Magazine Enfants

Et dire au revoir à l’école maternelle

Publié le 26 juillet 2019 par Fredouistiti

Depuis un moment, comme les deux années précédentes, je sentais la fatigue s'accumuler. J'avais hâte que le rythme se calme, qu'il n'ait plus à se lever le matin et puisse se reposer.

Cette année, j'ai pu m'organiser pour que nous profitions au maximum de l'été, en partant dès la mi-juillet à Fouras.

Les derniers réveils, je le motivais en comptant les jours qui le séparaient des vacances. D'autant que je suis venue plusieurs fois dans sa classe pour faire des ateliers jeux.

Malgré ses levers difficiles, je savais que le dernier jour ne serait pas simple pour lui.

Depuis qu'il va à l'école, il a rencontré plusieurs difficultés. Se séparer de moi, mais pas que...

Mais il est attaché à son école, et je le sais. Chaque nouvelle année commencée, il nous parlait de son instit de l'année passée.

Et cette année a été marquante pour lui.

Il grandit. Ces émotions sont différentes. Un peu mieux contrôlées, mais intenses malgré tout.

Les premières semaines n'ont pas été simples pour des raisons que je garderai pour nous.

Elle a été d'une aide précieuse, et c'est grâce à elle si ses derniers mois ont pu se faire sans difficulté.

Quand je suis allée le chercher pour la dernière fois en tant qu'élève d'école maternelle, je m'attendais à ce que ce soit compliqué.

Il terminait à 15h, puisqu'il n'allait pas au périscolaire. Nous avons attendu que sa maîtresse sorte pour lui dire une dernière fois au revoir.

Il ne l'a pas quittée des yeux, et lui a fait un bisou avec un sourire qui cachait une pointe de timidité.

Il a attendu qu'elle disparaisse en vélo, pour enfin prendre le chemin de la maison.

Comme les deux années précédentes, j'ai voulu lancer une petite chanson pour fêter les vacances. Et j'ai vu mon petit garçon s'éteindre d'un coup.

C'est là que je l'ai entendu me dire : " c'est bien les vacances, mais c'est quand même le pire jour de toute ma vie. Je ne veux pas quitter mon école et ma maîtresse... ", et finir sa phrase en tombant en larmes dans mes bras.

Forcément quand on est hypersensible , quitter ce petit cocon, même si tout n'a pas été simple bien au contraire, pour une grande école encore très inconnue avec de nouveaux enseignants et des élèves bien plus âgés pour les dernières classes, cela fait beaucoup de choses à gérer.

D'autant que même si il reviendra dans son école maternelle pour y accompagner son frère, il ne pourra plus voir ni sa maîtresse, ni la directrice puisqu'elles partaient toutes les deux.

Je m'attends à ce que la rentrée soit éprouvante. Il nous en parle régulièrement pour simplement nous dire, avec des trémolos dans la voix, qu'il déteste cette école.

C'est une phase, je le sais bien. À nous de trouver les mots pour le rassurer.

Lorsque tout sera moins abstrait, cela sera plus facile. Je l'espère...

Je me rattache aussi à sa soif d'apprentissage qui devrait le guider dans cette nouvelle aventure, et l'apaiser.

J'ai pu avoir un aperçu lors d'une réunion d'informations. Et j'ai beaucoup aimé l'approche du directeur sur la place du relationnel et du bien-vivre dans son école.

Les émotions des enfants semblent être un élément clé pour lui. Je pense que si les choses perdurent, nous aurons une oreille attentive.

En attendant, j'essaie d'amener le sujet avec autant de positivité possible !

Il a accueilli, à bras ouverts, un cahier de vacances que j'ai reçu de la part des éditions Magnard.

Et dire au revoir à l’école maternelle Et dire au revoir à l’école maternelle

J'en profite pour lui rappeler qu'il apprendra encore plus de choses dans sa nouvelle classe.

Je l'ai aussi laissé choisir son cartable, en faisant une petite présélection selon les critères demandés par l'école.

Son choix s'est penché sur un , vraiment chouette, de la marque Pol Fox Factory .

Ils m'avaient contactée, sur , pour me proposer de lui offrir un cartable à l'occasion de la rentrée.

J'avais beaucoup aimé l'un de leurs modèles. Ça m'a surprise qu'il le choisisse, car il est plus foot que basket. Mais je pense que le peps des couleurs lui a tapé dans l'œil.

Et dire au revoir à l’école maternelle

Le système d'ouverture lui demande encore un peu d'entraînement. Mais d'ici le 2 septembre, je suis sûre qu'il sera opérationnel !

Et dire au revoir à l’école maternelle

L'idée n'est surtout pas de faire une fixette sur la rentrée mais d'en parler pour vulgariser un futur qui, pour l'instant, l'angoisse.

Si vous avez des petites astuces pour le rassurer,

*Cahier de vacances et cartable offerts

Et dire au revoir à l’école maternelle

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine