Magazine Nouvelles

Intimité en Open Space

Publié le 07 décembre 2019 par Jlk

images-1.jpeg

7. L’architecture très lumineuse constituant l’immense damier-dédale du nouvel hôpital régional du Chablais-Riviera donne l’ impression très singulière et très rare que tout y est conçu pour la circulation fluide des soignants, beaucoup de portes de chambres restant ouvertes et beaucoup de patients capables de le faire déambulant d’une unité à l’autre, de Fleurs a Horizon ou de Lac à Jardin. Moi qui ai détesté le concept d’Open Space de certaines rédactions - j’en fais une évocation gratinée dans mon dernier livre - , je me suis tout de suite senti chez moi dans ces beaux espaces très ouverts et protégeant l’intimité de chacun , où les soignants semblent parfois glisser ou patiner alors qu’ils s’activent diligemment , et quand j’écris soignants c’est très majoritairement de soignantes de tous les grades et nationalités qu’il s’agit .

78530946_10221579232537012_3712186306046984192_n.jpg

8. Que serait un hôpital aussi gigantesque sans les soignantes et les soignants ? Rien. Bien entendu les médecins sont eux aussi méritants et parfois plus , mais ils sont visibles à tout coup, tandis que les soignants restent souvent inaperçus. Évoquant l’autre nuit, avec un infirmier originaire de Biasca, la dimension restée très humaine, voire parfois complice ou même affectueuse du rapport liant ici patients et soignants, il n’hésita pas à me lancer avec une sorte de fierté moqueuse : « Grâce à nous », et de me parler de l’envers du décor bureaucratique de l’entreprise ou des fonctionnaires comptant leur heures y vont de leurs directives implacables. Ce Flavio tessinois s’est gardé de me dire, sans me connaître, qu’il estimait le travail des soignants sous-payés, mais mon opinion est faite depuis les années où, au vif agacement de mes confrères, j’affirmais que les journalistes étaient beaucoup trop payés et les soignants pas du tout assez.

images.jpeg

9. Après une semaine d’hosto ou je suis entré en urgence , voituré par ma bonne amie, j’ai retrouvé grâce aux soignantes (Marine de Liège, Carole du Gers, Maria de Porto, et les Flavio et José que je n’oublie pas ) cette espèce d’intimité «ouverte» et nullement collante ou indiscrète de la vraie relation humaine.
Lorsqu’on demandait à Ella Maillart quelle heure il était : elle répondait : il est maintenant. Et maintenant, ce 7 décembre 2019 dans la chambre 426 que je partage avec un cardiopathe frère humain très amateur de karaoké et de jeux télévisés, il est bientôt onze heures du soir et donc bonsoir la soignante qui s’approche toute masquée pour me piquer avec un sourire timide que ne sauront reproduire les robotes de l’Avenir Transhumain..

(Suite au prochain numéro)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlk 1055 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines