Magazine Humeur

597- Connecte-toi toi même.

Publié le 20 août 2015 par Stiop

J’ai récemment eu la chance d’assister à une conférence de presse portant sur la connectivité des infrastructures électriques. Si, si : la chance… En doutiez-vous ? Bon, OK, parfois, c’était un peu technique.

L’électricité est porteuse de lumière, d’énergie, de sécurité, et dépasse largement le cadre de l’éclairage, notamment lorsqu’elle est combinée au pouvoir magique de la connexion aux smartphones et aux tablettes ; car, dans ce cadre, nous devons tous des pilotes : pilotage de la consommation d’énergie, pilotage des économies à réaliser, bref, pilotage.

Est émergé de ce brillant discours un concept implacable : « la maintenance prédictive ».

Dans les faits, cela signifie que la remontée en temps réel de notre consommation d’électricité devrait nous permettre de ne plus jamais nous tromper sur la nature de nos installations.

Planifier, ajuster, paramétrer et prévoir ne vont plus devenir des méthodes aléatoires ou empiriques, car tout va devenir exact. On sort ces verbes du dictionnaire ?

Et ce qui est valable pour l’électricité le sera vraisemblablement pour de nombreux domaines de notre vie quotidienne.

En effet, les experts estiment que nous serons d’ici à 2020 tous dotés d’une vingtaine d’objets connectés à notre domicile, non, à notre « smart home », soit, à cette échéance, 80 milliards d’objets connectés circuleront tranquillement dans le monde et nous seront probablement devenus indispensables. Vous en avez un ?

Un petit tracker qui compte vos pas quotidiens, une balance qui surveille vos moindres excès de chouquettes, un thermostat intelligent, un casque audio, une Apple Watch… ? Vous y viendrez.

Ce qui m’inquiète à propos de la maintenance prédictive, c’est que la notion « d’erreur » est appelée à disparaître. L’erreur est humaine, n’est-ce pas ?

Eh oui, petits veinards du 21ème siècle, nous serons tous toujours équipés en toutes circonstances pour avoir tout le temps raison. Satisfaits ?

Alors je m’interroge si cette quête de la perfection préméditée et de la rationalité à tous prix est compatible avec l’évolution de l’humanité qui a construit sa pérennité aussi et surtout sur ses imperfections, sur ses approximations et sur son anxiété à prendre des risques sur des terrains inconnus.

Alors, c’est fini, les rêveurs, les casse-cou, les artistes, les romantiques, les mecs qui construisent un avion sans avoir la certitude de pouvoir atterrir, les utopistes… ?

Maintenance prédictive, je crois que je te déteste déjà.

Prédictif


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine