Magazine Humeur

622 – Non mais, du coup, 1 jour, mon prince viendra, hein ?

Publié le 11 mai 2020 par Stiop

Posté par stiopka dans : Non classé , trackback

Du coup, j'ai un doute, un seul, je ne sais plus si c'est Heidegger ou Louane qui disait : " C'est le jour 1, celui qu'on retient. " Hein ? D'ailleurs, c'est le jour 1+1 puisque nous sommes le 11 mai. C'est assez étrange parce cela fait bien longtemps que je ne me soucie plus du jour qu'il est, alors heureusement que les médias ont copieusement dramatisé et survendu ce lundi 11 mai : je présume que cela fait venir les annonceurs.

Bon, alors, que se passe-t-il concrètement aujourd'hui ? L'incontournable focus sur des personnes qui portent des masques dans le métro, le coup de ciseau du coiffeur qui a commencé à travailler à minuit 1, décidément, ce 1. 1 jour est-il toujours constitué de 24 heures ? Il semblerait. A titre personnel, je m'étais fixé 1 seul objectif à atteindre d'ici à la fin du confinement : arrêter de dire " du coup " à chaque début de phrase et " hein " à chaque fin de phrase. Je l'admets : j'ai échoué, du coup, faut-il que j'attende un éventuel reconfinement pour y parvenir, hein ? 1 ?

Le 1 er jour du reste de notre vie, celui à partir duquel, dans un élan collectif spontané et altruiste, grâce à cette imagination féconde qui irrigue, qui inonde, qui submerge soudainement nos esprits - faut voir ce qu'il pleut aujourd'hui -, nous allons enfin nous " réinventer " et explorer ce " nouveau monde " que l'on nous a tant prophétisé depuis 50 jours, et cette phrase qui n'en finit pas tant elle ne veut pas faire retomber l'intensité unique de ce moment, celui de ce 11 mai. Vous pouvez respirer.

Toi, moi, vous, nous, désormais promus comme étant les aventuriers conquérants de cette nouvelle vie déconfinée, décarbonisée, désinhibée, délivrée, libérée, c'est décidé, je m'en vais... et, du coup, on fait quoi, hein ? Cela ne va pas être si simple de revenir à une vie quasiment normale, en renonçant petit à petit au gel hydroalcoolique généreusement fabriqué par la Maison LVMH, ou par le Groupe Ricard, selon qu'il est l'heure de l'apéro ou pas. Et les masques confectionnés par Lacoste ou par Passionata, c'est déjà fini ? Hum..., c'était bien aussi.

La liberté, c'est vertigineux en fait. Cette période d'emprisonnement est une étrange expérience, et je me demande désormais ce qu'éprouvent réellement les détenus lorsqu'ils sortent de prison, à l'image de ce que Red ou Brooks, fébriles, hésitants, ont ressenti dans " Les Évadés ". La seule évasion que je me suis autorisée durant le confinement fut celle de rêver qu'il en serait différemment. Non mais, du coup, 1 jour, mon prince viendra, hein ?

Ah, un scoop pour conclure ! En effet, une rumeur rigoureusement infondée et frauduleuse prétend que l'immense Juliette Gréco aurait modifié les paroles de sa célèbre chanson " Déshabillez-moi " en une version, disons, plus... moderne :

"

Déconfinez-moi

Déconfinez-moi

Oui, mais pas tout de suite

Pas trop vite

Sachez me protéger

Me rassurer

M'immuniser

Déconfinez-moi

Déconfinez-moi

Mais ne soyez pas comme

Tous les hommes

Trop pressés.

"

622 – Non mais, du coup, 1 jour, mon prince viendra, hein ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine