Magazine Humeur

UKRAINE. Massacre d’Odessa (photos):les révélations qui font froid dans le dos

Publié le 20 mai 2014 par Menye Alain

alexPar Alexandre Sivov

Les dernières photos et révélations du massacre d’Odessa font froid dans le dos. Beaucoup de personnes ont cherché refuge dans les bureaux de la Maison des syndicats en se barricadant derrière les portes. ils utilisaient tout, des meubles en bois, des barres de fer, bref, tout ce qui leur passait sur la main. Les membres du Secteur droit, quand ils ne pouvaient pas forcer les portes faites en bois, ils la découpaient à la hache, juste pour faire un petit trou et y et jetaient des cocktails Molotov. ceci expliqie le feu. En outre, des témoins ont remarqué, depuis l’extérieur, "l’effet de la cheminée", en l’apercevant qui brulait.

Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov

Certains parlent même d’un gaz paralysant qui aurait été utilisé. Ces "informations" circulent mais je ne les prends pas au sérieux. Simplement parce que j’étais sur le lieu du drame, je peux affirmé que, dans l’essence utilisé pour confectionner les cocktails Molotov, il y a probablement une substance toxique qui a été ajoutée. Selon une source bien informée de la ville d’Odessa, à titre expérimental, le Secteur droit l’aurait employé à Odessa dans la Maison des syndicats. Des cocktails Molotov avaient précédemment été utilisés à Kiev et ne contenaient que de l’essence pure sans autre ingrédient, notamment toxique. Selon une autre source fiable qui vient de la communauté médicale militaire et qui a une certaine expérience dans ce domaine, une substance toxique a été vraiment utilisée et les symptômes des patients le prouvent. Après avoir examiné un grand nombre des rescapés de la Maison des syndicats, il est sûr de son fait..

L’histoire d’un des survivants, qui souhaitait, bien sûr, rester anonyme.

Mon bureau  était en feu et je me tenais à l’aide de mes mains posées sur la corniche. finalement,  j’ai compris que je devais sauter car mes mains étaient entrain de brûler. J’ai donc sauté du deuxième étage (environ 7 mètres – A.S.) , à l’arrière de l’immeuble. Sportif, j’ai relativement bien supporter le choc en atterissant plus bas dans les buissons. Mes mains étaient brûlées. Après ma chute, au-dessus de moi, un homme, avec des pierres dans les mains prêtent à être utilisées pour m’achever. Coup de poker ! C’est alors qu’un autre homme du Secteur droit s’est écrié: «Il est à moi !».. Puis, il m’a sorti des buissons pour me cacher et m’a dit: «Je ne vais pas te tuer mais, tu  es  maintenant obligé d’être éternellement lié au groupe Bandera (fasciste ukrainien -AS)».

La première chose que le pouvoir a fait après le massacre, c’était de fermer le passage des ailes latérales du bâtiment où étaient visibles les traces les mieux conservées de ce pogrom. Le peuple a alors fait sauter ces clôtures métalliques. Néanmoins, certains endroits de l’établissement, tout particulierement ou le SBU stockait le trop plein de cadavres pour faire écho au décompte officiel, restent clos et gardent tout leur mystère. Les corps stockés étaient secrètement envoyé à Kharkov pour crémation.

>>>Rejoignez-nous sur Facebook

>>>Suivez-nous sur Twitter

Au juste, que pense le Secteur droit de ce massacre d’Odessa ? Hier, une  rencontre surréaliste avec l’un d’eux dans un café artistique. C’est un Russe d’Odessa et non un Ukrainien. Avec tonalité voire fierté, il m’a dit: «Je suis adepte de Bandera !». Ayant participé dans la bataille sanglante dans le centre-ville, il est allé avec toute la foule vers la Maison des syndicats et l’a vu brûler. Chevelu, un peu rachitique, il doit avoir dans les 20 ans. Il nie les faits en bloc:

-Personne n’a été tués à l’aide des haches. Des traces de sang dans les bureaux ? C’est un pur mensonge ! L’histoire contée par les survivants est un non-sens ! Ils se sont massacrés eux-mêmes. Puisqu’ils savaient à l’avance que nous venions, ils devaient s’enfuir ! Ils nous ont jeté des cocktails Molotov depuis les fenêtres et, par inadvertance sans doute, c’est ce qui a causé le feu. Notre seule et unique action était de les aider à sauter pour les sauver. Ce sont les victimes selon les rapports officiels, et il n’y a pas plus ! D’ailleurs, sur Internet, il n’existe aucune vidéo ni photo qui peux contredire mes dires !

Alors, je lui ai dit qu’il ferait mieux de s’enfuir d’Odessa car, dans les semaines qui viennent, les jeunes vont se procurer des armes et vont commencer à tirer sur eux. Ensuite, je lui ai clairement di que personne ne leur pardonnera la mort de civils sans défense, tués avec des haches.

Il a alors souri l’air amusé et complètement déconnecté de la réalité. fait typique d’un habitué des boite de nuit, avant de me demander:

- Donc, c’est une guerre civile ? On va commencer à se tirer dessus ? C’est quoi ça ? 

Il ne croit visiblement pas à ces prédictions. Moi, au contraire, je crois que ça se fera dans un proche avenir.

Les photos (Cliquez sur la première image pour obtenir la galerie) qui attestent que les tués d’Odessa ont été massacrés et n’ont pas brulé:

don1
don2
don3

don4
don5
don6

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

Crédits photo/Alexandre Sivov
Crédits photo/Alexandre Sivov

A. S.


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine