Magazine Nouvelles

Le Temps accordé

Publié le 08 septembre 2021 par Jlk
secheresse-1280x720.png(Lectures du monde, 2021)GODKILLA. – Notre ami Michael Wyler n’en finit pas de nous chahuter avec ses bonnes nouvelles, hier en revenant de Lesbos d’où il a ramené un reportage terrifiant, réalisé en complicité avec sa moitié improvisée photographe, et tout à l’heure avec un nouveau papier très documenté, sur Bon Pour La tête, consacré à la pénurie mondiale en eau potable qui attend notre drôle d’espèce.Notre Juif errant est incorrigible, et le pire est qu’il ne fait pas ça au nom de tel ou tel parti ou de telle «assoce», mais juste pour embêter : juste pour troubler notre sommeil de justes.Or, comme j’ai aussi mauvais esprit que lui, j’en ai fait un personnage de roman, dans mes Tours d’illusion en chantier, sous le pseudo de Godkilla, en souvenir du jour où, dans les années cinquante du XXe siècle, un instituteur genevois l’a pris par l’oreille et l’a traîné devant sa classe en l’appelant «déicide»…241194814_10227464696669937_2707593429191062594_n.jpgCARPE DIEM. – Nos semaines sont rythmées, désormais, par les séances de chimiothérapie que doit subir Lady L. deux jeudis sur trois, à raison de trois heures chaque fois, incluant l’examen sanguin, l’entretien avec l’oncologue et la perfusion, après quoi le vendredi et le samedi se passent plutôt bien, avant la baisse de tonus du dimanche, mais ces jours nous attendons le résultat du scanner établissant (peut-être) le bilan de la première série, et demain ce sera probablement reparti pour un nouveau cycle – ce qu’attendant Lady L. parle beaucoup à ses filles et à quelques amis, tricote un énorme pull noir comme la neige, se passe des séries policières anglaises sur sa nouvelle tablette, cédera bientôt à ma demande insistante de finir la peinture qu’elle destine à son petit-fils bis, et le matin nous marchons mollo jusqu’au casino et parfois au-delà, mais pas moyen de la faire me rejoindre le soir sur la terrasse de l’Eden, même si notre paradis n’est pas perdu sur cette dolce Riviera privilégiée, à cent mètres des fesses de Freddie Mercury dont les fans aussi vieux que nous célèbrent ces jours l’anniversaire de la naissance à grand renfort d’animations ringardes - la Bête est bien là mais nous lui faisons la pige « de moment en moment »… (À La Maison bleue, ce mercredi 8 septembre)images-5.jpegELLE. – À de multiples égards, les observations et les « confessions » d’Antonio Muños Molina, dans Un promeneur solitaire dans la foule, recoupent mes propres expériences, et jusqu’à ce que le narrateur (sans doute beaucoup de lui-même) dit de celle qu’il appelle «elle» avec une tendresse admirative qui ressemble à celle que je voue à Lady L. sans adulation affectée pour autant.J’aurais pu signer ceci : « Elle est dotée de capteurs d’une extrême précision pour saisir les variations les plus subtiles chez les êtres humains, les proches comme les connaissance et les inconnus qu’elle ne croise qu’une fois ».Et cela aussi : « Elle observe ceux qu’elle aime le plus avec une attention prévenante et toujours un peu anxieuse, inquiète, pressentant d’éventuels ennuis, souffrances ou mélancolies, anticipant leurs besoins », ou cela encore : « Elle vit dans l’espoir et la peur, la joie de vivre, la conscience mélancolique de la fragilité de l’existence ». Et ceci dans la foulée: « Elle a la peau si douce que son simple contact est une caresse ». Et ceci enfin, plus ou moins selon les moments : « Nous sommes chacun l’atmosphère que l’autre respire ».Aussi, tout ce que Muños Molina écrit sur son enfance, à la fois heureuse et solitaire, protégée et hyperlucide, je pourrais le contresigner…

Retour à La Une de Logo Paperblog