Magazine Bd & dessins

Le cinoche à Jules-Barberousse

Publié le 09 octobre 2012 par Jules

barberousse

Akira Kurosawa a souvent dans ses films employé les mêmes acteurs. Sa « troupe » on la retrouve dans quasiment toute la première partie de sa filmographie. Certains acteurs ont le premier rôle puis se retrouvent figurant dans le film suivant, et ainsi de suite. Pourtant s’il y a un interprète qui avec Kurosawa ne fera jamais de figuration c’est bien Toshiro Mifune.  

Mifune est un vétéran. Photographe aérien pendant la guerre, il est devenu acteur de cinéma par hasard. C’est lors d’un essai spectaculaire où, mimant la colère et foutant une trouille bleu à l’assistance, qu’il retient l’attention des producteurs. Kurosawa exploitera cette rage dans l’Ange Ivre, son premier film avec l’acteur, et dans les 15 autres qui suivront. Conscient de tenir un interprète d’exception il le laissera libre d’interpréter ses personnages lui donnant peu d’indications, ce qui est surprenant connaissant le légendaire perfectionnisme du réalisateur surnommés à juste titre « l’empereur ».

Barberousse tourné 1965 représente l’apogée de sa période en noir et blanc qui donna au cinéma tant de merveilles, c’est aussi la fin de sa relation avec Mifune. Voulu comme un film « parfait » Barberousse peu être considéré comme le sommet de la carrière du cinéaste, qui n’est pas à un ou deux chefs d’œuvre prêt. Le tournage durera deux ans ce qui mettra la patience des techniciens et des acteurs à rude épreuve. Mifune, obligé de garder sa barbe durant cette période ne pourra pas tourner d’autres films mettant ainsi en danger sa toute nouvelle société de production. La tension monte, surtout en ce qui concerne l’approche du personnage de Barberousse, médecin des pauvres charismatiques. Kurosawa veut en faire un sage, Mifune le voit plus humain et faillible n’hésitant pas à castagner si nécessaire les indésirables. C’est Mifune qui gagnera et Kurosawa ne lui pardonnera jamais. Ils ne tourneront plus ensemble.

Reste le film, magnifiquement humaniste concentrant toutes les thématiques chères à Kurosawa, sa carrière ne sera plus la même et traversera une terrible traversé du désert.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jules 544 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines