Magazine Humeur

L’Afrique est malade de ses enfants: le cas Mouammar Kadhafi.

Publié le 16 juin 2012 par Menye Alain

Nelson Mandela et Mouammar KadhafiJe suis fâché et, je ne vais pas aller avec le dos de la cuillère. Excusez-moi. Je sors d’un grand débat radiophonique qui a failli se transformer en pugilat. J’étais en face d’un clown se disant africain et dont j’évite de citer le nom ici. D’ailleurs, c’est trop lui faire honneur tellement, il ne sait même pas de quoi il parle pour juger le frère Guide Mouammar Kadhafi. Une critique par ouï-dire, sans toutefois faire une petite recherche face au diktat des médias “mainstream”. Je l’ai renvoyé à cette petite étude que j’avais réalisé lors de ma collaboration avec la chaîne qatarie Al-Jazira dont je ne partage nullement la ligne éditoriale mais, j’ai peur que ce frère ne soit incurable. La manière dont il déclamait sa prose est inquiétante. Après les chaînes aux poignets, les siennes sont restées dans sa tête. Ambiance.

Certains Africains sont des pieuvres multicolores surgelées, qui ne servent plus qu’à amuser la galerie dans le décor et le vide sidéral de leur vie, ici, en Occident. Ils se gargarisent d’être des opposants exilés mais, déblatèrent, sans toutefois mettre en place un projet de société fiable et viable pour leur pays. Opposants, eux ?  Un bien grand mot qui cache des maux. Ils sont aveuglés, perpétuellement à la recherche de la gloriole. Simplement pour un strapontin ou un petit  maroquin de rien du tout. Ils font tout et n’importe quoi pour se faire remarquer. Depuis longtemps déjà, ils sont convertis au bavardage, à la divagation, aux indignations sélectives et au verbiage vaseux. Ils n’hésitent pas, qui, à faire un strip-tease ridicule aux anciens maîtres en épousant leur discours nauséabond pour la déstabilisation de l’Afrique, qui, en se prenant pour le Messie. Ils passent leur temps à critiquer sans se poser la question essentielle: Ai-je fais quelque chose pour mon pays, mon continent, à part critiquer ? 

Comme l’a si bien dit  mon frère et ami Rodrigue Komla Kpogli en s’adressant à ces Africains ignorants qui participent tels des nigauds à l’oeuvre de destruction massive des leaders africains: ”Il faut rappeler simplement à ces Africains qui participent au concert de lynchage que l”Ordure”, le “Criminel”, le “Fou”, le “tyran”, le “dictateur”, le “Sanguinaire”, le “Terroriste”…..Kadhafi a activement soutenu le combat des africains contre le régime génocidaire d’apartheid sud-africain. Ce sont Kadhafi de Libye et Khomeini d’Iran qui ont financé l’écriture et la publication de l’Histoire Générale de l’Afrique par l’UNESCO en 1989. C’est dire que sans ce fou, on aurait pas aujourd’hui les 8 volumes publiés par l’UNESCO sur l’histoire de l’Afrique.”

Personne ne dit que le frère Guide Mouammar Kadhafi était un saint mais, sa Libye et l’actuelle, c’est le jour et la nuit. La Libye, pays aussi riche, s’est muée en mendiante aujourd’hui. Ce qui n’avait jamais eu lieu en 40 ans. Il a multiplié par 10 le niveau de vie de son peuple. Inventer un systeme politique unique au monde qui permet la participation de toutes les tributs dans les grandes décisions contrairement à la désinformation. Il a permis au plus grand nombre de vivre  presque gratuitement, sans rien payer donc, eau, électricité, études ou santé… 

Toujours dans l’hystérie, pleurnichards, usant et abusant leur sempiternel  ”la faute c’est les autres”, pour parodier Sartre, ils sont des invertébrés. Dans la “sainteté” qu’est leur vie, ces donneurs de leçons dont l’action rédhibitoire, incestueuse et leur imperméabilité à la critique montrent que, ils sont les propres caricatures de leur vie. Piètres acteurs de vaudevilles, maîtres ès art dans le grand oratorio qu’est…Internet, ils croient peser. S’associer avec des nazis, des esclavagistes, des voleurs, des massacreurs et des pilleurs, il faut oser. N’en déplaise aux nouveaux esclaves et aux désinformateurs, Mouammar Kadhafi était un très grand homme et, pour finir, sans lui, l’African national congress (ANC) de Nelson Mandela, n’allait pas tenir. Et dire qu’ils fêtent Mandela sans connaître ceux qui ont fait qu’il tienne dans les geôles des rois de l’apartheid. 

Abeti Masikini †- Je suis fâchée


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine