Magazine Humeur

611 – Pour Julie. Et pour tous les autres.

Publié le 27 mars 2020 par Stiop

Quand la journée commence et que tu hésites à rester en pyjama ou à enfiler un vieux survêtement, c’est vraiment que la situation est… inhabituelle. Et critique. Je suis allé à l’hypermarché hier, et j’ai cru reconnaître quelques situations entrevues dans les livres d’histoire lors de conflits majeurs : files d’attente, masques, filtrage, présence accrue de forces de l’ordre, distances de sécurité, barrières, discipline quasi-militaire, scrutation minutieuse de ses voisins, tension silencieuse… Paranoïa. C’est donc la « guerre » que notre Président a identifiée comme telle.

Aldi -

Ah, c’est étrange, mais il y a quelques semaines, il y a donc une éternité, nous polémiquions aimablement sur la crainte de laisser à nos enfants une poubelle en guise de planète. Et nous nous disions qu’il fallait peut-être moins prendre l’avion tout en pensant à nos congés d’été aux Baléares, ne plus importer de produits en provenance d’Asie, ah oui mais quand même, les ventes privées sur les téléphones…, réduire les trajets en voiture, OK, mais la boulangerie est tout de même à 300 mètres, consommer localement et adorer la cuisine thaïlandaise.

Nous, les adultes, oui, nous, la génération qui a bousillé sans compter notre petite boule bleue errant paisiblement dans l’espace autour du soleil, nous la génération des gaspilleurs, des jouisseurs. On l’a consommée notre Terre, martyrisée, surexploitée, dévitalisée comme une dent pourrie, parce que c’est cool les photos d’Ibiza avec l’iPhone 11 avec des tongs hawaïennes importées du Vietnam. J’ai aussi ma part de dérive, j’ai beaucoup voyagé en avion, en revanche, les tongs, jamais : plutôt choper le virus.

« Voilà pour vous les enfants. », c’est cadeau : des terres empoisonnées, un air irrespirable et un océan de plastique. Et donc, tranquillou, cyniquement, nous imaginons léguer à nos descendants révoltés une décharge publique, ce qui, dans les faits, devrait vraisemblablement être le cas.

Ah, c’est clair, nous allons encore longtemps nous faire engueuler par Greta Thunberg en se disant que la petite a un peu raison, certes mais bon, à propos : on ne devait pas aller au Cap-Ferret ce week-end… ? La jeunesse, justement, n’est pas épargnée par le Covid-19 puisque la jeune Julie de Morsang-sur-Orge a succombé. À 16 ans.

Même tous ces adolescents indignés par nos actes égoïstement inconsidérés ne sont pas à l’abri de ce que les médecins nous décrivent comme étant une « détresse respiratoire » qui conduit à l’arrêt du cœur.

Détresse, manque de souffle, pour Julie et pour tous les autres, je n’ai pas le cœur à continuer à écrire tellement je suis choqué. Et inquiet.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine