Magazine Humeur

606 – Otage

Publié le 08 juillet 2016 par Stiop

Certaines inventions sont essentielles : l’essuie-tout par exemple, comment ferait-on sans ? Ça sert à tout, et dès le plus jeune âge.

Plus subtil, plus nuancé, plus reptilien, je souhaiterais mettre à l’honneur un objet qui sert à ôter les agrafes : l’ôte-agrafe.

La « promesse produit », comme disent les pros du marketing, est toute simple car elle est contenue dans son appellation : ôter les agrafes, contrairement à l’essuie-tout qui sert à tout.

J’ai cherché en vain sur la Toile qui était le créateur de cet objet fascinant qui a une page Wikipédia famélique. Injustice !

Avez-vous déjà essayé de l’utiliser ? Moi non plus.

Enfin, si, en réalité, mais pas comme il convient.

Je me sens cobra lorsque je m’en sers, il ne me manque plus que du venin. Tchak Tchak !

Toutefois, je bousille une feuille à chaque fois que j’ai l’heur de m’en servir, ce qui me renvoie à une introspection systématique : qu’est-ce qui m’est passé par la tête lorsque je j’ai agrafé les feuilles, sachant que je pourrais être appelé à les dégrafer ? Rien, une absence, le néant entre deux pensées vagabondes.

Vive les trombones, vive la colle !

Alors, j’ai investigué, certains appellent l’ôte-agrafes un « dégrafeur » ou une « dégrafeuse ». Avec un seul « f », c’est une exception : c’est un objet exceptionnel.

J’ai même trouvé une dénomination « arrache-agrafes », terme beaucoup trop violent pour cet objet sympathique et pacifique.

Le must : il en existe avec une « poignée ergonomique » pour une meilleure préhension, et même mieux, avec une « zone anti-glisse pour dégrafer facilement les documents sans les abîmer ! ».

Ah ! Je suis donc rassuré, je ne suis donc pas le seul à avoir dézingué des ramettes avec un ôte-agrafes.

Tchak Tchak !

th


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine