Magazine Nouvelles

Un matin au marché…

Publié le 05 juin 2020 par Ivanoff @ivanoff

C’est en les voyant choisir quelques tomates à l’étal d’un maraicher que brusquement mon cœur s’est serré… Ils se penchaient sur les fruits comme éblouis par un cadeau précieux débarrassé de son papier de soie… L’un contre l’autre serrés, comme si de leur choix devait dépendre leur journée, solidaires et complices , savourant déjà la fraicheur de la salade qu’ils prépareraient pour diner. Tendait-il le doigt vers quelque légume qu’il appréciait qu’aussitôt, d’un hochement de tête en direction de la vendeuse elle décidait d’en acheter une livre… Et leur panier se remplissait tout entier de cette connivence presque muette que seuls ont les amoureux.

Faire le marché à deux en traversant les allées colorées, s’enquérir puis repartir un peu plus loin pour dénicher mieux ou à meilleur prix, s’éloigner en se reprenant la main, croiser des amis, papoter puis se quitter en se promettant quelques bulles un soir prochain, sourire sans autre raison que celle du bien-être de l’instant, se dire qu’on n’a plus besoin de rien et quitter les halles d’un pas guilleret, ravis du « travail » bien fait…

Quel humble bonheur que ces moments partagés aux choses ordinaires… Ce qui parfois nous semble quotidien et « normal », dès qu’il nous échappe devient un Graal à jamais inatteignable … Que ne donnerai-je pour encore prendre ta main et t’emmener avec moi « faire le marché » ?… Pour qu’ensemble notre panier d’osier se remplisse de la vie que nous imaginions il n’y a pas si longtemps…

Alors, pour qu’il garde bonne mine, ce panier, je le rempli aussi de tous les petits bonheurs que je grappille de cagettes en cagettes, c’est d’autres amours dont je le fais déborder, celui précieux de mes enfants, de ma famille, j’y ajoute quelques brins d’espièglerie de mes petits-enfants, et la force généreuse puisée au cœur de mes profondes amitiés…

A deux de mes amis souvent croisés au marché, et dont l’amour me réjouit, à toutes celles et ceux qui en soupçonnent l’inestimable valeur, à qui je souhaite du fond de mon cœur « tout le bonheur du monde » !


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine