Magazine Humeur

Macron : Bossez tas d’fainéants !!!

Publié le 19 août 2018 par Georgezeter
Macron : Bossez tas d’fainéants !!!

En 2015, la loi Macron a revu les règles du travail le dimanche. Vint en 2017 la loi el khomri mais en vérité loi Marcon sur la reforme du travail, puis en 2018, le plan est de modifier la loi pacte, et ainsi laisser ouvrir tous les commerces le dimanche. Quel bosseur ce Macron... Sur le dos des autres ! Pourtant, ce repos dominical, qui signifie dans son sens premier " repos qui appartient au Seigneur " fut décrété en 321 par l'empereur Constantin Ier, comme étant le jour de repos légal dans l'empire romain... Donc on voit bien que ca date cet indispensable jour de congé hebdomadaire...

Nous nous dirigeons vers un monde, qui me rappelle le dernier pays où j'ai séjourné, les Philippines : là bas, il n'y a pas de jour de congé, (sauf la messe du dimanche matin) presque tout le monde bosse 7 jours par semaine pour un minimum de 10 heures, il n'y a pas de congés payés, d'assurance maladie, de convention collective, et les syndicats sont totalement à la botte des boss. Malgré tout cette charge de travail, la plupart ne joignent pas les deux bouts... Voilà, où un Macron veut nous amener ! Et petit à petit il va y arriver l'avorton/banquier, car si vous discutiez avec un philippin ? Et bien, comme celui-ci n'a jamais rien connu de mieux, pour lui la vie est ainsi faite : bête de somme un jour, bête de somme toujours, d'autant que ce pays fut colonisé par les États Unis pendant 75 ans, et qu'en ce qui concerne l'exploitation de l'homme par l'homme... Les U.S sont certainement la référence en ce domaine. Ne jamais oublier que " Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux... "

Je vais vous raconter une anecdote afin d'illustrer mon discours :

J'ai vécu aussi 1 an et demi à Chiang Mai en Thaïlande. Un jour que je déjeunais avec un ami thaïlandais, lorsque soudain son regard fixa le téléviseur et qu'il me dit " George y'a la guerre chez toi en France ! " je me tournais pour regarder l'écran et là je vis, ce qui me fit pouffer de rire, sur TV5 monde, un embouteillage monstrueux sur l'autoroute du sud pour le départ en vacance des juillettistes ; les voitures étaient pare-chocs contre pare-chocs, des bagages sur les galeries du toit et des mômes agités à l'arrière ; Cela ressemblait en effet pour quelqu'un de non initié à un exode de population poussé par une armée en marche. Il m'a fallu du temps pour lui expliquer le concept de " départ en vacances durant les congés payés ", mon ami, n'en croyait pas ses oreilles, qu'on puisse être payé 5 semaines à ne rien faire et aller se faire bronzer au frais du patron. Et lorsque je lui glissais que si un français était malade il pouvait se rendre à l'hôpital gratuitement, que ses enfants allaient à l'école tout aussi gratuitement et même à l'université, et que tout le monde avait une retraite ; je crois bien que cet ami thaïlandais me prit pour le plus grand menteur du Siam et du Mékong réunis. Il faut savoir qu'excepté une dizaine de pays dans le monde, dont la France, l'humanité entière vit comme cela : travailler, travailler, produire et ne pas profiter de cette production, seulement survivre...Tout juste.

Ce que je raconte plus haut s'installe subrepticement chez nous à petits pas ; je l'observe chez les très jeunes qui eux aussi n'ont pas connu autre chose. En comparant avec ma jeunesse, et ce qui se passe actuellement, je peux dire que mon passé correspond pour eux à un monde soit utopique, soit fantasmé, car pour cette génération qui n'a connu que la précarité, la compétition, la sélection par le haut due au piston, à l'argent et l'entregent, qui doit respecter des règles de plus en plus draconiennes et de plus en plus absconses, qui ne connaît que la surconsommation, le " tout de suite maintenant ", fait que lorsque pour n'importe quelle raison je suis en contact avec ces tout jeunes, au mieux ils se disent " encore un vieux con de 68 ", ou " encore un vieux con qu'a perdu la boule ". Il est très difficile d'imaginer un autre monde, cela demande un certain niveau de connaissances, connaissances transmissent actuellement qu'à une infime élite lycéenne parisienne qui eux, sont comme on dit " up to date " ; quand aux autres ? qui seraient presque programmés à être leur vie durant des suiveurs qui n'auront aucun contrôle sur les événements... Qui d'entre eux aura l'idée d'ouvrir le livre de Etienne de la Boétie " de la ? Ce système qui broie, veut que 99% des humains deviennent des consommateurs/producteurs. C'est ce que j'ai vu dans presque tous les pays où j'ai vécu, où je suis passé : une population corvéable et jetable, comme des soldats " disposable " à l'américaine en Afghanistan.

- " Dans une tribune publiée dans Le Journal du dimanche, une vingtaine de députés, de La République en marche, veulent aboutir les dispositions adoptées il y a trois ans : " La loi Macron a été un succès. Qu'attendons-nous pour aller plus loin? " Défendue par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, la loi Pacte doit être présentée au Parlement à la rentrée. " Utilisons ce projet de loi pour offrir aux commerçants la liberté d'ouvrir ou non le dimanche. L'ouverture dominicale est avant tout un enjeu sociétal qui correspond à l'aspiration des Français : être libre d'acheter, de se divertir, de travailler ou non le dimanche. Loin des idées reçues, de nombreux salariés sont demandeurs de cette liberté de travailler le dimanche. "... Ah, bon ? d'où ils sortent ça les en marche au pas, " la liberté de travailler " ? Oui en effet une majorité de français est favorable pour l'ouverture des commerces le dimanche, mais cette même majorité française n'est pas favorable pour y travailler dans ces mêmes commerces ; il suffisait donc, de donner le 1 er chiffre, dans les 75% et d'oublier le second qui n'est d'ailleurs mentionné nulle part... De plus cela donne une image de la société dans laquelle nous vivons : les autres rien à battre, par contre ma gueule lécher les vitrines le dimanche c'est Okay ; au lieu peut être d'aller piqueniquer au parc avec les gosses, enfin il faut savoir que la consommation n'est pas limitée par le manque de temps, mais le plus souvent dû à un faible pouvoir d'achat.

Travailler le dimanche reste soumis au volontariat de chacun ; mais un salarié est-il pleinement libre de refuser le travail dominical s'il sait que son employeur lui préférera un autre salarié acceptant une telle contrainte ? Sans oublier la loi macron/el khomri qui " assouplie " les conditions de licenciement... La boucle est verrouillée, marche ou... Dans une étude menée par la Dares en 2015 sur le nombre de travailleurs le dimanche : 18 % de l'ensemble des salariés, travaillaient déjà au moins un dimanche par mois.

L'impact du travail dominical sur la sociabilité

Le sociologue, Jean-Yves Boulin constate que " le travail dominical peut déstabiliser la vie sociale de ceux qui y sont exposés, alors qu'ils sont souvent déjà soumis à d'autres formes de précarité. " Il faut ajouter à cela : " Le dimanche, jour sans travail ni école, est plus propice aux moments de partage en famille et avec les amis. " D'autant, qu' il apparaît que le repos dominical ne porte pas atteinte aux performances économiques. Les pays d'Europe qui affichent les meilleures performances économiques sont ceux qui ont conservé au dimanche sa valeur biblique : un jour de repos et de sociabilité pour échapper au carcan du travail.

Je serai d'accord seulement pour les patrons des petits commerces et boutiques familiaux, qui eux, pourraient s'ils le désire ouvrir quand bon leur semble, concurrencés qu'ils sont par la grande distribution (qui elle devrait être fermée le dimanche), car après tout ils sont chez eux ; en fait c'est ce qui se passe, donc, cette nouvelle règle est bien faite pour faire plier encore plus le manant travailleur et non pas ouvrir des opportunité à ces propriétaires, patrons qui font le choix de faire du business au lieu de jouir un peu de temps de vie (pour certains qui travaillent le dimanche aussi, veut dire ne pas couler): donc, respecter les choix de style de vie de chacun devrait être la base de tout non ?

Je conclurai avec de la Boétie : Le Discours de la servitude volontaire est un ouvrage rédigé par Étienne de La Boétie. Publié en 1576, il a été écrit par ce jeune adolescent de 16 ou 18 ans. La thèse soutenue est de nous démontrer que, contrairement à ce que beaucoup s'imaginent quand ils pensent que la servitude est forcée, elle est en vérité toute volontaire. Alors, comment concevoir autrement qu'un petit nombre contraint l'ensemble des autres citoyens à obéir aussi servilement ? En fait, tout pouvoir, même quand il s'impose d'abord par la force des armes, ne peut dominer et exploiter durablement une société sans la collaboration, active ou résignée, d'une partie notable de ses membres. C'est pour cela que des Sarkozy, Hollande et Macron sont élus " démocratiquement ", le peuple choisi son maitre et c'est donc bien le peuple qui délaisse sa liberté, et non pas le tyran qui la lui prend.

" C'est un extrême malheur d'être sujet à un maître, duquel on ne se peut jamais assurer qu'il soit bon, puisqu'il est toujours en sa puissance d'être mauvais quand il voudra... "


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine