Magazine Humeur

Voyage en Allemagne – Heidelberg, Elisabeth Stuart

Publié le 17 septembre 2019 par Perceval

*** Et finalement , grâce à ce fameux manuscrit, Anne-Laure de Sallembier, va faire une autre rencontre : celle d'un couple peu ordinaire : Elisabeth Stuart (1596-1662) nommée aussi Elisabeth de Bohème et Frédéric V (1596-1632), prince-électeur et comte palatin du Rhin, puis Roi de Bohème (1619-1620), « Roi d'un hiver »...

En voici l'histoire qu'elle a retranscrite, et dont je recopie ici, quelques extraits:

Voyage en Allemagne – Heidelberg, Elisabeth Stuart Élisabeth d'Angleterre, v. 1642

L'histoire d’Elizabeth Stuart, est une histoire d'amour et de royaume perdu...

Fin XVe siècle : Les passionnés d'astronomie, voient dans la constellation de Cassiopeia, une supernova briller pendant seize mois ; la Grande Comète visible dans toute l'Europe ; ils prédisent la fin d'un monde, et le début d'une nouvelle ère..

Les jésuites prévoient de reprendre le contrôle de l'Allemagne, des Pays-Bas et de l'Angleterre, des protestants rêvent d'un monde sans pape...

Elizabeth Stuart est née lors d'une tempête inhabituelle au cours de l'été 1596. Sa mère, Anne du Danemark, était réputée pour sa frivolité , une belle femme blonde et vive qui aimait rire et danser. Elle aimait le théâtre n'a pas manqué de cause quelques scandales … Mécène en arts, elle sut agrandir la collection royale.

Il peut arriver que l’amour se glisse dans un mariage de raison et d’État, comme au cours de l’union de Elizabeth Stuart d'Angleterre avec Frédéric, prince du Palatinat, mieux connu dans l'histoire sous le nom du " Roi d'un Hiver", roi de Bohême.

Elizabeth Stuart et son frère aîné Henry, le prince de Galles ; étaient très proches. Des nombreux prétendants à la main de sa sœur ( on pensait à Louis XIII...); c'est Frédéric, prince du Palatin, qui a été le choix du prince Henry. Les deux jeunes hommes s’aimaient et se respectaient. Ensemble ils montaient à cheval, chassaient, jouaient à divers jeux sportifs, Elizabeth étant souvent une spectatrice intéressée de leurs rencontres amicales. Les dernières paroles du prince mourant ont concerné le mariage de sa sœur avec le Prince Frédéric...

Par ailleurs, les exigences politiques étaient pressantes, la guerre menaçait ; et la mort du prince Henry ne retarda le mariage que de quelques jours....

Le 13 février 1613, Frédéric V épouse Élisabeth d'Angleterre avec laquelle il aura treize enfants :

À la sœur blessée, pleurant la perte de son frère idolâtré, la tendresse de Prince Frédéric fut un baume ; sa mémoire était bien plus précieuse que la couronne de roses en diamant que son amant lui avait apportée du Palatinat. Pourtant, la couronne scintillante que l'on peut voir aujourd'hui à Munich est magnifique ; elle semble faite de glace projetée dans la lumière du soleil, elle semble l'ornement nécessaire à une jeune "reine d’un hiver".

Voyage en Allemagne – Heidelberg, Elisabeth Stuart

Bien qu’elle ne soit pas allemande de naissance, Elizabeth s’est bien identifiée avec les intérêts de son mari et de son peuple. Elle est devenue l'ancêtre de dirigeants célèbres, parmi lesquels Frédéric le Grand, la reine Victoria et l’empereur Guillaume Ier...

Elisabeth possédait la grâce, la beauté et le charme – dit-on - des manières habituelles aux Stuarts.

Le titre qu'elle a gagné en Allemagne : "La reine de cœur" semble avoir été un hommage spontané et bien mérité.

Voyage en Allemagne – Heidelberg, Elisabeth Stuart

La Guerre de Trente ans.

En 1617, l’empereur Matthias Ier du Saint-Empire est sans descendance. Afin de conserver le titre impérial aux Habsbourg, Matthias Ier souhaite que celui-ci revienne à son cousin germain Ferdinand de Styrie, pour cela il lui abandonne le titre de roi de Bohême en 1617, avec la perspective de le voir ainsi accéder à la dignité impériale à sa mort.

Ferdinand, catholique zélé qui a été éduqué chez les jésuites, veut voir revenir la Bohême dans le giron de l’Église catholique...

Frédéric prend la tête de l'Union protestante, créée par son père pour sauvegarder les intérêts protestants au sein du Saint-Empire romain germanique.

L'Union protestante souhaite vivement empêcher l'élection du catholique Ferdinand, roi de Bohême, comme empereur. Les États de Bohême, à majorité protestants déposent Ferdinand et proposent le titre à Frédéric V qui est le premier prince-électeur de l'Empire. D'abord réticent, celui-ci accepte finalement leur proposition.

Cet acte sera un des facteurs déclenchant de la guerre de Trente Ans. Il est couronné à Prague, le 4 novembre 1619, et Elisabeth trois jours plus tard. Peu de temps après, Ferdinand II prend l'offensive pour reconquérir la couronne de Bohême.

C'est ainsi que l'on va vivre l’histoire de ce bref et brillant règne hivernal de Frédéric et Elisabeth en Bohême...

Le roi et la reine sont trop peu conventionnels pour plaire à la noblesse de Bohême. Frederic et Elisabeth ne parlent pas le tchèque. Les nobles de Bohême sont d'une race différente. Ils n'aiment ni la comédie française ni le théâtre anglais.... Bien que la Bohême sous Rodolphe II ait été une ville d’art et de science, d’alchimistes et d’astrologues, le goût de la connaissance ésotérique et de la littérature en général a décliné sous des années de règne catholique. Les femmes ont moins de droits qu'ailleurs en Europe...

Voyage en Allemagne – Heidelberg, Elisabeth Stuart Image satirique à propos de Frédéric V, roi de Bohême, et du Palatinat

En 1620, les forces protestantes de Bohême sont défaites à la bataille de la Montagne-Blanche le 8 novembre 1620, soit un an et quatre jours après le couronnement de Frédéric. Il en héritera du sobriquet de « roi d'un hiver » (Winterkönig).

Chagrin, humiliation, pauvreté les attendait. Ferdinand II. est triomphalement élu Empereur... L'un des premiers actes du nouvel empereur est de confisquer la principauté du Palatinat, de Frédéric et le faire passer à un prince bavarois.

Voyage en Allemagne – Heidelberg, Elisabeth Stuart Elisabeth, reine veuve de Bohème

Mis au ban de l'Empire, démis de tous ses titres et dépouillé de ses possessions par décret impérial, il est contraint à l'exil, à Sedan, auprès de son oncle Henri de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon, entre 1620 et 1623.

Sa femme et lui, depuis leur exil de La Haye (Provinces-Unies), ne peuvent qu'assister, impuissants, à l'occupation du Palatinat par les troupes de Maximilien Ier de Bavière, chef de la branche catholique de la maison de Wittelsbach, qui a reçu ses terres ainsi que sa dignité électorale en remerciement des services rendus aux Habsbourg (1623).

Le Roi James 1er d'Angleterre offre à sa fille un asile, mais elle répond fièrement que sa place est aux côtés de son mari, qu'elle n'abandonnera jamais.

Frédéric V mis au ban de l'Empire, meurt en exil. Il est surnommé « der Winterkönig » (le roi d'un hiver).


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine