Magazine

Dogs don’t live that long

Publié le 20 décembre 2012 par Fabrice @poirpom

Dogs don’t live that long

De base, un môme n’est pas un être normal. Et s’il parle tout seul, qu’il est bourré de mimiques, de tics nerveux, qu’il ne tient pas en place et que son meilleur ami n’est autre que lui-même, c’est pire. Tueur en série, éleveur de chèvres, joueur d’échecs, zoophile… Les débouchés pour ces gamins-là, dans la vraie vie de grand garçon, sont peu nombreux et flippants.

Jeremiah McDonald boxe dans cette catégorie-là. Il a trente-deux ans aujourd’hui. Il essaye d’être acteur, cinéaste, illustrateur. Un peu tout çà. Ça dépend des jours, de ses aspirations et de sa motivation. Un jour, ce mec a eu douze ans. Une année entière. À l’époque, l’animal est un doux dingue. Rondouillard mal coiffé dont le meilleur ami est le camescope de papa.
Ça sent les chèvres dans le Larzac, cette histoire…
Presque. Ce doux dingue de douze ans a eu une drôle d’idée. Parler à son futur lui.

A Conversation With My 12 year Old Self: 20th Anniversary Edition

Respect.
Respect au môme de douze ans à l’esprit suffisamment débridé pour… pondre la moitié du dialogue. Et avoir confiance en son lui futur pour avoir la répartie. Respect pour le môme de douze ans qui, le même jour, se fait déjà la blague à lui-même en jouant le rôle de l’aîné avec son lui de dix ans.

A Conversation With My 12 Year Old Self: Making of

No shit…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossier Paperblog