi, signe évident d’un attachement réel au combat pour l’égalité entre les sexes.

Touchez pas à Mafalda !

Je joins donc ma voix à celle de Quino pour dire ceci : je peux lire les albums de Mafalda mille fois, je ris autant à tous les coups tant j’aime les répliques cinglantes ciselées par l’auteur ! Alors vous, les réacs de tout poil, je vous interdis formellement de salir l’image d’une de mes bédés préférées ! Vos certitudes imbéciles, Quino les a maintes fois épinglées à travers le personnage de Susanita, l’amie de Mafalda qui ne pense qu’à se marier et à avoir des enfants, une petite bourgeoise de la pire espèce ! Le simple fait que vous ne vous soyez pas reconnus dans cette caricature montre toute l’étendue de votre bêtise ! Ce n’est pas parce que le magma stérile qui vous tient lieu de cervelle vous rend irrémédiablement incapables de créer quelque chose de beau, de drôle et d’intelligent que vous avez le droit de piller le travail d’autrui, qui plus est en le détournant de son sens pour l’enrôler de force sous votre bannière putride ! Luttez avec vos propres armes au lieu de voler celles des autres : si elles sont merdeuses, tant pis pour vous, on n’a jamais que les armes intellectuelles qu’on mérite ! A cause minable, arguments minables !

Ce scandale intervient en plein débat parlementaire : en effet, les sénateurs argentins vont bientôt devoir se prononcer sur la question de l’avortement dans leur pays. Ils n’oseraient quand même pas donner raison à des crapules qui souillent la réputation d’une de leurs gloires nationales ? Le pire, c’est qu’ils en sont capables.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine