Magazine Humeur

616 – Le bruit des glaçons

Publié le 10 avril 2020 par Stiop

J’ai une pensée affectueuse pour toutes ces catégories de personnes qui vont regretter cette épidémie, à terme, au premier rang desquels tous ceux qui demeurent à proximité des aéroports. Ce petit pavillon de banlieue qui a inexorablement supporté l’augmentation du nombre des rotations d’avions au fil des années, et, de manière inversement proportionnelle, a subi la baisse de son prix au mètre carré.

Sur le mois d’avril, la valeur des maisons dans les communes d’Orly-Ville et de Roissy-en-France a probablement été multipliée par dix, reste à trouver des acquéreurs. Quoi que. Même l’absence d’avions dans le ciel deviendra ennuyeuse dans quelques semaines, car les résidents seront obligés de focaliser leur attention sur les papillons qui batifolent pendant qu’ils se morfondent, sur le chant des oiseaux qui n’est plus perturbé par celui des moteurs d’Airbus et sur la douce quiétude ambiante.

Ah… On se serait pas en 2020 à l’ère du tout numérique et de l’intelligence artificielle, j’aurais peut-être considéré cette carte postale comme étant bucolique, champêtre, romantique. Mais non, globalement, il faut se l’avouer : c’est chiant de regarder la nature reconquérir son espace. Où sont les bruits d’embouteillages, les parisiens énervés, les bousculades pendant les grèves, le RER à la ramasse, les éreintants gilets jaunes et le besoin irrépressible d’être toujours pressé, tout ce qui faisait notre quotidien il y a à peine 6 mois. NB : Tout cela ne me manque pas non plus ! Cela dit, un fléau a été chassé par un autre, et tout le reste : ce n’est que de l’adaptation.

Rester confiné, et s’habituer à ce triste sort. Soit. Fort heureusement, l’imagination, elle, continue à irradier le cerveau de nos semblables, et notamment lorsqu’elle se pare de vertu pour faire du commerce. Les Marchands du Temple : ils sont de retour !

Un exemple parmi d’autres : l’éthylotest Ocigo. Leur pitch est impayable, limite imbuvable, santé !, je les cite : « Pourquoi un éthylotest quand on est confiné à la maison ? Pendant le confinement, les Français, livrés à eux-mêmes, perdent leurs repères face à l’alcool. OCIGO : L’éthylotest high tech, réutilisable à volonté aide à maitriser sa consommation d’alcool pour soi, ses proches et un meilleur avenir. » Un meilleur avenir, c’est glamour comme promesse.

Bon, en gros, avant, tu picolais parce que t’en avais marre du bruit des avions aux dessus de ta cheminée. Aujourd’hui, tu bois parce que tu n’as que cela à faire et en plus tu dois te rajouter une bonne dose de culpabilité en contrôlant toi-même que tes deux ou trois Mauresques ont eu raison de ta lucidité. Franchement, si le résultat au test Ocigo me démontre que je suis bourré, de tristesse : je me ressers une tournée. On n’en sort plus !

Heureusement, pour éviter de se charger, pour se détourner du coassement des grenouilles ou pour cesser de se languir des bruits urbains, il nous reste les films. Et bim ! Mauvaise pioche. Le tant attendu nouveau James Bond a été décalé au 11 novembre, date qui célèbre l’Armistice d’une guerre qui a fait des millions de victimes. Ce timing formidable. Le titre du film : « Mourir peut attendre. » Tu m’étonnes ! Merci pour le conseil. En ce moment, le seul qui détient la Licence 007, le permis de tuer, c’est Covid.

Alors, Covid, petit message personnel : j’ai bien envie de te mettre une mine au pastaga, puis te jeter dans un avion silencieux où tu serais l’unique passager et dans lequel tu aurais le premier rôle dans Destination Finale.

Avion


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine