Magazine Journal intime

Swing Kids

Publié le 15 juillet 2008 par Corcky



Que faire, un lundi quatorze juillet, jour de la Fête Nationale, quand on s'emmerde un peu et qu'on a pas beaucoup d'idées pour exciter un tant soit peu son petit cortex légèrement atrophié par un soleil de plomb?
On peut toujours essayer de se glisser dans la peau du téléspectateur affable et ramolli du bulbe, et tenter le célèbre Grand Chelem du zapping francophone.
En ces temps de dopage sponsorisé par Ricard et la Française des Jeux, dans le déjà culte "Village départ", une émission éminemment culturelle consacrée chaque jour aux coulisses du Tour de France, le Brave Français Moyen (BFM) peut retrouver quotidiennement un has-been mal lifté et à moitié bourré à la Villageoise (Annie Cordy, Patrick Juvet, Francis Lalanne ont déjà laissé leur mythique empreinte sur l'estrade).
Le Brave Français Moyen peut ainsi, la larme à la moustache et le coeur gonflé d'une légitime fierté patriotique à peine embrumée par les vapeurs de son pastis matinal, se sentir appartenir à une grande nation, à un peuple décidément pas comme les autres, dans un pays dont "le long manteau d'églises et de cathédrales" est l'illustration la plus révélatrice du désormais célèbre proverbe: Ensemble, sans les assistés, les immigrés, les banlieusards, les pauvres, les gauchistes et les athées, tout devient possible.
Sur la célèbre "petite chaîne qui monte" (érection commerciale imputable à un audimat toujours en forte progression, car les Français aiment qu'on les prenne pour des cons), on peut aussi se contenter d'une énième rediffusion de La petite maison dans la prairie, en croisant les doigts très fort pour tomber sur l'épisode où Marie devient aveugle, histoire de bien se foutre de sa gueule.
Et pourquoi ne pas en profiter pour casser un peu de sucre sur le dos des abrutis qui, année après année, se repaissent avidement  de la frigidité non assumée de Caroline, des amours contrariées de Charles Ingalls et Isaiah Edwards (finiront-ils par passer à l'acte dans la grange après avoir ingurgité deux litres d'eau-de-vie distillée par ce pervers pédophile de révérend Alden?), du sarkozysme avant l'heure d'Hariett Oleson, véritable figure de la fameuse "droite décomplexée" française, et des pulsions parfaitement psychopathes d'Albert, le petit clodo puant récupéré dans le ruisseau par Charles un soir de beuverie monumentale.
En zappant sur la Une, on peut aussi décider qu'on a finalement très envie de regarder les militaires défiler bêtement sur les Champs-Elysées et présenter les armes devant une poignée de petits dictateurs à moustache (décidément, un accessoire important, la moustache, Sarkozy devrait y penser, et pas seulement quand il se rase).
Parce qu'on osera jamais l'avouer, même sous la torture, mais il faut bien dire ce qui est:
On espère secrètement qu'un commando parachutiste (au Q.I inversement proportionnel à la taille du Famas) aura la bonne idée de vouloir ré-éditer l'exploit de Carcassonne en tirant dans le tas vers la tribune officielle.
Voilà qui serait amusant, qui mettrait enfin un peu de sel dans cette journée aussi fade qu'un Long dimanche de fiançailles (le film), aussi morne qu'un discours de Robert Hue, aussi plate que la poitrine de Jane Birkin.
Ami lecteur, j'ai longtemps hésité, hier, entre toutes ces activités intellectuelles, tiraillée que j'étais entre l'envie de ne rien branler et le besoin d'étancher ma perpétuelle soif de connaissance et de raffinement.
Finalement, je n'ai pas allumé la télévision.
Non.
Au lieu de ça, j'ai jeté un oeil aux titres de la presse.
Et j'ai sacrément bien fait.
Sinon, je n'aurais pas été en mesure de t'apporter cette info dont tu te contrefous royalement, mais qui m'a suffisamment fait sourire pour me donner l'envie de la partager avec toi.
Lu dans le journal Le Monde, donc:
Le politologue Patrick Buisson, ancien journaliste de la presse d'extrême droite, "Minute" et "Le Crapouillot", puis de "Valeurs actuelles",  incarne une "droite décomplexée". Il est sollicité par M. Sarkozy pour redonner une colonne idéologique à l'UMP.
Voilà.
Aucune importance, je te l'accorde.
Mais ça m'a plu.
Un ancien de Minute engagé comme idéologue officiel de l'UMP.
J'ai hâte de voir nos petits militants blonds comme les blés, Rolex au poignet, mèche rebelle soigneusement étudiée à la Jeannot Sarkozy, cravate assortie à la chemise de marque, en train de défiler au pas de l'oie, le bras tendu, en reprenant joyeusement les hymnes patriotiques de l'Action Française.
Décidément, 53% de mes con-patriotes ont fait le bon choix.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Corcky 6 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte