Magazine Humeur

j'ai lu un livre...

Publié le 01 octobre 2012 par Sophiebib
... oui encore un mais pas n'importe lequel :
J'ai lu le Richard Millet Intriguée par ces journalistes qui hier l'encensaient et aujourd'hui le brûlent. Parce que je doute de ces mêmes journalistes qui font du dernier livre d'un écrivain dépressif un chef d'œuvre et la une de leur journal. Je n'avais pas envie de me contenter de quelques phrases bien tournées pour me faire ma propre opinion, d'un pseudo-débat ou il n'y a aucune argumentation. D'ailleurs après avoir lu ce livre j'attendrais de ses détracteurs qu'ils écrivent une réponse en reprenant tous les arguments de Millet, ce serait intelligent et salutaire.
J'ai acheté ce livre qu'aucune bibliothèque au nom de la censure bonne morale ne veut acheter, voulant faire jouer mon libre arbitre et voir de quoi il en retournait exactement.
Et si les thèses de Millet sur le multiculturalisme sont indéfendables "nous qui mesurons chaque jour l'inculture des indigènes ".
Quand Millet parle de littérature, il sait de quoi il parle, et des le début du livre Il annonce son intention de ne faire aucune concession, il sait que ces propos vont provoquer un choc.
Mais son regard sur la littérature est acéré, intelligent, passionnant et, oserais-je même dire, drôle :
Quand il explique comment Eco a rasé sa barbe et le nom de la rose par la même occasion ?
C'est vrai personne ne s'en est vraiment formalisé, non ? On a presque plus entendu parler de la réécriture du "Club des cinq" que de la simplification du "nom de la Rose".
Dans toute la partie "langue fantôme" il s'en prend d'ailleurs régulièrement à Umberto Eco (dont on pourrait s'attendre à une réponse cinglante de la part cet écrivain remis en cause ?mais il ne me semble pas avoir lu la moindre réaction d'Umberto Eco ?)
Dans ces circonstances et tant d'autres, comment ne pas être d'accord avec lui quand il s'offusque du nivellement par le bas
Peut-on lui donner tort quand il compare la disparition des livres dans la littérature d'Huxley et Orwell et notre société qui se détruit en produisant plus de livres qu'elle ne peut en lire ? La disparition pour cause de surabondance ? Comment trouver à lire dans cet océan de parution ? Surtout quand on sait que les quelques titres qui surnageront le seront grâce à des critiques de journalistes dont l'honnêteté peut être mise en doute ? Je vous passe ce qu'il décrit comme un enfer logorrhéique qu'est la toile et les réseaux sociaux ( je n'en attendais pas moins de lui ;-)
Son passage sur la fin de l'influence de la langue française à l'étranger est lui aussi tellement réaliste. Il compare le français et l'espagnol et le succès des écrivains espagnols à l'étranger alors que l'écrivain français doit se résigner à ne pas sortir de l'hexagone. La littérature française pourtant autrefois si admirée.
J'avoue apprécier aussi quand il explique que la culture a été remplacé par "le culturel". C'est vrai on n'ose plus parler de culture même dans les conversations les plus anodines, la culture fait peur. Mais par contre le culturel est servi à toutes les sauces, tout comme les intellectuels (toujours de gauche)c'est presque devenu une insulte : "nan mais laisse tomber c'est un intello !" (extrait d'une conversation de Generation Y parlant de son frère ;-)
J'aime aussi quand Millet invente le nom de "narratique" pour définir cette nouvelle littérature sans style, parce que c'est plus facile à lire, pourquoi s'embêter avec des figures de style que de toutes façons les lecteurs ne vont pas comprendre... Réalité corroborée par l'explosion de la chick-lit, du roman pour adolescent et autres,  nouveaux sous genres mais de plus en plus lus par des adultes ?
Vous allez me dire que je renie mes valeurs ? non non je lis toujours tout et n'importe quoi et oui je regarde aussi "l'amour est dans le pré" mais j'ai l'impression d'arriver à faire la part des choses, de garder un oeil critique ("ma part de cerveau disponible") et le livre de Richard Millet m'aide à rester en alerte à ne pas hurler avec les loups.
Oui j'ai tendance à penser comme lui et à croire que notre vieille Europe humaniste et ses valeurs sont en train de se perdre (il suffit de regarder ce qui se passe avec les caricatures de Mahomet ou la tradition du bouffe-curé français est bien mise à mal)
Alors qu'allons-nous faire ? Les bibliothèques n'achèteront pas ce livre... Pas toujours en connaissance de cause mais sur la base de ce qu'il en aura été dit. C'est dommage et c'est prendre les lecteurs pour des .... Bref.
Mais reste la question de ses  autres oeuvres ? Va-t-on les garder ? Ce type est un fasciste, on ne peut le laisser répandre son poison ? Non bien sur ce serait stupide ?
Parce que Millet est un grand écrivain, le réduire à ce pamphlet est une exécution sommaire à laquelle de toutes façons il s'attendait.
ouile 21 décembre 2012 verra biennon pas du mondemais d'un mondecelui de la vieille Europe humaniste.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sophiebib 1430 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine