Magazine Nouvelles

Cécile Guivarch / SI ELLES S'ENVOLENT

Publié le 18 juin 2024 par Angèle Paoli

  << Poésie d'un jour

Infirmière 2 guerre mondiale

"Elles allaient dans la France défaite à l’arrière
en blouse blanche soigner folie des hommes"

Source

Mon grand-père descendait la montagne

des arbres de dix mètres sur le dos

ma grand-mère montait la montagne

derrière le troupeau de brebis

elle prenait les bœufs par la corde

mon grand-père leur donnait les ordres

La sueur de l’un et de l’autre

se mêlaient le soir dans le même lit

Ils recommençaient chaque printemps

les mêmes gestes d’élan et de cœur

corps entremêlés l’un dans l’autre

ni vraiment femme ni vraiment homme

juste des êtres de la terre et du ciel

célébrant la semence le blé le maïs la vie

Qu’en savons-nous comme c’était dur

frotter cirer récurer puiser l’eau du puits

l’œuvre des femmes nul salaire nulle retraite

jours de lessive marmots marmite sur le feu

la vaisselle au baquet les petits fagots à la hache

la terre les boulons à dévisser à l’usine

Elles allaient dans la France défaite à l’arrière

en blouse blanche soigner folie des hommes

à fabriquer des obus elles s’émancipaient

faisaient tourner la boutique qui les aurait crues


Tissent kilomètres de fils invisibles

des pelotes à dérouler entre elles

Je répète des gestes d’autrefois

-mon plat au micro-ondes –

Je les poursuis contemporaine

Salvart

Cécile Guivarch, SI ELLES S’ENVOLENT…, En couverture, un collage de Ghislaine Lejard,
Éditions Au Salvart, 2024, pp. 30, 36, 37.

________________________________________________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________________________________________________


CÉCILE  GUIVARCH
Cécile Guivarch portrait
Ph. : Michel Durigneux
Source

■ Cécile Guivarch
sur Terres de femmes ▼
→ Cent ans au printemps (lecture d’AP)
→ Cent ans au printemps (lecture de Philippe Leuckx)
→ [Écrire ses yeux] (extrait de Cent ans au printemps)
→ Cécile Guivarch, mots et mémoire en double (chronique de Marie-Hélène Prouteau)
→ Sans Abuelo Petite (lecture d’Isabelle Lévesque)
→ [Je ne sais pas si tu es encore jeune](extrait de Sans Abuelo Petite)
→ [J’ai marché sur les morts]
→ Renée, en elle (lecture d’AP)
→ [des hommes tressaillent](extrait de S’il existe des fleurs)
→ Vous êtes mes aïeux (lecture de Gérard Cartier)
→ (dans l’anthologie Terres de femmes) [ma grand-mère avait beaucoup de clés]
C’est tout pour aujourd’hui, éditions La tête à l’envers, 2021
→Cécile Guivarch et Jean-Louis Kuntzel, Tu dis la vie, Collection Duo, Les Lieux-Dits 2024


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines