Magazine Journal intime

Journal de vacances 3 – A quoi sert un blog ?

Publié le 04 août 2011 par Amaury Watremez @AmauryWat

Déjà sur Agoravox

 ...Si tant est que ça sert à quelque chose, écrire sur internet en général en l'occurrence.

Devoirs de vacances :

image emprunté au blog du plafond de verre

blogueur_anonyme.jpg
Je relis les BD de « Valérian et Laureline » de Christin et Mézières, j'aimerais bien savoir où les deux auteurs en veulent en venir avec leur cycle autour de la disparition de la terre du futur et sa capitale, Galaxity, à cause de l'hypothétique planète Hypsis. Pour Valérian, cela a un sens de la rechercher, pour Laureline, cela n'en a aucun, mais mieux vaut ça que tourner en rond.

Christin et Mézières font durer le plaisir, à moins qu'ils ne soient en panne d'idées pour clôturer leur histoire...

Je feuillette également le « journal » de Jean-Patrick Manchette, que je connais par cœur. En le relisant j'ai cependant l'impression de retrouver un ami, du genre de ceux que l'on revoit en ayant l'impression de les avoir quittés la veille même si la veille était il y a des années. Ce qui est passionnant dans ce journal littéraire, c'est toute la réflexion de l'auteur sur le travail de l'écrivain, son rapport au monde et aux autres.

Impressions de vacances :

Il y a quelques jours, quelqu'un m'a dit que les blogs, les forums internet, c'était l'équivalent moderne et à plus grande échelle des anciens courriers des lecteurs dans lesquels c'était la plupart du temps la foire aux lieux communs, aux préjugés, aux idées reçues, une occupation de concierge occupé à médire...

Ce n'est pas toujours faux, il y a du vrai là-dedans.

Pour moi cependant, le pire c'est quand l'auteur de blog se prend trop au sérieux (car soyons honnêtes c'est que l'on a une bonne opinion de soi quand on se laisser aller à publier des textes sur le Web).

Ce n'est pas la première fois que j'entends cette réflexion, la différence étant que là, la personne était bien intentionnée à mon égard. Car quand lance ça à un blogueur, la deuxième question est généralement :

« Et tu as beaucoup de visiteurs sur ton blog ? » ou

« Tu as beaucoup de lecteurs sur tes articles ? »

(suit toujours ou presque un sourire entendu et narquois tout prêt ).

Bien sûr, quand on donne le chiffre, re-sourire entendu, c'est sûr, le blogueur, l'auteur d'articles ment, il se donne de l'importance, il raconte des calembredaines, l'affaire est entendue.

De toutes façons, celui qui pose la question se fiche d'avance de la réponse, puisque finalement pour lui (pour elle) cela ne sert strictement à rien d'écrire de toutes façons, y compris des articles sur papier s'il n'y a pas des millions de lecteurs qui suivent ou le blog ou les articles, et si cela ne rapporte rien à l'auteur, à part le plaisir d'écrire et de publier ce qu'il écrit.

L'auteur est montré comme un grand gosse immature, qui a besoin d'une catharsis et qui pour cela s'exprime abondamment, voire un peu trop aux yeux de certains.

Je me rappelle particulièrement de celui qui m'a dit après avoir entendu le nombre de visiteurs sur mon blog et le nombre de lecteurs sur quelques articles d'Agoravox : « Ah oui, mais c'est le nombre

Ce qui transparaît finalement ce sont deux choses :

-La colère du médiocre qui aime le confort du troupeau, qui apprécie de ne pas se faire remarquer, et qu'il n'y ait pas une tête qui dépasse. Pour lui, ce cloporte, le type ou la fille qui publie sur le net est forcément un prétentieux, un vaniteux narcissique et complètement inconséquent.

-Sa jalousie aussi, car il est bien souvent incapable d'aligner trois mots en français, et de le faire de manière intéressante. Sa jalousie est paradoxale car pour lui la littérature comme l'écriture de toutes façons ça ne sert à rien, comme il dit :

« Moi je lis des livres sérieux, certainement pas des romans », qui ne sont pas sérieux c'est évident pour lui.

Mais le fait que quelqu'un soit un peu plus doué que lui pour l'expression de sentiments, de joies, de peines, de colères, de rires, voilà qui l'embête quand même sec.

Bien sûr, il ne comprendra jamais l'essentiel, l'auteur de blogs écrit d'abord pour lui et aussi pour trois ou quatre personnes au maximum au bout du compte (Moi c'est principalement pour une personne). S'il lui vient l'envie de croire qu'il a un message à distribuer au monde entier, et que ce message est fondamental pour la survie du monde, il faut d'urgence qu'il consulte un spécialiste, ou qu'il se pose des questions.

Le blogueur c'est un peu François Merlin qui se prend pour Bob Saint Clare dans "le Magnifique"


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son blog