Magazine

Dresser mes cheveux de non-fille

Publié le 23 septembre 2011 par Tyne

Oui je peux. J’ai une masse de folie. Des cheveux qui font ce qu’ils veulent et un coiffeur qui n’existe pas. Un jour, ma mère m’a coupé les cheveux courts, je bouffe encore des vannes de mes potes de l’époque. C’est bon, mes cheveux, on y touche plus.

Dresser mes cheveux de non-fille
Oui mais voilà. Sont tout pourris à force de rien faire. J’ai découvert quelques tendances dreadeuses sur la nuque, des cheveux blancs (j’me fais du souci moi) et une couleur terne.

Alors j’ai été faire un tour dans le magasin d’une marque chelou: Lush. Une marque anglaise, à base de bonnes plantes de la nature qui va bien, sauf que c’est pas du bio, et en même temps, on s’en fout, on se colle de la baleine sur les lèvres depuis des siècles, on est plus à un masque radioactif près.

Du coup, j’ai acheté un soin qui s’appelle « Rafistolleur ». 14 euros pour un pot de 300ml, je trouve ça un peu hardcore. J’oublie ma CB au magasin, la vendeuse hippie l’avait trouvée, la marque marque un point. Arrivée chez moi, shampooing et masque rafistolleur. Je mets la dose parce que la situation est dramatique.

Le patchouli envahit la salle de bain, je manque de m’évanouir.

Mais le résultat est là. Mes cheveux sentent bons, sont légers et moi je revis devant mon miroir.

Je vais y retourner prochainement pour faire le plein de drogue capillaire, je pense que si un autre produit me fait le même effet, je vais aller faire la meuf là-bas plus souvent.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :