Magazine Humeur

ETATS-UNIS. 10 millions de dollars pour toute information sur l’attentat de Benghazi

Publié le 16 novembre 2013 par Menye Alain
Christopher Stevens

Christopher Stevens

WASHINGTON, Etats-Unis – Alors que la Libye s’enfonce encore un peu plus dans le chaos, avec aujourd’hui plus de 30 morts après qu’une milice ait tiré sur des manifestants qui voulaient les déloger de leur QG de Ghargour (sud de Tripoli), rien ne va plus aux Etats-Unis. Le Département d’Etat américain a déclaré hier, vendredi, qu’il a offert depuis le mois de janvier dernier, une récompense s’élévant à 10 millions de dollars pour toute information pouvant mener à l’arrestation ou à la dénonciation de toute personne impliquée dans l’attaque de Benghazi.

Cette attaque, contre le complexe diplomatique américain à Benghazi, en Libye, avait vu la mort de l’ambassadeur américain en Libye, Chris Stevens, et de trois autres Américains. Une polémique grandit actuellement aux Etats-Unis car cette annonce-promesse prend fin la semaine prochaine. Les détracteurs de l’administration Obama estiment que tous les moyens adéquats pour retrouver les assaillants n’ont pas été utilisés, d’autant plus que les terroristes sont toujours introuvables. Pire, ils pensent que c’est une faute de n’avoir pas rendu publique cette annonce de prime.

Le Département d’Etat américain se défend, dans une lettre envoyée aux législateurs vendredi. Il indique que la récompense de Benghazi n’a pas été diffusée sur ses «Rewards for Justice», site dédié pour ce genre d’affaire, simplement parce qu’il y avait une question de sécurité autour de l’enquête concernant l’attaque meurtrière du 11 septembre 2012.

"En raison de problèmes de sécurité et les sensibilités entourant l’enquête, l’offre de récompense spécifique à l’événement n’a pas été annoncée publiquement sur le site RFJ", a indiqué le département dans un communiqué. "Le site RFJ est un outil qui peut être utilisé plusieurs façons, sans pour autant être diffusé sur le site.", a conclu le département d’état.

Une preuve, s’il en était encore besoin de le rappeler, que la Libye est devenue un vrai champ de ruines où, on ne sait qui est qui ou qui fait quoi. Hélas, puisqu’il n’y a pas de vraie justice internationale, personne n’ira chercher les responsables de cette déliquescence de la Libye. Nous les connaissons tous, ils refont le monde dans leurs salons feurtrés de Paris, Londres, Washington ou Doha. Voilà un pays qui veut juger Saif al-Islam, simplement parce qu’il porte le nom Kadhafi, sans toutefois avoir la moindre preuve de ce dont il est accusé.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine