Magazine Nouvelles

Les emmerdeurs

Publié le 13 décembre 2019 par Jlk

78913462_565578190933239_9177353343473811456_n.jpg

(Notes d’hosto XIV)

40. Il flotte ce matin sur le jardin suspendu du phénoménal hosto, le ciel se dégage cependant du côté de l’unité LAC jouxtant l’unité HORIZON, je vais paqueter mes affaires tout à l’heure après dix jours pile d’hospitalisation consécutive à un infarctus sans issue fatale (Maître Jacques a fait mieux en octobre 2009 en tombant raide sous le coup de couteau, m’obligeant à revenir fissa à la rédaction pour commettre mon hommage à notre Goncourt national), je vais donc m’arracher à la compagnie plus que prévenante des soignantes et soignants (tant de jeunes beaux yeux !) et non sans me reprocher (un peu) d’avoir critiqué (un peu) certaine relation formatée fluide et (un peu) dépersonnalisée imputable au Système plus qu’à leurs dispositions personnelles, étant évident que la formalisation de leur comportement ressortit à un processus général – donc la lucidité critique reste de mise et je l’assume quitte à passer pour un emmerdeur (un peu) ingrat.

41. Friedrich Dürrenmatt, diabétique et plus encore, s’est fait détester de nos Autorités confédérales un certain soir où, devant celles-ci et en présence de son vieil ami dissident tchèque Vaclav Havel devenu président de son pays, il a prononcé un discours où il comparait la Suisse à une vaste prison sans barreaux dont les prisonniers seraient à la fois leurs propres geôliers. La métaphore était évidemment exagérée voire injuste tout en pointant, avec une profonde pertinence, ce que le conformisme satisfait (de droite autant que de gauche) peut avoir de contraire, par soumission, à l’exercice de la liberté personnelle ou collective. Il y avait sans doute de l’ingratitude (par rapport aux aises de notre démocratie) autant que de l’indécence (par rapport aux victimes des Etats policiers) dans les propos du génial Fritz, et pourtant sa vision de poète me semble plus durablement valable que maints discours plus nuancés, et particulièrement aujourd’hui où tout esprit critique devient suspect.

78880082_488624222004839_6138711544021647360_n.jpg

42. Mon amie Jacqueline W., infirmière de son métier et belle-fille de feu mon cher Emile M., cardiologue et merveilleux humaniste qui fut le dernier docteur de Charles-Albert Cingria, m’a donné raison dans mes observations, d’ailleurs prudentes, à propos de certaine déshumanisation des rapports entre soignants et patients, qui l’a poussée elle-même à travailler sur le « front » le plus éprouvant de sa profession, mais selon elle le plus riche encore au point de vue des échanges humains, des soins palliatifs. Elle seule pourrait en dire plus sur la réalité des faits, que je n’ai fait pour ma part qu’effleurer. C’est à elle et à toutes celles et tous ceux qui, tous les jours, continuent de panser les plaies de notre pauvre humanité que je pense en prenant mon dernier repas à l’unité Fleurs de la division de médecine interne du nouvel établissement hospitalier de Chablais-Riviera sis à la Route du Vieux Séquoia.

Nous sommes un vendredi 13 et je note: Potage parisienne, cuisse de poulet rôtie, jus aux miel, riz safrané, haricots verts étuvés,macédoine de fruits - et l'emmerdeur se plaindrait ?!

Images: Philip Seelen.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlk 1055 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines