Magazine Humeur

Pourquoi la droite ne profite pas de la chute de popularité de M. Macron

Publié le 24 septembre 2018 par Observatoiredumensonge

La droite incarne aujourd'hui l'impuissance en ne proposant pas une alternative crédible

Pourquoi la droite ne profite pas de la chute de popularité de M. MacronNous aimons la liberté de publier : Vous de partager !
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n'engage que son auteur et en aucun cas
Observatoire du MENSONGE

Par Maxime Tandonnet

Pourquoi la droite ne profite pas de la chute de popularité de M. MacronAprès 17 mois à l'Elysée, seuls 19% des Français jugent le bilan du président Macron positif (kantar-sofres). Cette chute dans l'impopularité, sinon normale, était largement prévisible: un régime politique fondé sur le culte de l'image présidentielle, une fuite en avant permanente dans la communication et l'obsession de la réélection au détriment de l'intérêt général, expose inévitablement le chef de l'Etat à devenir le réceptacle de toutes les colères et angoisses de la Nation. Le phénomène ne fait que s'amplifier de quinquennat en quinquennat, jusqu'au jour, peut-être, où les milieux dirigeants ou influents prendront conscience de son absurdité et de sa nocivité...

Pourquoi la droite ne profite pas de la chute de popularité de M. Macron

La véritable nouveauté, aujourd'hui, tient à l'incapacité apparente de l'opposition républicaine de profiter de cette chute et à offrir aux Français une espérance. L'impuissance à incarner, aujourd'hui, une alternative crédible, tient à trois facteurs.
D'abord, la défiance des Français envers la classe politique est générale comme le prouve le dernier sondage Odoxa relatif aux élections du Parlement européen: 21,5% à En Marche, soit 10% de l'électorat compte tenu de l'abstentionnisme probable, un score dérisoire pour un parti au pouvoir; 21% au RN soit un effondrement d'un tiers par rapport aux enquêtes d'opinion de 2014; 14% à LR, dans un contexte où la droite et la gauche se fracturent en une multitude de formations dont aucune n'emporte la conviction. La crise de confiance et la décomposition touchent à leur paroxysme.
Le second tient à la crise d'identité qui continue à déchirer les Républicains (LR). Ce courant a sans doute, dans l'ensemble, conscience des préoccupations de l'opinion publique, notamment sur les sujets régaliens (immigration, sécurité, communautarisme). Cependant, avec des nuances liées aux personnes, il vit dans l'obsession de la respectabilité et la peur d'être assimilé au " populisme ". D'où les déchirures apparues lors du vote du Parlement européen sur les sanctions envers la Hongrie. De même, en matière économique, le thème de l'entreprise a été préempté par M. Macron et En Marche (même si leur politique véritable reste socialiste au regard de la hausse continue des prélèvements obligatoires). Qui sont-ils? Que veulent-ils? La ligne de LR n'est pas clairement définie.
La troisième tient aux questions de personnes. Les querelles de chef (Wauquiez, Bertrand, Pécresse) pour la conquête du Graal élyséen, donnent une image désastreuse du parti qui le renvoie à ses heures les plus sombres. Elles cristallisent sur LR le sentiment de l'opinion publique que les responsables politiques sont davantage motivés par leur obsession narcissique et leur destin individuel que par l'intérêt de la France. Ce phénomène est d'autant plus dramatique qu'eux-mêmes donnent le sentiment de ne pas avoir pris conscience de l'effet déplorable, dans le pays, de ces éternels combats d'ego.
C'est une révolution copernicienne de la vie publique qui s'impose désormais pour tenter de regagner la confiance du pays et la crédibilité de la démocratie française. Les responsables politiques, doivent lancer un message d'humilité et de désintéressement aux Français: ils entendent se placer au service de la nation, le temps nécessaire, et non pas soumettre cette dernière à leurs désirs personnels de magnificence.
La réconciliation entre le monde politique (en particulier LR) et les Français, passe par un retour à la notion de res publica, d'intérêt général et aux seuls débats de fond: l'école, la dette publique, le niveau des prélèvements obligatoires, l'autorité de l'Etat, l'unité nationale, l'indivisibilité de la France, la maîtrise des frontières. Il faut proposer aux Français de sortir de la grande comédie de la lutte du " bien " post-national contre le mal " populiste " et renouer avec une conception de la politique fondée sur la vérité et l'action au seul service du bien commun.
Ce qu'attendent les Français du monde politique est somme toute simple et légitime en démocratie: être pris au sérieux, ne plus se sentir méprisés et considérés comme une vile multitude, proie naturelle de l'obscurantisme et du populisme, indéfiniment manipulable au gré des élections et au service des prétentions narcissiques des uns ou des autres. Il ne supportent plus la démagogie, l'hystérie quotidienne, le spectacle idolâtre, le sentiment d'un détournement de l'intérêt général au profit de calculs individuels, le culte de la personnalité sous toutes ses formes. La première formation politique qui prendra conscience de cet état d'esprit, parviendra à convaincre les Français qu'elle se place à leur service, et non au service d'intérêts particuliers, familiaux ou claniques, aura un avantage décisif sur toutes les autres.

Maxime Tandonnet

Pourquoi la droite ne profite pas de la chute de popularité de M. MacronAncien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS et plus de 50 auteurs qui contribuent au succès du 1er site de l'opposition en France

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n'arrive pas dans vos indésirables...

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L'Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d'autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d'un pseudo.

Merci à tous ceux qui nous suivent, partagent et nous soutiennent !

Pourquoi la droite ne profite pas de la chute de popularité de M. Macron

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine