Magazine Humeur

Les nouvelles mésaventures de la rose VI

Publié le 30 janvier 2014 par Observatoiredumensonge

pieri

   Les nouvelles mésaventures de la rose   

Par Jean-Marie Pieri

CHAPITRE VI

DIALOGUE DU SINGE ET DU SAGE.

Le fleuve charriait vers la mer des tonnes d’immondices, pourtant les pélerins s’y lavaient et buvaient son eau avec recueillement. Fleuve tu chantes et promets la purification des âmes et des corps. Un coup de tonnerre frappa le ciel, un éclair le brisa en deux!

⁃  Par la barbe de mes ancêtres, s’écria le sage accroupi devant son bol de riz, pourquoi viens-tu m’importuner au beau milieu du repas, sac à merde!

L’animal, un petit singe tout rond aux yeux globuleux, ventre rebondi et fessier charnu, légèrement pelé sur le devant des oreilles et le sommet du crâne, redressa sa longue queue dont il était très fier: il l’utilisait comme balancier pour sauter d’un bananier à l’autre, l’animal évita de justesse le contenu du bol que le vieillard irascible jetait dans sa direction.

⁃  C’est pas des manières, piailla le petit singe tout rond aux yeux globuleux, euh… tu aurais pu m’atteindre et m’estropier!

⁃  Tu parles notre langue, fit le sage décontenancé. Par tous les dieux, comment est-ce possible, par Vishnu…

L’ermite aux longs cheveux, teint émacié, se redressa d’un bloc, puis se prosterna en signe de soumission, il replia sur ses cuisses ce qui lui tenait lieu de pagne, une bande de tissu jaunâtre qui laissait entrevoir une anatomie plus que généreuse. Les premières gouttes de pluies explosaient sur le sol détrempé.

⁃  Pardonne-moi, maître si je t’ai offensé, qui t’envoie? Dieux, génies, démons maléfiques qui dévorent nos âmes mortelles? Que l’esprit du tigre me protège, souffla-t-il.

La créature simiesque éclata d’un rire étrange, sa voix de fausset, ses yeux ronds sous de lourdes paupières et son nez en bec de tortue causaient un certain malaise, il cambra sa petite taille et se planta devant le sage pétrifié.

⁃  Relève-toi humain, ne crains rien, je suis venu mettre à l’épreuve ta sagesse en te posant les trois questions essentielles, mais sauras-tu relever ce défi?

⁃  Sans aucun doute, maître, je saurai être digne de ta confiance!

⁃  Commençons alors!

Le petit singe tout rond prit la pause, s’empara de la banane d’un singe de haute taille à l’allure triste qui passait à proximité et la dévora avec gourmandise.

⁃  File, dindon déplumé, tu ne m’es d’aucune utilité aujourd’hui et en plus tu me portes la poisse… (au grand singe qui s’éclipsa penaud) … il ne m’attire que des ennuis!

⁃  Le petit singe tout rond aux yeux globuleux, pleurait de rire, ses yeux larmoyaient comme le ciel et étincelaient comme l’éclair, le sage frissonna tout recroquevillé et bredouilla un prière: "il se moque de moi, c’est un dieu cruel": "prends pitié de moi noble Shiva!"

⁃  Première question: La fin justifie-t-elle les moyens? Deuxième question: La trahison de la parole donnée est-elle péché que la morale réprouve? Troisième question: en amour qu’advient-il des deux premières questions?

⁃  Qu’as-tu à répondre sage des confins du Brahmapoutre?

Les eaux boueuses du Gange semblaient contenir la colère des dieux, un souffle plus amer que tous les feux des enfers traversa le côté gauche des cieux et une pluie acide crépita sur les berges avant de courir au fil de l’eau, bousculant tout sur son passage, les oiseaux dans les arbres se taisaient!

Le sage se redressa et fixa le petit singe tout rond aux yeux globuleux.

⁃  Ton coeur consumé par des vices odieux a fait ce long voyage pour parvenir jusqu’à moi, ton enveloppe corporelle a subi les pires agressions de l’espace, ton âme a voyagé sous différents aspects, animaux monstrueux, réincarnations divines, chutes mortelles ou élévations subtiles que tu ignores, car il te faut expier le poids de tes péchés si nombreux. (il le fixa sévère)

⁃  Tu dois changer ta vie qui fût débridée, vouée au mal, à l’égoïsme, à la jouissance perverse avant que la mort ne te prenne, ton destin est déjà scellé!!

Le petit singe tout rond avait perdu de sa superbe, il lâcha d’une voix geignarde.

⁃  Mais que dis-tu? Ce n’est pas ce que je voulais, je suis pour les compromis, je déteste prendre les décisions qui engagent et pourrissent la vie!! Tu me fais peur!!

Le sage écoutait le souffle du vent sur les nénuphars.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Observatoiredumensonge 295077 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine