Magazine Nouvelles

Journaux intimes

Publié le 06 décembre 2019 par Jlk

78533291_10221579140894721_2444126593774256128_n.jpg

(Notes d’hosto, II)

4. Le genre est souvent décrié par les écrivains qui-se-respectent, surtout en France, considéré comme un sous-produit littéraire juste bon à occuper les après-midi des bourgeoises grandes ou petites, ou les nuits lunaires des adolescents tourmentés ; et le répertoire des imbécillités proférées, surtout en France, contre le Journal intime d’Amiel, en dit long sur l’espèce de déni d’intérêt marqué envers toute forme d’introspection, surtout en France ; en Suisse romande, la triple filiation de Rousseau, du protestantisme et du romantisme allemand a fait que le genre en question se trouve beaucoup mieux accepté, comme il en va dans la Russie de Tolstoï (premier admirateur d’Amiel) et l’Angleterre de Virgina Woolf & Company.

78426438_10221579141494736_1678660776203649024_n.jpg

5. Bien avant la découverte d’Amiel, la lecture des Journaliers de Marcel Jouhandeau m’a passionné vers l’âge de dix-huit ans, qui relèvent plutôt des carnets quotidiens, tels que je les pratique depuis le même âge à peu près et dont j’ai déposé un premier lot de plus de 200 volumes aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale. Paul Morand et son ami Jacques Chardonne qualifiaient de « pipi » les carnets de Jouhandeau, injustice crasse assez typique de grands écrivains peu portés au « déballage » intime, mais l’on peut comprendre que le théâtre privé du cher Marcel, entre son Elise de plus en plus acariâtre et ses excursions dans les bordels de messieurs puisse lasser (ça a été mon cas) alors que sa formidable comédie humaine de province respire plus largement ; et puis, à côté d’un « pur amour » plutôt douteux invoqué les yeux au ciel à propos de ses impossibles amours masculines de vieux prince catho, un vrai courant de tendresse court à travers ses carnets, notamment à propos du petit Marc et de sa mère Céline ; enfin le style sans pareil de Jouhandeau irradie une intimité profonde à peu près sans pareille dans la littérature française, Julien Green excepté.

79082499_10221579144054800_2446083952104964096_n.jpg

6. Le « journal » qui sonde le plus profondément l’intimité de son auteur, sans être un journal intime à proprement parler, est constitué par les « feuilles tombées » du Russe Vassili Rozanov, lequel parle de sexe, au sens de l’espèce et dans une visée plus juive que chrétienne, sans évoquer jamais le moindre détail de sa vie personnelle. Ce que j’entends par intimité est vécu par Rozanov à fleur de sentiments, de pensée et d’expression, nous entendons sa « voix » intime comme nous entendons celles de Jouhandeau ou de Julien Green, de Virgina Woolf, de Kathleen Mansfield ou de Monique Saint-Hélier, et naturellement la voix de Proust même si la Recherche est un immense journal intime différé dont l’ouverture à l’extime marque la même transmutation qui s’observe dans le passage du Journal de Julien Green à ses romans.

(Suite au prochain numéro)

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlk 1055 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines