Magazine Nouvelles

Pierre Oster | Un nom toujours nouveau, Treizième poème

Publié le 23 octobre 2020 par Angèle Paoli

TREIZIÈME POÈME

Fragments (extrait)

J' épie, en faveur de la Nuit, un oiseau noir et blanc, une pie.

J'épie, ô univers, un oiseau noir et blanc qui m'épie.

L'ombre est divine... elle devine mes rivaux :

Les derniers sangliers, la sanglante forêt, et les derniers chevaux !

Semblable aux meutes des feuillages qu'un dieu tourmente,

J'écoute, et les oiseaux écoutent, l'unique voix véhémente.

Partout une promesse approfondit l'hymne de l'air.

Solitaire, je me confonds à la disparition de l'éclair.

Mon âme est accordée à l'ordre des choses. Qu'importe

Si la pluie en novembre abîme un peu le toit, arrache un peu la porte !

Mon âme seule... Ainsi les arbres absolus,

En s'insurgeant contre la mer, ne s'insurgent qu'en vain contre ce qui n'est plus.

Un Nom toujours nouveau a consacré ma bouche indigne.

D'autres signes que le Soleil gravitent autour du Signe.

Je dispute l'Espace à la ténuité des torrents...

Des feux très solennels font les feuillages transparents.

L'univers est une prairie incomparable...

Les beaux chemins égaux qui couraient à la mer première,

Les roseaux, et le fleuve, s'inclinent sous la Lumière.

Rivages, je vivrai ! l'abîme a l'éclat de l'Esprit.

Je sonde l'Océan, où l'antique Soleil s'inscrit.

Une vague me jette un bâton. Je dresse un mât de fortune.

Dans les pierres je sens blanchir comme une voile opportune.

Debout, je vois les monts ! Debout. Les vaisseaux et les mers,

Les monts et les vaisseaux font vaciller mes vers.

Pierre Oster, Un nom toujours nouveau, éditions Gallimard, Collection Blanche, 1960, in Paysage du Tout, 1951-2000, Collection Poésie/Gallimard, 2000, pp. 97-99. Préface d'Henri Mitterand.

Pierre Oster |  Un nom toujours nouveau, Treizième poème


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines