Magazine Journal intime

Le minimalisme, un vrai mode de vie

Publié le 27 juillet 2019 par Mélanie Deltenre
Le minimalisme est un style de vie qui privilégie la simplicité, l'authenticité, la qualité à la quantité. Ce n'est pas un mode de vie radical mais l'envie de se réapproprier sa vie, d'apprécier ce que l'on a et de s'entourer de personnes qui partagent nos valeurs.
J'ai découvert "Minimalism. A documentary about the important things" en avril 2017 sur Netflix. Deux ans plus tard, je peux dire que ce documentaire m'a vraiment aidé! J'étais en pleine remise en question, dans une période de transition et découvrir le mouvement minimaliste m'a apporté énormément de positif.

minimalisme, un mode de vie

Source: page FB The Minimalists


Ce documentaire, toujours dispo sur Netflix si ça vous intéresse, raconte l'histoire de deux amis Ryan Nicodemus et Joshua Fields Millburn, fondateurs de "The Minimalists". Le constat est simple. Ils ont travaillé beaucoup, ont eu beaucoup d'argent et d'objets mais n'étaient pas heureux. Jusqu'au jour où ils ont découvert le minimalisme. Ça ne se fait pas du jour au lendemain, devenir minimaliste. C'est un processus qui prend du temps et qui mérite réflexion.
Ils ne sont pas les seuls à parler de ce mode de vie. D'autres témoignages viennent appuyer cette théorie qui affirme qu'en possédant moins, en se réappropriant sa vie, on est plus heureux. De nombreux spécialistes nous confortent dans cette idée, que ce soit une économiste, un architecte, un neuroscientifique, un psy, etc. On nous explique que dès le plus jeune âge, on nous donne l'illusion qu'on devrait avoir une vie parfaite selon les standards de la publicité, des magazines, de la télévision et aujourd'hui, des réseaux sociaux. Tout ça crée une insatisfaction qu'on essaie de combler avec des objets. En résumé, on essaie d'acheter notre bonheur. Comme le dit si bien Ryan "avoir moins de choses = moins de stress, de dettes et de mécontentement. C'est avoir une vie avec plus de temps, plus de relations importantes et de contentement".

le minimalisme, un mode de vie

Source: page FB The Minimalists


On pense souvent qu'être minimaliste, ce n'est plus rien acheter et vivre avec quasi rien. C'est faux. C'est trouver le bon équilibre entre son bien-être et sa consommation. Etre minimaliste, c'est réfléchir avant un achat ou sur le fait de garder tel objet ou tel livre. Pour résumer, c'est ne pas s'encombrer inutilement. Pourquoi avoir 15 robes si au final, je mets toujours les cinq mêmes? Pourquoi avoir un micro-ondes si c'est pour s'en servir à de rares occasions pour chauffer de l'eau? On comprend mieux pourquoi on parle de processus et de travail de réflexion.
J'ai moi-même vécu ce sentiment de vide alors que j'avais tout. Je le comblais en achetant beaucoup de choses qui maintenant, me paraissent totalement inutiles. Je suis passée d'un dressing qui occupait une pièce entière à une tringle à vêtements et une petite armoire! J'avais 3 services à vaisselle, des mugs, des tasses à café, des tasses pour le thé. Aujourd'hui, j'ai 4 grandes assiettes, 4 petites et des mugs qui servent en même temps pour le café et le thé. Je suis plus malheureuse? Non! Que du contraire! 

le minimalisme, un mode de vie

Source: page FB The Minimalists


Faire un grand désencombrement ne se fait pas en une fois. Pour ma part, j'ai commencé par me séparer d'objets que je savais inutiles ou que je n'utilisais quasi jamais. Ensuite, j'ai travaillé par catégorie. Pour mes vêtements et accessoires, je n'ai pas eu si difficile que ça. Je me suis rendue compte que j'avais des fringues où il y avait encore l'étiquette du magasin! Je vous dis, je suis une ancienne acheteuse compulsive, lol. J'ai rangé dans mon armoire mes vêtements préférés et ceux que je mettais régulièrement. Les autres, je les ai mis dans un grand sac que j'ai retrié un mois après et quelques semaines plus tard pour n'en garder que quelques pièces finalement. Depuis, j'ai perdu beaucoup de poids et je me suis refaite une nouvelle garde robe en réfléchissant avant chaque achat si j'étais vraiment certaine que j'allais porter ce t-shirt un jour, et en combinant magasins traditionnels et friperies.  Dans ma salle de bain, je croulais sous les crèmes et autres cosmétiques, notamment avec ce que je recevais en tant que blogueuse. C'est désormais la pièce la plus minimaliste! Je me contente du nécessaire. Un exemple? J'ai 3 fards à paupières pour les couleurs que j'utilise au quotidien contre une vingtaine par le passé!
Le plus difficile a été ma bibliothèque. Je n'étais pas obligée d'aller si loin dans mon désencombrement. Ça a été un choix personnel. J'avais des centaines de livres! Je savais que je n'allais plus jamais relire la plupart d'entre eux alors, je les ai donnés. J'en ai conservé une quinzaine. J'évite au maximum d'en acheter des neufs. Je privilégie la bibliothèque, les boîtes à livres ou les occasions. A la fin de ma lecture, je me pose la question "comptes-tu le relire un jour?" Si c'est négatif, je le donne. Tout est devenu une question d'habitude. J'ai trouvé mon équilibre niveau consommation je pense.

le minimalisme, un mode de vie

Source: page FB The Minimalists


Reste le problème de l'emploi...
"Comment passer d'un travail au centre de notre vie à une vie plaisante avec un peu de travail?" Jay Austin, tiny house designer. "La vie offre plus que des factures, de l'argent et du travail." Prenons le cas de Tammy Strobel qui nous parle de son expérience. Elle était très mal à cause de son travail qui ne lui convenait plus. Son compagnon lui a dit "tu pourrais quitter ton job qui te rend malheureuse si on vivait plus simplement". Elle y a beaucoup réfléchi et aujourd'hui, le couple vit dans une tiny house et plus important! Tammy est épanouie et se sent bien! J'avais parlé de ce concept de tiny house dans l'article que j'avais rédigé après avoir vu ce documentaire en 2017, lien ici
Je suis actuellement une formation et quand je serai en recherche active d'emploi, cette question se posera. J'ai été cette Tammy qui a été malheureuse à cause d'un job et je ne veux plus vivre ça. C'est mon choix de choisir un travail où ma qualité de vie (niveau bien-être) sera assurée. Je préfère trouver un job cohérent avec moi-même où je me sentirai épanouie et utile, avec des horaires adaptés même si je dois gagner moins. Je ne veux plus travailler plus pour consommer plus. Je souhaite pouvoir allier épanouissement personnel et travail. Je me spécialise en communication digitale et je suis consciente des risques de l'hyperconnexion et d'une stimulation constante; sujet abordé dans le documentaire d'ailleurs. A nous de mettre des limites. On peut s'intéresser aux nouvelles technologies sans avoir ce besoin personnel de posséder le dernier smartphone du marché. On peut utiliser les réseaux sociaux et le Web à des fins utiles ou pour rendre service sans forcément tomber dans les travers de la manipulation ou de l'exploitation des données personnelles. Tout est question d'équilibre et de choix...

le minimalisme, un mode de vie

Source: page FB The Minimalists


Pour moi, la vie est devenue une question de choix. Il n'est écrit nulle part que la norme, c'est d'avoir des enfants, une grande maison, une belle voiture et partir deux fois par an en vacances. Si le choix de certains est de travailler plus de 40h semaine, de subir un stress intense, de ne plus avoir de vie de famille pour pouvoir se payer tout ça, c'est un choix que je respecte. Mais à l'inverse, il serait temps de respecter le choix d'autres personnes qui pensent différemment, qui souhaitent vivre dans un plus petit espace et avoir moins d'objets afin de se réapproprier leur temps et leur vie afin de faire ce qu'ils aiment. A titre personnel, j'ai compris que j'étais plus heureuse aujourd'hui en allant me promener pour faire des photos, en prenant le temps de cuisiner des petits plats, en passant mon dimanche matin à bouquiner plutôt qu'à admirer un dressing plein à craquer...
Ce n'est pas pour rien que depuis 2017, ma devise est "enjoy the little things"...

Retour à La Une de Logo Paperblog