Magazine Humeur

De quelle valeur parle-t-on ?

Publié le 13 août 2018 par Observatoiredumensonge

Quand l'amateurisme est récompensé, par le fait du Prince, pour des services rendus et qu'il dérape, c'est toute la chaîne des valeurs qui s'écroule.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

De quelle valeur parle-t-on ?Nous aimons la liberté de publier : Vous de partager !
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n'engage que son auteur et en aucun cas
Observatoire du MENSONGE

Pour l'instant, nous ne voyons que le pire de l'ancien.

Par Claude Picard

Depuis l'affaire Benalla-Macron, on entend beaucoup cette petite phrase qui veut justifier l'injustifiable : " la valeur n'attend pas le nombre des années ". Certes, la valeur est un atout non négligeable, mais elle n'exclut pas l'expérience.
Qui reste une plus-value indispensable.
À part quelques exceptions, toutes les professions, et autres fonctions, ont besoin d'un apprentissage le plus approfondi possible.
Surtout au plus haut de la hiérarchie de l'État ; là, plus qu'ailleurs ! En particulier, les actes de décision qui doivent se mesurer au sérieux des institutions.
Quand l'amateurisme est récompensé, par le fait du Prince, pour des services rendus et qu'il dérape, c'est toute la chaîne des valeurs qui s'écroule.
Dans une République " inaltérable ", fut-elle monarchique, la méritocratie ne peut pas se traduire par une série de passe-droits qui s'appliquent n'importe comment, à n'importe qui, pour n'importe quoi.
Une distinction qui s'accompagne de privilèges, exorbitants et inadéquats, ressemble vite à une usurpation de pouvoir. Tout cela est malsain et dommageable pour la Nation tout entière.
Mais, normalement, nos institutions sont là pour pallier à tout dysfonctionnement... Si la magistrature suprême ne change pas les règles du jeu !
L'opposition joue pleinement son rôle, quand elle alerte les Français sur les dérives d'un pouvoir qui veut asseoir son hégémonie sur les institutions.
Le Sénat, aussi, quand il dénonce les atteintes au droit constitutionnel.
Et par cette occasion, il tend à prouver son utilité grâce à la réactivité de son président de la commission des lois, Philippe Bas. Cet énarque, ancien ministre de la Santé du gouvernement Chirac, est un " amoureux du droit " et " pas le genre d'excité qui gesticule dans tous les coins pour attirer la lumière " d'après ses compères. Son professionnalisme est salué par tous. En se définissant lui-même, avec humour, comme appartenant au vieux monde, il a démontré que le pouvoir actuel oublie ses devoirs et abuse de ses prérogatives, en nous mijotant un nouveau monde où les institutions reformées n'auraient que peu de poids dans la vie démocratique. À la faveur de son expérience de la vie politique, Philippe Bas a bien compris - il n'est pas le seul - que l'affaire Benalla illustrait un projet de réforme qui avait pour but de renforcer les pouvoirs de la garde privée du président de la République. Comme si les autorités compétentes n'assuraient pas, correctement, sa sécurité !

L'affaire Benalla, dont le principal protagoniste n'a que peu d'intérêt (il n'en est que le symptôme), révèle de sombres abus de pouvoir à tous les étages de la hiérarchie institutionnelle, mais aussi une attaque en règle de l'État de droit via le projet de réforme constitutionnelle.
Derrière des députés incompétents et godillots, des ministres irresponsables et menteurs, des chargés de mission, valeureux, bien sûr, mais décérébrés et sans formation sérieuse, le parti du Président, LaREM, majoritaire à l'Assemblée nationale, vient de démontrer son amateurisme et sa dangerosité.
Et toute l'imposture de son candidat, élu par défaut.
Petit rappel : Philippe Bas, avait appelé à voter Macron, pour faire barrage à Marine Le Pen, car, disait-il : " elle n'est pas respectueuse de la démocratie "...
Il peut s'apercevoir, aujourd'hui, en découvrant tous les éléments discordants qui convergent vers l'Élysée, combien Macron, lui, est respectueux de la démocratie...
Espérons que cette affaire permette, à tous les parlementaires, de se recentrer sur l'essentiel : une réforme constitutionnelle qui devra s'employer à rendre nos institutions encore plus performantes.
Non pas au service d'un clan, mais au service des Français.

Claude Picard

A lire aussi : 2034 l'année où...

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Allez on partage la parole !!!

De quelle valeur parle-t-on ?

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de 178pays, suivi par + 200.000 LECTEURS+ 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l'opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n'arrive pas dans vos indésirables...

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L'Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d'autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d'un pseudo.

De quelle valeur parle-t-on ?

Vous avez envie de vous exprimer ? Ecrivez un article que vous nous soumettrez pour publication uniquement par mail en cliquant ICI


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Observatoiredumensonge 295077 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine